Double contact pour une énième polémique

Un simple double contact effectué lors de la demi-finale retour de Champions League entre l’Atletico de Madrid et le Real Madrid et le football français à basculer dans un psychodrame dont il a le secret. Un simple double contact et l’Equipe a rouvert le débat sur la non-titularisation de Karim Benzema en Équipe de France. Un simple double contact et l’Equipe à envoyer François Verdenet recueillir les énièmes propos du joueur madrilène.

Depuis sa mise en examen, Benzema s’est épanché à plusieurs reprises sur son désir de revenir en équipe de France, d’où ses sorties médiatiques orchestrées avec l’aide des médias. Plutôt que de se positionner dans une vision du pour ou contre, nous allons analyser le rôle de chacun et les motivations dissimulées de part et d’autre qui aboutissent à ce cirque médiatique.

Remise en question du statut du joueur

C’est le premier point central de cette affaire. Quand un joueur possède le statut de joueur international et qu’il perd cette étiquette, il n’est plus en situation de demander les mêmes émoluments, quel que soit son devenir par la reconduction de son contrat ou par un transfert. Le joueur touche beaucoup moins d’argent quant aux contrats publicitaires, la collaboration s’arrête nette. Le manque à gagner pour un joueur de ce niveau peu avoisinée les 1/3 de ses revenus, point de business avec un joueur considéré par le système marchand comme déclassé. Dans un univers où l’argent rend fou, on comprend aisément l’entêtement du joueur à vouloir réintégrer Clairefontaine en vue d’une nouvelle prolongation de son contrat actuel ou bien dans le cas d’un transfert vers un autre club.

Coupe du Monde au Brésil, le début de la fin 

La presse joue la carte de l’Alzheimer, elle à oublier un épisode d’une certaine importance qui s’est produit au Brésil lors de la rencontre qui oppose l’EDF a la sélection du Nigeria. À l’entame de la deuxième mi-temps, Deschamps replace Benzema en soutien de Giroux puis de Griezmann, une position somme toute classique qu’il occupe en club. Résultat, le Madrilène fait la tête et déjoue en permanence. Deschamps est ulcéré par l’attitude négative de son attaquant, une de plus, c’est la goutte qui a fait déborder le vase, sur ce triste fait le sélectionneur rumine sa vengeance envers un joueur qui la toujours défendu et soutenu par le système, malgré des prestations affligeantes. Douze mois plus tard, rien à changer au niveau des sorties du Madrilène sous le maillot bleu, mais éclate l’affaire de la sextape, Deschamps écarte le joueur.

Les bleus libérés

Il n’y a pas besoin de faire des analyses en profondeur sur cet aspect. L’actuel joueur du Real Madrid n’a jamais eu les qualités nécessaires pour être un axial de tout premier plan. La sélection qui jouait péniblement au rythme de son inefficacité dans les derniers dix-huit mètres s’est libérée depuis l’éviction du Madrilène. L’Edf tourne à une moyenne de trois buts par match et s’est réconciliée avec son public. La vérité du terrain a parlé.

Produit de l’hexagone

C’est un fait dont les réseaux sociaux s’étonnent. Pourquoi faire tant de buzz sur un joueur, alors que la sélection nationale est devenue meilleure sans sa présence ?

On l’oublie trop souvent, mais Benzema est un pur produit de la formation hexagonale, peu importe ses performances, il sera toujours plus considéré qu’un Antoine Griezmann qui a été rejeté par le football français, et formé en Espagne. L’actuelle vedette de l’Atletico Madrid est un camouflet pour le football français tout entier, ça rage un maximum, encore deux ou trois dans son genre et tout vacille.

Il n’a fallu que deux prestations moyennes après l’Euro pour que le statut de Griezmann soit remis en question chez les bleus, sans parler de l’absence de lobbying de la presse tricolore pour soutenir le joueur de l’Atletico Madrid dans l’obtention du Ballon d’Or. Didier Deschamps connait mieux que personne ses positions idéologiques. Ainsi vont les choses dans le monde du football français, heureusement pour les ingénieurs de Clairefontaine, Mbappé semble prêt à prendre la relève, c’est déjà ça…

Yves Alvarez

Yves Alvarez

4 Comments

  1. Le truc que je ne comprends pas, avec ce déclassement (en sélection, c’est consommé), et puis aussi avec cette mauvaise réputation née de la sextape, bonne part de la France sur le râble aussi : c’est qu’un Benzema n’arrête pas les frais – en sélection pour de bon…voire avec le football professionnel peut-être??…… C’est pas comme s’il lui fallait encore mettre les siens à l’abri du besoin, je comprends pas…?? L’entourage?

  2. Ah oui, ce 1er but merengue face à Malaga, comment dire…?? (tellement troublé par ce truc, que je n’ai pas même envie d’évoquer le but hors-jeu de…Benzema)

  3. Ah oui, j’ai entre-temps découvert le geste………et bon : ça casse vraiment pas trois pattes à un canard, comme geste!

    Bcp de lecteurs ont-ils mordu au hameçon? (je ne lis plus du tout la presse sportive, donc…??) Si oui : ben c’est aussi significatif que désolant, non?

  4. Le geste ? Amusant, car un joueur de l’Atletico pouvait mettre le cuir en corner, alors pour quelle raison ne l’a-t-il pas fait ?
    Ça vient de l’hystérique de Simeone sur le banc de touche, le genre d’entraineur qui ne veut pas entendre parler de coup de pied arrêter dans les dix-huit mètres a trois minutes de la fin d’une mi-temps…
    Pour le joueur, il me semble que ce dernier a un gros train de vie, grosse bagnole hors de prix, plus un Jet, ça commence à faire cher tout ça…alors, perdre un tiers de ses revenus hum…

Laisser un commentaire