Football Leaks, le système veut-il se protéger ?

football-leaks3

 

Après les premières révélations concernant le mode de fonctionnement, du monde du football professionnel venant du lanceur d’alerte « football Leaks » des nouvelles informations qualifié de bombe par les différents observateurs de la presse institutionnelle va d’ici les trois semaines à venir être à la une d’un ensemble de douze médias européens regroupés sous la mention de l’EIC (European Investigative Collaborations).

Les douze organes d’information sont les suivants : Der Spiegel (Allemagne), Mediapart (France), Expresso (Portugal), L’Espresso (Italie), El Mundo (Espagne), Le Soir (Belgique), Politiken (Danemark), NRC Handelsblad (Pays-Bas),Falter (Autriche), The Sunday Times (Royaume-Uni), Newsweek Serbia (Serbie) et The Black Sea, un média en ligne fondé en Roumanie pour le journalisme d’investigation, il couvre l’Europe de l’Est et l’Asie centrale.

Surfant sur le Clásico devenu Falsico, l’ECI a révélé que Cristiano était – comme bien d’autres – au centre d’une affaire concernant l’évasion fiscale. On avance le la somme de 150 millions d’euros dissimulés dans des paradis fiscaux pour la vedette du Real Madrid.

Qui est derrière ces révélations ?

Ses informations mises à jour par L’ECI ont mobilisé une soixantaine de journalistes et une dizaine d’informaticiens qualifiés pour ce type d’affaires. Après après des mois d’enquête portant sur 18 millions de documents obtenus par l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, les faits se sont révélés comme authentiques par l’ensemble des douze rédactions qui compose l’ECI. Toutes les informations concernant les joueurs, agents clubs et par extension tout ce qui tourne et gravite dans le football professionnel, seront publiées progressivement dans les trois prochaines semaines.

Qui est « John » ?

« John » est le lanceur d’alerte qui a révélé ses informations à l’ECI. D’après leur source, « John » est portugais, malgré une certaine exposition à travers le site football Leaks, John a toujours insisté qu’il n’était pas seul derrière toutes ses révélations. Il y a toute une équipe qui divulgue au fur et à mesure un lot continu de nouvelle sur les mœurs du football européen.
Bien plus que les révélations publiées au sujet des acteurs du monde du football, c’est le cas de « John » et ses collaborateurs qui interpelle, car il est impossible que ce type d’affaires vu la teneur des documents puisse sorti par des hackers désireux de rétablir la vérité et de dévoiler la vraie face du football business. Ce type d’information ne peut être que révélé par des personnes qui se trouvent au cœur de la machinerie du système bancaire organisé dans les paradis fiscaux.

Le système se protège ?

L’évasion fiscale est partie prenante dans le système capitaliste, elle est tolérée par les états, car elle permet de réorienter certains flux financiers qui visent en particulier à alimenter les services secrets. Ils existent de multiples cas qui poussent les états à faire appel à ses structures qualifiées d’offshore par les tenants de l’économie. Les banques qui sont au cœur du système ne sont pas en reste ainsi que les plus puissantes multinationales.

Délestage

Le statut des paradis fiscaux repose entièrement sur l’anonymat, mais ils sont connus, répertoriés par l’ensemble des spécialistes de l’économie et autorisés dans certaines mesures par les états, mais avec l’irruption des fortunes venue du monde du sport, une certaine tranquillité s’est perdue.

La galaxie Mendes est le meilleur des exemples. Non content de réaliser des affaires plus que satisfaisantes, voilà que le plus célèbre des agents dévoile sa richesse en compagnie le plus souvent de ses vedettes. Yacht, jet privé, îles, train de vie démentiel, trop d’argent coule à flots dans un monde du football épargné par la crise qui affecte la planète et nourri à l’idéologie néolibérale. Mendes et Ronaldo et le football en fonction des énièmes scandales concernant la FIFA est mauvaise publicité pour le système offshore. Il n’est donc pas impossible, c’est plus que probable, que derrière « John » et son équipe se cache un cartel bancaire qui a voulu se délesté du monde du football et de ses acteurs devenus trop voyant pour protéger une entité qui a besoin d’une certaine confidentialité pour fonctionné durablement, le tout sous la pression de certains états. Les politiques ont compris que les jeux du cirque, ça ne marche plus comme par le passé, on n’achète plus la tranquillité du peuple à coup de Champions League d’Euro et de Coupe du Monde.

