A l’Est, rien de nouveau

 

 

Dans la mesure où cette thématique a déjà fait l’objet d’un article et de commentaires sur ce site, est-il sans doute superflu de revenir sur l’instrumentalisation du football à l’oeuvre en Allemagne, en vue d’y légitimer et avaliser la politique migratoire en cours sous couvert d’accueil des réfugiés.

Cette instrumentalisation, du reste, trouva encore à s’exercer pas plus tard que ce mardi 4 avril quand la Chancelière Merkel, opportunément présente en tribune d’honneur du Rhein-Energie-Stadion, s’empressa d’y saluer le « travail extraordinaire » effectué par la fondation « Tous ensemble », par laquelle la direction du FC Cologne s’emploie à faciliter l’accueil et l’insertion sur le marché du travail des réfugiés affluant en Allemagne. Pour l’occasion, le sponsor REWE aura consenti à ce que le maillot rhénan promeuve ladite fondation, et s’engagea aussitôt, de conserve avec les géants économiques Ford et Rhein-Energie, à rejoindre les quelque 180 entreprises allemandes déjà associées à cette action – « humanitaire », cela va sans dire.

L’« humanitaire », bien entendu, est le cadet des soucis du patronat allemand. Et si cet afflux est quelques-fois présenté, tant par Merkel que par ce patronat, comme une opportunité à saisir face aux défis posés par le vieillissement de la population allemande, rappelons toutefois que ce pays ne connaît pas de caisses de retraite, et prospère surtout de la captation et de la mobilisation des ressources humaines sous-payées d’Europe centrale. Portrait plus fidèle, et moins angéliste, des motivations profondes du pouvoir officiel comme réel, incline donc à penser que la compétitivité allemande ne se satisfait plus des dumpings sociaux exercés sur le compte de pauvres bougres d’Europe centrale et orientale, mais entend désormais se radicaliser via l’exploitation d’un sous-prolétariat plus encore précarisé, dans un pays gagné déjà à la galopante misère des mini-jobs et micro-salaires.

Mais c’est dans un tout autre créneau, cette fois plus traditionnel, de l’intrumentalisation faite du football à fin de conditionnement de l’opinion allemande, que se seront dernièrement illustrées deux grandes figures historiques de la Bundesliga. L’ambitieux Lahm, d’abord, s’exprimant comme suit, deux jours à peine avant la visite de Merkel à Cologne :

« (Les récentes élections aux Pays-Bas ont témoigné que) les extrémismes populistes, Dieu merci, n’étaient pas aussi forts qu’on ne le redoutait. Mais l’on va voter en France au printemps, puis en Allemagne à l’automne. Aussi est-il important que nous ne nous contentions pas d’y réfléchir, mais bien plutôt que nous en parlions. Je pense ce que la plupart des gens pensent probablement : il est hors de question que l’Allemagne bascule dans le camp des extrémistes ; il est hors de question que les démagogues et les populistes bénéficient à l’avenir d’un pouvoir accru. Nous avons oeuvré, des années durant, à ce que l’Allemagne soit un pays ouvert. Il importe donc, désormais, de tout mettre en oeuvre afin qu’il le reste. Nous vivons ici dans une société saine. Il est exclu que nous perdions ces acquis. »

Aussitôt attaqué par les mouvements qu’il condamnait, Lahm sera aussitôt secouru par d’éminents représentants de la CDU/CSU au motif que, « comme tout citoyen, Lahm a parfaitement le droit de s’exprimer publiquement ». A ceci près que le multimillionnaire Lahm, résident de la municipalité la plus chère et « sécurisée » d’Allemagne, est bien peu représentatif de la précarité galopante éprouvée par la majorité de ses concitoyens, n’a jamais rien caché de ses ambitions et affinités politiques – CSU, ça va sans dire –, et n’avait par exemple, du temps de sa jeunesse dorée au sein d’un établissement scolaire huppé, du tout condamné l’exclusion économique dont avait été victime un étudiant juif de trop modeste extraction sociale… Sur cette affaire comme sur d’autres, et à chaque fois que lui fut rétrospectivement demandé d’y réagir : le pourtant bavard Lahm, héraut d’une société allemande « saine » et « ouverte » (ses propres mots), ne daigne aujourd’hui encore, et obtusément, piper le moindre mot…

Dans un synchronisme décidément épatant, c’est alors une autre grande figure du football allemand, et du FC Bayern en particulier, qui défraierait la chronique. Le quotidien « Die süddeutsche Zeitung », pourfendeur certes attitré des affaires du Bayern, ayant trouvé à redire au lancement, par le grand club bavarois, de sa chaîne de télévision GENERALISTE propre : l’icône Jupp Heynckes saisira en effet à son tour le micro lui-tendu, dans le cadre de la très institutionnelle remise des prix du journalisme sportif :

« Je pense qu’en ces temps où tout file à toute allure, nous avons besoin de journalistes critiques, indépendants et réfléchis, qui aident les gens à ordonner les choses. »

Puis Heynckes de conclure son intervention, en exhortant solennellement à « lire la presse-papier, plutôt que des articles en ligne ».

Ce-faisant, Heynckes s’inscrivait donc dans un mouvement de fond qui, en France par exemple, a vu le très institutionnel quotidien « Le Monde » mettre récemment sur pied un très partial dispositif de notation : vert pour les sites fiables, orange pour les douteux…et même rouge à l’encontre de ceux tenus pour coupables de « désinformation » délibérée. En appoint des Merkel et Lahm précités, Heynckes n’aura guère, surtout, fait que relayer les préoccupations des tenants de certain dogme officiel : convaincre les masses que le modèle proposé, et que les buts poursuivis, et que les mantras martelés, participent sans conteste du meilleur des mondes possible…

Rien de bien neuf, toutefois, pour une Allemagne qui, au sortir de la Seconde Guerre Mondiale, fut l’objet déjà d’un prodigieux effort d’ingénérie sociale, dont témoigne par exemple l’édifiant documentaire « Overgames » du journaliste indépendant Lutz Dammbeck, illustratif de la rééducation de masse imposée alors, à ce peuple, par le biais de jeux télévisés développés par des psychiatres américains, mais exercée aussi au travers de productions cinématographiques singulièrement lénifiantes…et vraisemblablement même, pour reprendre les mots d’un historien allemand, d’un football domestique pensé alors comme une « industrie étatique du divertissement ».

Rejet voire reconditionnement de l’opinion divergente. Dogme. Mobilisation des moindres champs et expression culturels. Obsession d’un corps social univoque, monolithique et aussi amorphe que possible… Le tout, bien sûr, mâtiné souvent de cette hypocrisie dans laquelle longtemps excella le donneur de leçons compulsif mais évadé fiscal Hoeness, dont est peu connu qu’il fût conseiller de Merkel à la Chancellerie, et ami intime du très autoritaire père de la CSU Franz-Josef Strauss… Décidément, et fidèle à ce qui, au mitan des 60’s, présida déjà à l’artificielle mise en avant du Bayern Munich, résolue courroie de transmission de la CSU/CDU depuis désormais un demi-siècle : à l’Est rien de nouveau.

 

Alexandre

La vie est une farce.

46 Comments

  1. Quelques précisions, avant de festoyer avec mes voisins?

    Lahm est un personnage ambivalent, notoirement intelligent et ambitieux, pour ne pas dire intriguant… La façon dont il s’empara, au détriment de Ballack, du capitanat en Nationalmannschaft n’a rien de bien glorieux, et a sans doute participé de bien des rumeurs à son endroit – l’agent de Ballack, en effet, affirma que l’équipe nationale d’Allemagne était à la botte d’un « combo homosexuel »… Le sujet ne m’intéresse en rien, mais étaient assurément visés : Lahm et Löw! Dans la foulée, certaine presse racoleuse ferait plus tard état du séjour conjoint de Lahm et Löw sur une île grecque, et leur prêta bien sûr une aventure commune.