En attendent, nous allons suivre avec impatience le reste des révélations faites par l’ECI…

Yves Alvarez

18 Comments

  1. Oui. Cristiano Ronaldo fait dans l’évasion fiscale ? Oh ! mon Dieu, le contraire eut été plus étonnant…

    Oui. L’évasion fiscale est intégrée. Les niches fiscales légales sont un exemple « d’évasion fiscale légale » (ou d’évitement des impôts légalisé et conditionné). C’est absolument immonde et je ne comprends pas qu’on puisse tolérer ça.

    Quant à Football Leaks, que je découvre au détour de texte, l’appréciation du phénomène me paraît autrement plus aisé à condition de se détacher de la notion de « système » (que j’ai pu employer et manipuler à tort). La notion de système donne une impression d’unicité que la réalité n’a pas. Et je sais que l’auteur ne pense pas que la réalité soit unique… En sortant de l’analyse « systémique » et simplifiée, le rôle de tel ou tel acteur peut être clarifié. En se fiant à l’analyse « systémique », tous les acteurs paraissent flous. Donc, pour répondre à la question, commençons par la reposer. De « système » cohérent, il n’y a pas : il y a des acteurs avec des intérêts contradictoires. Cela me paraît plus juste, quoique cela mérite démonstration et argumentation. Loin de moi de m’en satisfaire en tant que tel ! Et loin de moi de me satisfaire de quoi que ce soit… D’où mes insomnies !

    • J’ai bien lu que tu ne prêtais pas à Yves de penser « que la réalité soit unique », d’ailleurs il n’a besoin de personne pour s’expliquer ;o) Mais depuis mon expérience propre ça ne me choque pas qu’on évoque tout de go « le système » – le discours unique et lénifiant est désormais tel, susurré dès les premiers pas à l’école, dans les médias… ==> Pour beaucoup et sans prétention aucune, il n’y a qu’à prendre le pouls autour de soi ou parmi la blogosphère : l’idée même d’un discours et d’une logique propres au système doit en être encore au stade d’un premier pas nécessaire ; entrevoir (et donc en amont suggérer) que la réalité puisse être « binaire » (existence d’un discours-système) est déjà louable car suggère qu’elle soit au moins plurielle, tant le discours médiatique nous porte à croire en une réalité monolythique (conditionné comme je fus, élève et citoyen longtemps appliqué et confiant dans ses institutions, béat…et lobbyiste européiste convaincu jadis, même :o) : je suis passé par là…et que d’années avant d’entrevoir l’autre côté du miroir :o) )

      Mais tu as évidemment raison : la réalité est infiniment plus complexe.

      NB : rien de rien à voir, mais ça m’a mis sur le cul (que de naïveté encore dans mon chef)…………. Tandis que j’écris ceci, est diffusé sur TV5 Monde une rediffusion d’un programme de France 3 parcourant la France profonde, en l’espèce le présentateur était à Chaumont, interviewant des acteurs divers de ce coin de Champagne…et voilà-t-y pas que présentateur et intervenant sucent les boules des fondations Carnegie et Rockefeller (tout un programme!), grâce à qui fut redécouvert, pour ne pas dire sauvé, tout un pan patrimonial de la cathédrale de Reims………………………??

      Colombey et Domremy sont à portée de tir de canons sur rail ; pauvre De Gaulle si ses disparates mollécules ont perçu cela…

  2. Je ne suis donc pas le seul à rester perplexe devant ces « déballages », ouf :o)

    Et l’EIC à la baguette ainsi donc, c’est comique : je l’évoquais il y a peu, commentant je ne sais plus quel article, pour appuyer l’idée de consolidation et diffusion paneuropéenne de certains mantras, rôle joué donc dans le champ footballistique par l’association ESM, via laquelle toute vérité établie par tel de ses membres semble désormais (mais depuis quand?) faire aussitôt l’objet de copiés-collés parmi ses partenaires (phénomène observé il y a peu chez les Belges de SportFootMagazine, psalmodiant de fond en comble un papier de World Soccer)……….. Ingénérie médiatique redoutable, qui accable d’autant la pluralité d’opinions et le travail de fond, que ces organes partenaires jouent déjà de leur prestige et position d’autorité… Je le suggérais dans ce lointain commentaire susvisé : je n’ai pas d’autre explication à la dérive observée dans ce magazine belge, viré cruyffolâtre alors qu’auparavant… Bref.

    NB : si quelqu’un a idée de l’acte de naissance de l’ESM, je suis toujours preneur!