    Je rebondis sur Löw, personnage non moins florentin, dont la carrière tient fondamentalement d’avoir épouse l’ultra-discrète fille du dirigeant du club de Freiburg. Freiburg, attention : ce n’est pas de la petite bière ; c’est par exemple là que se trouve l’institut national de médecine sportive, véritable laboratoire de la performance, hum…

    Bayern – CSU/CDU – grand-patronat – médiasphère – DFB : c’est la bouteille à encre depuis un demi-siècle…………………………….. ; tous fondamentalement liés, et se soutenant d’autant ; les 5 doigts d’une même main…

    Heynckes suçant la presse écrite, que dire……………sinon que, hormis de puissants industriels, des puissances d’argent (…et donc les intérêts qu’ils défendent – « journalistes indépendants », mdr…) : qui diable peut, de nos jours, entretenir un organe de presse écrite???……………

    J’aurais pu ajouter Hoeness, tiens, qui lui aussi a actionné le robinet d’eau tiède de la CSU/CDU : les réfugiés c’est formidable, etc……………… J’avais osé croire que ce sinistre individu la mettrait à l’avenir en veilleuse, après ses démêlés fiscaux (dont il y a tant à dire et redire…)…sauf que non : même pas!

    • Une suggestion enfin, mais attention : c’est brin contemplatif, long voire interminable ; ça brasse large il est vrai……………………et cependant, ce documentaire me paraît aussi monumental que susceptible d’ouvrir bien des horizons cognitifs, l’envers du décor… : Overgames!

      https://www.youtube.com/watch?v=y3ROmDC_hDM

      L’Allemagne post-war, telle que j’ai appris à la voir par le prisme de son football, de ses structures…et telle donc que j’ai voulu ici en lever un coin du voile? Une forme de totalitarisme soft…

      • Dernier mot dans l’immédiat : Lahm s’en prend plein la poire sur les réseaux sociaux………………

        Son surnom, désormais : Philipp…Islahm…………………. Ce n’est évidemment pas bien glorieux…mais ce pourquoi je rapporte cela : c’est que ce surnom concentre, grosso modo, la majorité des opinions lues en parcourant , ces derniers jours, un vaste panel de la médiasphère allemande…

        « Je pense ce que la plupart des gens pensent probablement », affirmait Lahm, hum… Il semblerait, bien plutôt, que Lahm soit complètement déconnecté de ce que pense l’Allemagne profonde ; je comprends d’autant que Merkel & Co mettent actuellement le paquet en surfant sur ces vieilles ficelles…

  2. Politique allemande + Bayern + euro se mélange….
    Ça remonte à l’unification du pays sous Bismarck. Le concept d’hégémonie et de domination sur l’Europe repose sous l’impérieuse nécessité d’affaiblir toute forme d’opposition pour être quitte à s’affaiblir en position de dominer.
    Prenons un club comme le Bayern. Le club bavarois archi domine le championnat allemand, la question est comment ce club peut-il dominer comme ça ? ?
    Le Bayern aurait-il des entraineurs et des joueurs qui savent mieux jouer au football que leurs adversaires ? Vastes foutaises !
    Le Bayern n’a cessé de travailler à affaiblir tous les clubs de l’hexagone par la corruption et l’achat massif de tous joueurs émergeant ailleurs et construction d’un réseau, technique de domination qui mène tout droit au népotisme.

  3. Merci pour le texte qui rapporte des faits dont j’ignorais pour la presque-totalité l’existence.

    Je me permets quelques questions/remarques : de ce que tu écris du cas Lahm (mais tu as peut-être plus d’infos que tu ne livres pas ici), je n’ai pas l’impression d’une instrumentalisation étatique du football mais plutôt d’une instrumentalisation étatique de Philipp Lahm. J’ai le sentiment que le gars prépare sa retraite de footeux et se verrait bien occuper quelque mandat électif sous l’étiquette de la CDU. Après tout, ce ne serait pas le premier ex-sportif à se lancer ensuite dans la politique ! Dès lors, oui, son discours s’adapte (s’il n’a pas toujours été adapté…) à celui de son futur (ou actuel ?) parti politique.

    Deuxième chose : je n’ai pas bien compris le passage à propos de la Süddeutsche Zeitung et de Heynckes. La Süddeutsche Zeitung, quotidien papier bien institué (qu’on pourrait comparer au Monde en France ?), critique le Bayern pour la création de sa chaîne de télé généraliste et Heynckes défend la presse papier et instituée…

    Cependant, qu’il y ait une connivence forte entre une partie importante des clubs professionnels allemands et le pouvoir (politique et économique, régional et national) en place en Allemagne me semble indubitable. Ce qui est aussi globalement le cas en France. Mais, à la différence de la France, les clubs de football allemands laissent la politique largement s’exprimer en leur sein. En France, la pression politique me semble plus forte sur l’équipe nationale que sur les clubs.

    • Lahm, CDU, football, instrumentalisation…? Oh je ne pense pas que Lahm soit une espèce de robot que Merkel actionne à sa guise (quoique… – fait certain : individu gagné en tout aux positions de la CDU-CSU), et il est évident qu’il trouve (ou croit pouvoir trouver) son intérêt à afficher ces positions (le plan de carrière du bonhomme est depuis des années si patent….)… Il a régulièrement martelé son appartenance à la CSU et son intérêt pour la chose politique. A dire vrai, en Allemagne et de longue date, Lahm passe même pour footballeur le plus ostensiblement politisé de Bundesliga…………. Est-il encore un footballeur politiquement engagé (et ambitieux)……ou plutôt déjà un politique usant de sa notoriété de sportif??

      Ce que j’observe (et distraitement, encore bien!) : il ne se passe désormais plus une journée, en Allemagne, sans que les vues de la CDU-CSU y soient martelées par l’entremise de clubs, d’entraîneurs, de joueurs, d’associations de supporters………………… ; un bourrage de crâne aussi résolu que quotidien! ; ne pas compter sur moi pour n’y voir que des sorties spontanées ;o)

      Heynckes? Ah s’il dit tout et son contraire, je n’y puis rien :o) (moi aussi, j’ai eu bien du mal à le suivre dans ses déclarations) Défendre l’initiative du Bayern, sous prétexte que l’Allemagne a plus que jamais besoin de « journalistes indépendants »…………..??? Soit ce type est singulièrement sourd, aveugle et idiot (3 passages à Munich, c’est plus encore de soirées mondaines et réceptions officielles où, systématiquement, Heynckes aura composé avec ce qu’est fondamentalement le Bayern – dont au premier chef : princes mêlés de l’industrie, de la finance et de la…presse!)……………..soit (ce que je crois plus volontiers) : il récite doctement certain registre de bonnes intentions (lire la presse écrite, institutionnelle…Bayern TV = plus-value pour l’objectivité de l’information…)

      En Allemagne/RFA, et historiquement (et pour des raisons très aisées à comprendre), seuls deux organes de presse se seront fait fort de relayer le dark-side du FC Bayern : le Spiegel jadis (mais désormais rentré dans le rang…), et donc l’imperturbable Süddeutsche Zeitung… Quant au reste : tous alignés!

      Le Bayern? C’est l’un des visages de certain Etat profond.

      Football français politisé, lui aussi? Oui, bien sûr…………mais le cas allemand est vraiment singulier : là-bas, le football a participé du reconditionnement de la population! (j’y reviens…)

  4. Oui je confirme : il y a des rumeurs concernant la vie privée de Lahm mais je n’étais pas au courant pour Low.

    Après encore quelques divergences : même si Lahm a été récupéré , ou bien même qu’il ait des velléités politiques il faut aussi souligner un certain basculement assez puéril de certaines formations allemandes : l’agression verbale sur des motifs purement ethniques d’un dirigeant d’extrême droite contre Boateng me semble plus dramatique que l’épiphénomène Lahm.

    Propagande ? Possible… cependant en 33 le peuple allemand plébiscitait Hitler donc je me méfie des « aspirations » des masses profondes étant donné que les dés sont pipés et que les élections ne général ne sont que du théâtre factice avec très peu de risque pour les marionnettistes. Quand on sait que le brexit devait inquiéter les financiers… En réalité certains pontes étaient aux anges donc méfiance…

    • Lahm, Heynckes, Hoeness…………….d’un côté (celui du dogme ayant cours, disons)………… et de l’autre d’autres acteurs, plus rares et parmi lesquels on trouve donc ce pourfendeur de Boateng voire, çà et là, des sympathisants de l’AFD…….. Ce que traduit ce climat : establishment ultra-libéral et mondialiste contre voix discordantes, eurosceptiques/-phobes voire nationalistes.

      Je ne sais ce qui est le plus dramatique : le racisme, certes navrant, dont Boateng fut la cible…ou, sous couvert de bons sentiments et en mobilisant le football, la paupérisation grandissante de tout un pays (et via lui de l’Europe)???