    En lisant ton article, Yves, et redécouvrant la liste des publications membres de l’EIC, j’ai d’abord cherché quelque convergence idéologique parmi ses membres…………… De ceux que j’ai +/- régulièrement parcourus à travers les années, Politiken, LeSoir et Der Spiegel sont sans conteste possible de centre-gauche, social-démocratie bourgeoise en plein… NRC Handelsblad est plus difficile à classer, sphère davantage anglo-saxonne déjà, où il me paraît s’inscrire dans leur courant dit « liberal » (héritage des Lumières donc, progressisme…)… Quant au solde je ne sais pas (je ne suis pas même sûr que puisse être pertinent de procéder comme je fais), mais je serais tenté d’inscrire aussi L’Expresso dans cette macro-veine éditoriale – je ne serais en tout cas autrement surpris, concernant cette publication portugaise née en sortie du Salazarisme, re-bref…

    Tout cela, surtout (Football-Leaks, donc), m’a spontanément fait penser à Juncker accablant publiquement Barroso, sitôt consommé son retour à ses amours premières goldman-sachsiennes…

    « Délestage », dis-tu Yves? « Quel scoop », ironises-tu en substance Nicolas? Oui, en effet : tout cela ressemble surtout à une soupape qu’on active, lâĉĥêr un peu de lest… L’Histoire profonde des grandes institutions de l’Eurofoot, en attendant, reste obtusément tue depuis des décennies (non moins par exemple que la traçabilité des fonds qui alimentent le football européen)…

  3. Joueurs et évasion fiscale, précédent illustre : Beckenbauer jadis, alors conservateur parmi les libéraux-libertaires Hoeness, Maier, Breitner……….. Mâtinée d’un scandale sexuel opportunément mass-dévoilé, la curieuse révélation de ses pratiques fiscales avait pour de bon consommé sa rupture du cordon avec le Bayern…et pour de bon ouvert la voie à certaine idée du Bayern?

  4. La scène médiatique est tellement sclérosée qu’on est obligé de passer par ici pour avoir des avis plus mesurés…

    Il y a une volonté depuis quelques années de balancer des « dossiers » des « leaks » sur le monde du sport en général ( pas que ). A mon avis c’est de l’esbroufe et de l’arnaque. On veut faire croire qu’il y a des journalistes indépendants qui travaillent pour le bien commun. Il n’en est rien. Ce sont des officines de diversion. Peut-être qu’il y en a de sincère mais la tête dirigeante connait véritablement le but de l’opération.

    La thèse de la protection du système en lui-même est plausible en revanche la médiatisation de ce mode opératoire est plus nocif que positif puisque cela incite ( inconsciemment ou non ) à investiguer le monde sous-terrain de la finance et de la combine. Donc c’est très bizarre.

    Si quelqu’un y voit clair…

    @ Alexandre : scandale sexuel? Ahem sacrés allemands…

    • « Officines de diversion », joliment dit.

      Sacrés Allemands? Oui peut-être, pas mal d’hypocrisie chez eux (Cf. Hoeness le serial-donneur de leçons fiscales, mdr…)… De manière générale, bagatelle et aspects fiscaux sont deux brêches des plus répandues pour embarrasser quelqu’un, le faire taire…ou faire diversion? Quelque part voilà qui flatte des instincts primaires, mode « les footballeurs gagnent trop », « ce sont des bites sur pattes »…

      Beckenbauer mangea sévère sur la fin de son parcours au Bayern : révélations pas loin d’être synchrones, d’une part de son dispositif d’évasion fiscale (en 76), puis d’autre part, en 77, de son idylle avec une photographe, alors que Beckenbauer passait évidemment pour gendre idéal……….. Tout cela précipita son départ du Bayern, les portes du pouvoir seraient désormais grandes-ouvertes pour ses « amis » précités… A noter : aucune idée de qui cracha le morceau pour ses indélicatesses avec le fisc allemand………………..par contre et concernant son aventure, combien désastreuse en termes d’image (Beckenbauer quitta l’Allemagne dans une solitude à peu près absolue!) : Bild était à la manoeuvre, comme (même époque) dans le coup d’Etat entrepris par Hoeness & Co contre le Président du Bayern Neudecker…

      Tant qu’à parler de lui : la fortune de Beckenbauer est aujourd’hui estimée à quelque 170 millions d’euros, pas mal pour un type qui dut attendre les mid-70’s pour gagner son million de marks annuel (au Cosmos : 7M d’euros étalés sur 3 ans). Il compte aujourd’hui parmi les 500 plus grosses fortunes d’Allemagne, pas mal pour un footeux pré-Bosman, bref, Ronaldo…

      • NB : A Hambourg, lointain souvenir : je crois me rappeler que Beckenbauer était payé en black par…British Petroleum!!!