      La propagande par le canal footballistique est certaine (et fut la raison d’être du FC Bayern post-war), mais c’est une vieille histoire en Allemagne………. Premiers cercles à avoir instrumentalisé le football teuton : les mouvements de gauche sous Weimar…puis les nationaux-socialistes……………….puis enfin les grands partis traditionnels contemporains (Dortmund est un relais des vues du SPD), avec une ardeur d’avance pour CDU-CSU…

      Bayern CSU-CDU… Dortmund SPD……………. Il n’y a qu’à remonter le cours de leurs directoires respectifs, c’est édifiant…et à dire vrai plus trouble qu’à une vulgaire opposition entre ces deux grands partis – on trouve, sans difficulté aucune, de grandes figures CSU s’attachant les services de grandes figures SPD (sur l’essentiel, les divergences sont désormais quasi-nulles entre ces partis…). Au Bayern des 60’s-70’s, déjà CSUisé de fond en comble : le Président Neudecker était originellement SPD…vira bien vite CSU…et fit régulièrement l’apologie publique de ce parti, seul susceptible d’écarter le péril communiste…

      Ce qui, décidément, me frappe aujourd’hui : cette combien sonore omniprésence de l’establishment dans les choses du football ; faire passer aux forceps leurs projets pour l’Allemagne… L’enjeu est de resserrer les rangs ; il faut sauver le soldat Merkel.

      Du reconditionnement de masse exercé sur le peuple allemand, post-war : je trouve que ça vaut le coup d’examiner ce que fut longtemps l’offre culturelle promue en RFA… Plus niais, plus inoffensif, plus anesthésiant… : tu meurs!

  5. Un dernier mot sur Hoeness, dont les affaires fiscales auraient TRES certainement mérité de toutes autres suites (les premiers chiffres à avoir circulé, dans les couloirs de la DFB, étaient au bas mot décuples (!!!) des montants finalement reconnus et pour lesquels il fut condamné…et ces montants, surtout, étaient incompréhensibles au regard de l’activité de Hoeness – l’industrie de la saucisse…)………

    Jusqu’à ses déboires, donc, c’est quotidiennement que sieur Hoeness abreuvait l’Allemagne de ses positions politiques et sociétales! Et cela courait, donc, depuis le civisme qu’il y avait à payer ses impôts (lol…), jusqu’à des choses plus terre-à-terre, mais fin des fins plus étonnantes, genre l’importance qu’il y a à entretenir des rapports cordiaux avec son voisinage, comment éduquer ses enfants, comment être une bonne épouse………. Sans surprise, il épousait alors, en toutes choses, le discours ultra-conservateur de la CSU-CDU (dont est d’autant plus étonnant qu’elle ait viré migrants-friendly…)…

    Le meilleur exemple que j’aie à donner, pour illustrer ce qu’était le phénomène public et surmédiatisé Hoeness, c’est à la littérature de science-fiction américaine que je le dois…et à une nouvelle de Philip K Dick en particulier : « A l’image de Yancy »…………….. L’histoire y est celle d’une société sournoisement totalitaire, qui voit toute une société rivée, chaque soir, à son petit écran pour y suivre les très consensuels conseils de vie d’un (virtuel) grand-papa-gâteau, pour qui Dick s’était d’ailleurs inspiré des lénifiantes interventions du Président Ike Eisenhower.

    A noter : Hoeness était régulièrement plébiscité, adoré du plus grand nombre, figure rassurante et, affirmaient les relais de l’establishment, d’une profonde honnêteté et sagacité ; un modèle… Plus fort : des figures influentes exhortèrent même à ce qu’ils se présente un jour aux élections fédérales ; le Chancelier Hoeness était la meilleure chose qui pût arriver à l’Allemagne…

    Pourrait-on imaginer chose pareille en France, en Belgique??? Il y a des choses à pointer, mais enfin : on y est loin du compte… L’instrumentalisation du foot, en Allemagne : c’est un pont plus loin!

  6. J’aurai appris un truc avec So Foot….
    J’avais lu ça il y a bien longtemps, mais impossible de savoir si c’était vrai, or, sur un sujet du jour – prez de Hanovre – un actionnaire à 49% peut racheter le club au bout de vingt piges…..

    Merkel-Lahm et le reste…
    Je crois savoir que le journaliste écrivain, Jürgen Roth raconte énormément de choses dans son ouvrage « Der stille putsch » non traduit en français, cela va de soi…

  7. Ça flambe un peu à Dortmund…….. ……..sans doute un attentat raté contre le bus du Borussia , étrange.

    • Très bizarre… je ne vais pas en dire plus sur le sujet… Bon le match juve barça semble clean… on va nous vendre la remontée pour le retour j’imagine…

      Finalement le football redevient politique comme en Allemagne…

    • Je ne vais pas extrapoler, mais vu les premiers indices de la police, des explosifs cachés sous une couverture qui se déclenche au passage du bus du Borussia……Je suis perplexe.

      Juve-Barca, clean, comme Real-Bayern, pas très important, par contre le Leicester-Atletico vaudra le détour…
      En toute logique, l’Atletico doit passer sans trop de problèmes, mais Leicester est de retour. L’Atletico va-t-il être patient, prendre son temps pour marquer et déposer Leicester ou bien, l’Atletico va-t-il perdre les pédales et déjouer en fonction du jeu des brits ? Plus qu’intéressant.

      • 63e minute main évidente d’un défenseur de la Juventus bon on va dire que ça allait vite…

        Bah c’est toujours intéressant de suivre les bagarres d’oligarques. L’Atletico Leicester sera sans doute très intéressant mais l’autre aussi… On va voir mais c’est un choix cornélien.

        L’Atletico a fait deux finales en 3 ans… Leicester sera l’attraction. Mais il manque de l’expérience au club anglais. Difficile à pronostiquer car Shakespeare s’en est mêlé est ça semble bien marcher avec lui…

      • Pas suivi l’affaire c’était sous la route les explosifs ? Ou bien dans le car ?

        Il se passe de drôles de choses en ce moment… Je me souviens d’un Juge Italien qui avait bien morflé de ce côté là…

  8. Visiblement les joueurs ne veulent pas jouer mais les dirigeants ne sont pas de leur avis… un peu comme en 85…

  9. Je veux bien croire les déclarations de la police allemande, mais si les terroristes avait visé le bus du Bayern, c’était encore plus d’impact sur le plan médiatique…

    • Ca a de quoi laisser perplexe, en effet. Et alors, 3 lettres de revendication???

      Roth : jamais lu (sinon des bribes librement consultables), mais déjà entendu parler – sorte d’investigateur-star d’outre-Rhin… Je lui connais l’existence d’un ouvrage consacré pour l’essentiel au foot, « Unfair play » mais, sans vouloir te flatter (j’en ai aperçu des bribes) : pas sûr que tu y apprennes grand-chose. De prime abord, ces textes sur la politique allemande paraissent plus castards.

      Attention : il a un homonyme parfait, « spécialiste » (hum) reconnu (hum-hum) du football, auteur notamment d’un livre sur le…football brésilien ;o), et que j’ai naguère commis l’erreur de commander – du concentré de lieux communs et de clichés…

  10. L’arbitrage est contre Dortmund pour l’instant c’est assez violent… 2-0 pour Monaco avec un but hors jeu et un contre son camp particulier…

    Je m’attendais à une sorte de compensation après les « événements » mais on ne s’achemine pas vers ce cas de figure. D’une manière générale ces attaques n’ont aucun sens mais ça n’engage que moi…

  11. Les dirigeants du Borussia voulaient absolument jouer ? L’Uefa ne doit pas être bien loin …
    La rencontre ne veut pas dire grand-chose, je ne crois pas que les joueurs de Dortmund étaient à 100% dans le match.

  12. Les joueurs allemands ont mieux joué en seconde période : 2-3 ils ont limité la casse si on peut dire.
    La première période était très mauvaise de leur part en revanche. Sinon le Atletico Leicester c’est vraiment du football très agressif. Penalty discutable. Bof pour l’instant

  13. 3.000 supps du Real à l’Allianz-Machin, viens-je d’entendre?

    Même menés, ils faisaient au bas mot autant de bruit que le solde de cette enceinte, mon dieu…

    Ca devient de la folie, sinon, cette sécurité complètement au taquet pour empêcher des spectateurs de monter sur la pelouse, oulah…

    • Réalisateur moins au taquet que d’habitude, par contre… En général, la régie se fait fort d’éviter la moindre nano-image de ce genre d’olibrius………………mais là : piégés par le type, celui-là a eu sa poignée de secondes de célébrité!