        A part ça, ces révélations Football-Leaks sont fracassantes, des dizaines de journalistes et des millions de docs confidentiels, on va voir ce qu’on va voir, mdr… :o)

      • Fascinant. Ses déclarations sur le dopage ont-elles un rapport avec cette « chute » ( enfin provisoire il est progressivement revenu dans les petits papiers de la fine fleur allemande..) ?

        Quel nid de vipères le Bayern. Cela ne doit pas être mieux ailleurs mais j’ai l’impression que c’est à l’échelle sportive une métaphore du monde financier libéral. Je divague sans doute mais Argent+Coucherie ( trop long à expliquer mais les hormones artificielles augmentent la libido etc..) +lutte d’influence cocktail détonnant…

        D’ailleurs le parcours d’un Platini est lui aussi très très gratiné… Beckenbauer me semble être un peu plus intelligent que le Français qui lui parait paradoxalement subir les évènements.Dans l’ascension et la chute de cet homme on croirait voir un cas d’école . Finalement l’allemand s’en est bien tiré contrairement à l’ancien boss de l’UEFA. Il a bien eu quelques « soucis » avec l’organisation de la WC mais rien de comparable avec le matraquage platoche ( cela dit toujours soutenu par les médias français…)

        Hoeness a fait de la prison je crois enfin drôle de milieu. Platini avait également été cité dans l’affaire des  » Panama papers »… décidément entre la finale Juve Liverpool de 85 et le reste il aura toujours été l’acteur majeur de l’actualité…

        • Si tu suggères que Beckenbauer ait payé ses déclas sur le dopage, je te répondrai n’en avoir aucune idée – je n’y avais à vrai dire jamais songé… C’était toutefois un sujet assez décomplexé à l’époque, on en causait beaucoup plus franchement qu’aujourd’hui il me semble – l’enjeu était moins normé il est vrai, la lutte contre le dopage balbutiante…

          Mon hypothèse, pour expliquer sa diabolisation, a toujours été plutôt celle d’une guerre de clans et de querelles portant sur la nature profonde du club, voire sa raison sociale…or le camp de Beckenbauer était celui du Président officiel Neudecker qui, pour pouvoir diriger le club, avait publiquement dû porter allégeance à des valeurs et à un parti aux antipodes des siens propres, hum… Neudecker avait du savoir-faire, entrepreneur de grand talent…mais il ne put jamais vraiment se départir de la défiance originelle, et fondamentale, qu’il inspirait au pouvoir profond du club (la Présidence officieuse, disons)…

          Ceci étant considéré, le problème de Beckenbauer, outre son peu d’affinités avec les libertaires du noyau, fut pour moi d’avoir choisi le mauvais cheval, Neudecker… Ca n’engage que moi.

          • Neudecker ? Un certain pouvoir …….Mais quid de l’assos de supporteurs au sein du club bavarois, bien que majoritaire, elle ne devait pas pesé bien lourd vu le nombre d’adhérants ?…..

            • Un pouvoir certain, même ;o) Et il faut lui reconnaître d’avoir sorti le club des limbes…sauf qu’il perdit progressivement la main ensuite, à compter de l’entrée du loup dans la bergerie, dès la perspective de montée en Bundesliga… Ledit loup agirait aussitôt comme un accélérateur de moyens et de succès, catalyseur qui fit du Bayern le rouleau compresseur que l’on sait… Le premier effet le fut dès 1965, année de la montée… Celle-ci avait vu…100 (oui, cent!) pelots marcher en triomphe aux couleurs du club, pour célébrer l’accès à la Bundesliga……………mais à compter de la soudaine mobilisation de puissants relais médiatiques et de prestieuses figures du show business allemand (dont Gert Fröbe!) : le nombre d’adhérents passa en un an à 8.000!, surclassant d’un coup le jusqu’alors combien plus populaire club local du ‘1860…

              Même registre, les revenus du club quintuplèrent en 5 ans! Puis plus encore à compter de l’occupation de l’Olympiastadion… Tout bon pour Neudecker, certes…sauf qu’il y perdait à chaque fois un peu plus la main (…puisqu’au profit de celle qui toujours un peu plus le nourrissait…)…

              Aucune idée solide du poids ni du positionnement des supporters lors du putsch, mais je vois au moins 3 facteurs qui durent jouer contre le Président : l’aguichante posture hédoniste et bling-bling des frontistes (Vs la peu sexy sévérité de Neudecker)… certaine folie des grandeurs qui mettait à mal les comptes du club…et enfin les résultats sportifs, tout bonnement… ==> Le fruit était mûr, je pense (dont acte…même si les conjurateurs crurent nécessaire de recourir, encore?, à une caballe médiatique pour le faire tomber!).