      Je n’en reste pas moins bluffé…………….Je crois avoir vu de 20 à 30 stadiers (???) converger comme un seul homme sur ce pauvre type ; incroyable…

  14. Atletico-Leicester s’est passé comme prévu, l’Atletico a tenté de prendre son temps, un pénalty – la faute était en dehors de la surface – mais Leicester a sorti le jeu adéquat pour neutraliser et endormir les Madrilènes à défaut d’être capable de marquer…

  15. Pas de policiers pour Lyon Besiktas… ( envahissement de terrain)

    Il se passe de drôles de choses en ce moment…

    • C’était, hier, une spécificité allemande peut-être? Ou spécifique à la LDC? Ou parce qu’événement survenu à Dortmund??

      Je trouve aussi que le climat est bizarre ; un peu irréel tout ça…??

      • Les supporters turcs ont agressé les lyonnais dans l’enceinte du stade et en dehors… j’ai du mal à comprendre cet antagonisme. Le match a été déclaré à haut risque pour les autorités et pourtant aucun déploiement policer ce qui est pour le moins étonnant ( pour ne pas dire plus..)

        Tout est très bizarre oui…

        • Je ne sais vraiment qu’en penser… Tout ça me rappelle les années 80 de quand j’étais gamin, mais…??

          Ca me fait penser qu’il existe en France, parmi beaucoup d’autres, une célèbre assoc’ turcophile active dans les affaires du football, et désormais notoirement infiltrée par Erdogan…….. Je précise : trrrrrrèèèèèèèèès loin de moi de vouloir y chercher un lien de causalité hein ;o), mais bon : comment ne pas (sur-?)politiser l’abord de ces événements???

          • J’y pensais aussi mais ça me parait peu plausible : le président français avait autorisé la venue du ministre turc pour les besoins de sa propagande ( référendum dans leur pays). C’est possible mais ces débordements auraient été plus crédibles en Allemagne ou au Pays Bas et moins en France mais pourquoi pas on ne sait jamais…

            D’ailleurs j’ai appris qu’il y avait un stade de football à son nom c’est assez particulier :o)

            Les turcs aiment beaucoup leur président visiblement. Je sens qu’on va de plus en plus bouffer du football politique…

            • Je découvre les images ; « sympa »…………..

              Je ne m’en réjouis vraiment pas ; toujours aussi navrant de voir des quidams réduits à passer vaille que vaille entre les gouttes de tel climat. Mais ce qui me marque, a fortiori dans une Arena (!) : quelle gifle pour le foot gentrifié promu par l’UEFA…

  16. C’est tendu pour tout et n’importe quoi….
    Faut pas grand-chose pour étendre que ça parte en live…

    Un fait important comme Alex le relève, le concept Aréna ne vaut pas grand-chose en matière de sécurité. Tout ça n’est que bidonnage, la sécurité dans un stade ça n’existe pas. Demain, je prends 250 zozos et je fou un bordel complet dans un stade FIFA 25 étoiles.

    Maintenant, il semble qu’il n’y avait pas de périmètre de sécurité a 500 mètres du stade, fouille intégrale avant d’accéder au stade, vu l’affiche c’était le minimum requis.

  17. Deux infos en vrac : Der spiegel ( proche du Bayern ?) balance une affaire de viol de Cristiano Ronaldo… particulier.

    Sinon des supporters bastais sont descendus sur le terrain pour agresser des joueurs lyonnais… Décidément drôle de période…

    • Spiegel fut longtemps, avec « Süddeutsche Zeitung », la seule publication allemande à rentrer dans le lard du Bayern………puis Spiegel est rentré dans le rang, à compter tout particulièrement de l’entrée en fonction du dénommé Aust à sa tête… Courant 60’s-70’s, cette publication était redoutée par tous les bords de l’échiquier politique. Désormais : la voix de Berlin! (quant au Bayern : sorte d’Ambassadeur de l’Allemagne)

      A noter que, dans la foulée de son passage au Spiegel, Aust passa à « Die Welt », groupe Springer (…lequel groupe est un appui historique du pouvoir profond régentant les affaires du Bayern…)……………

  18. Bayern desservi par l’arbitrage sur la scène continentale : c’est rar(issim)e, et mérite donc d’être épinglé!

    En face, certes : ce n’était point le Romoranthin-Lantenay…

      • Certes, et cependant : le petit monde de la faune aquatique me paraît moins faux-cul et plus respectable!