    • Eh oui, la Belgique est quelques-fois à la France, ce que la Suisse est à l’Allemagne, foot compris…

      Je lis que la boîte aux lettres l’est à Saint-Gilles, terreau (quoique) du plus mythique des clubs belges, l’Union Saint-Gilles… Nantes me paraît passer, hors-France (et à torts ou à raison), pour le club le plus significatif de culture-jeu en France ; en Belgique assurément son prestige est supérieur à son absence (qui tint à bien peu) en finales de Coupes d’Europe, probablement le plus respecté des clubs de France depuis le Stade de Reims… Que l’un des instruments de sa possible ruine soit domicilié à Saint-Gilles, autre marqueur footo-culturel très fort (mais impitoyablement déclassé par l’action concomittante, jadis, du foot-business et de l’anderlechtisation de la scène belge), est d’une cruelle ironie…mais point un trop mauvais présage, j’espère?

  5. Bonjour, désolé pour le retard…En vrac sur tout
    Le système ? Bien évidemment, le système est multiforme, le système dans le système….
    Je ne crois pas au journalisme d’investigation. Ceux qui sont derrière ses fuites font partie d’entités bancaires qui opèrent dans les paradis fiscaux, je ne vois rien d’autre…Après, les médias choisis par « John » et ses collaborateurs ne font que relayé les infos en leur possession, pas difficile à comprendre….
    Le plus intéressant dans cette affaire est l’attitude de certains médias, il y a un malaise, faut dire que derrière tous ses montages se trouve les clubs ni plus ni moins. C’est eux qui sont à la source de toute cette tricherie – pas que sur le plan économique – mais sur le plan sportif aussi, on contourne le FP financier et hop le tour est joué……Rien que le début.

    • Malaise dans les médias? Maintenant que tu le dis, je le ressens aussi.Mais si je te suis bien, tu leur prêterais de savoir, mais de se retrouver dans cette position inconfortable où remonter jusqu’aux racines du mal reviendrait à scier leur branche, à y perdre la sève dont ils se nourrissent?

      Je crois que tu leur prêtes trop de sagacité encore. En tout cas et pour la plupart d’entre eux, je pense tout bonnement qu’ils ne se posent plus la moindre question – voire que certains acteurs de ce système médiatique finissent par croire à leur discours dominant (les mythomanes finissent toujours par se convaincre de leurs propres mensonges, dit-on). Mais je propose ça sans certitude aucune, et depuis surtout mon expérience propre d’autres systèmes où, si absurde fût-il, le discours officiel finissait bien vite par s’imposer, comme on finit par croire à de trop longs mensonges.

      Les rares fois encore où m’arrive par exemple de suivre des débats politiques, voilà en tout cas la conclusion à laquelle j’arrive ; tous ces journalistes à côté de la plaque, des enjeux, des lignes de fracture réelles, et qui passeront ainsi toute leur carrière à louvoyer autour de l’essentiel… : ben je crois qu’au fond, et à force, ils sont devenus incapables d’autre chose, tout bonnement…

      Le football contemporain est tant personnalisé désormais, starisé, manichéisé aussi (que de phénotypes : Mourinho, Guardiola, Messi, Ronaldo…)… ==> Dans cet engrenage qu’elle a alimenté, et où surtout elle vit en vase-clos, j’imagine sans trop de difficulté que la presse sportive puisse se satisfaire à épingler des responsabilités individuelles (celles de l’un ou l’autre joueurs, s’entend) ; aller au-delà n’est pas même pour elle une éventualité ou un horizon, je crois.

      • Alex, je ne prête pas un pouvoir de dissimulation aux médias en matière de sport et de football en particulier. Je crois que certains se complaisent dans la situation actuelle, ils aiment ça…et puis, ils ne connaissent pas grand-chose et ils ne veulent pas savoir, pas difficile à comprendre.

  6. Le contrat de Pogba est révélateur de bien des choses……
    Happé dès l’adolescence, les parents du gamin signent n’importe quoi en espérant que le fiston passe pro, un jour……
    C’est le job de tous les agents véreux, repérer les joueurs au potentiel physique intéressant puis travailler l’entourage au point de leur faire signer des contrats à leur avantage.
    Les joueurs ne sont pas à plaindre, car beaucoup ne possède pas le niveau pour jouer chez les pros – suivez mon regard avec la L1 – et vous comprenez tous le micmac qui se passe dans le foot pro…..

Comments are closed.