        Quand un brochet n’est pas dans son assiette, et/ou que le menu fretin se montre trop ingénieux et échappe ce-faisant à ses crocs : y a pas d’arbitre avec un tuba pour venir siffler péno contre le small fish, hein ;o)

    • Le Bayern ne se fait pas si volé que ça : la première période était très pro club allemand concernant l’arbitrage. Vidal s’en sortait très bien malgré des gros tacles à répétition. Après la sanction est tombée…

      Sans oublier le pénalty généreux pour Robben et le CSC où des munichois sont HJ…

      Grosse bagarre entre oligarques.

      • Oui, je trouve que tu n’as pas tort – c’est à dessein, si j’avais prudemment évité de parler de « vol » ou de « scandale » ;o)

        Mais bon : trouver matière à pleurer (façon de parler, en ce qui me concerne) pour le Bayern est tellement rare…..!

  19. Arnaque ?
    Le problème est lié aux actions sifflées ou non sifflées, décisive ou non décisive……..Celles qui ont joué en faveur du Real ont été décisives, de plus le second but du Bayern n’est pas HJ quand on ausculte l’action à la vidéo….
    Tout ça n’est pas très important, enfin si, car ça s’est produit entre deux clubs du système et comme le dit KH Rummenigge « ont s’est fait baiser »….

    C’est bien la première fois en 50 piges de présence en Coupe d’Europe que le Bayern se fait baiser, il y a un début à tout, mais entre ses clubs, hum hum….

    Y aurait-il de la tension entre les tenants du système ? ? J’ai comme vous tous, vu et encore vu des rencontres entre ses clubs, je n’ai pas le souvenir d’une telle polémique, c’est bien la première fois….

    • Ah, les Bavarois sont remontés, oui! Pour prendre la température interne du club, rien de tel que Bild (éh oui…)……………..alors je cite (traduction express, hein…) :

      « C’est insensé qu’un match se décide sur des décisions à ce point erronées. Et ça ne relevait pas seulement de l’erreur. » (Robben, soudain conspirationniste?)

      « En ce qui concerne l’arbitre, ce fut une succession d’erreurs qui n’ont pas le droit de se produire à ce niveau. Il est inadmissible que des erreurs si cruciales décident d’un match. Mais le football est ainsi fait, reste à en tirer les conséquences. J’espère qu’à l’avenir cela ne se produira plus grâce à l’assistance-vidéo  » (Ancelotti…pourtant moins disert quand il jouait pour les Rossoneri, ou tout au long d’une carrière d’entraîneur où il fut peu à plaindre)

      Rummenigge? Je confirme : il avait très, très très très très mal au cul… :o)

      Ancelotti, Milan…………….. L’affrontement entre Bayern et Milan, en 1990, avait été marqué d’un penalty fort douteux, et décisif, en faveur des Milanais………….. Mais j’ai beau me gratter, à part ça : je ne vois rien qui jamais handicapât vraiment ce club sur l’euroscène…

    • Ça prouve que les confrontations entre ses équipes sont bien arbitrées…
      Je vais quand même me faire le Barça-Juve…..

    • Première polémique du genre, entre clubs du « système »?

      Je vois au moins un précédent, et pas des moindres : Real-Anderlecht 66, l' »affaire Barberan »…et impliquant donc deux clubs fondateurs de la C1! (…mais sans doute entendais-tu, par « système », celui plus spécifiquement à l’œuvre depuis les années, disons, 1990?)

  20. Lahm joueur allemand de l’année… ahaha lol Alex doit trouver ça drôle j’imagine…

    • Bah je ne regarde quasi plus jamais la Bundesliga, ni la LDC……………….mais ce que j’ai pu en lire après avoir découvert ton message – avis de supporters sur des forums consultés à l’instant – penchait très nettement vers l’attribution d’une médaille pour saluer la carrière, blablabla…….

      A les en croire en tout cas : saison loin d’avoir été si folichonne, dans le chef de Lahm.

      En même temps, il s’est illustré sur le plan politique, et le foot allemand est hyper-politique……………… Ca se tient :o)

Comments are closed.