Hooliganisme mutant

Les récents incidents qui ont opposé des bandes de hooligans du club de l’Athletic Bilbao au club du Spartak Moscou à relancer la polémique d’un futur mondial à risque. D’emblée, passons sur la russophobie et la poutinophobie compulsionnelle des médias de l’hexagone. En marge de la rencontre qui opposait le club basque au club moscovite, Un agent de la police antiémeute est décédé suite à un infarctus en sortant de son fourgon. Les fauteurs de troubles ne sont pas en cause dans cette triste mort, mais les faits sont là.

La bataille de Marseille lors de l’Euro 2016 à révéler au grand jour que le hooliganisme n’était pas mort. Mieux encore. Il a muté dans son mode d’organisation et dans sa manière de frapper.

1/ le hooliganisme à papa.

Le hooliganisme tel que le monde du football la connut dans les années 70’s et 80’s semble lointain. Pourtant, quand la sélection anglaise se déplace lors de phase finale – Euro et Coupe du Monde – on a constaté qu’il était encore vivace. Ce type de hooliganisme est de loin le plus dangereux, car il n’est pas préparé. Il est par son mode d’action désordonnée. Il ne se projette pas dans un but bien précis. Il est réactif à la moindre action de ce qu’il désigne comme étant l’adversaire. Le hooliganisme britannique n’a pas évolué. Quelques types manipulateurs noyés au milieu d’une masse fortement alcoolisé pour mieux la contrôler et l’utiliser pour semer le chaos.

2/ le nouveau hooliganisme.

Le hooliganisme tel que le pratiquent les groupes russes et dans les pays de l’Europe de l’Est à un aspect rassurant « sic ». Il procède de la Blitzkrieg. Ces groupes en mode paramilitaires agissent efficacement. Ils recherchent leur cible, les groupes adverses pour en découdre et ne se préoccupe pas du reste. Rouster les hooligans adverses est la seule motivation de ses organisations. Ils sont rapides comme l’éclair et cogne violemment.

Rassurons nos fameux reporters de la Pravda du sport basé à Boulogne-Billancourt.  Il n’y aura pas d’incident lors de ce Mondial à moins d’une opération terroriste visant à déstabiliser le pouvoir en place. Les hooligans vont rester à l’écart de la compétition.

On est en droit de se demander pour quelle raison, les clubs d’Europe de l’est sont devenus des repaires pour le hooliganisme ?

Il est difficile de répondre à cette question, mais on peut avancer. Jadis, le Spartak Moscou était le club représentatif des kolkhozes. Le club de la paysannerie. Il n’y a aucun rapport d’ordre social entre ses commandos et la base des supporteurs du club du Spartak. Peut-être le fait que les clubs sont actuellement dans les mains d’affairistes pas toujours bien clair. Ses hooligans constituent ainsi une sorte de milice corvéable à merci. On est en droit aussi de pensé que le Kremlin à tendance à laisser faire ses organisations pour tester la résistance des pays d’Europe de l’Ouest face à ce type de comportement. Si c’est le cas, le tsar Poutine à sa réponse depuis longtemps. Pas besoin d’aller plus loin.

 

 

Yves Alvarez

Yves Alvarez

10 Comments

  1. Sinon, concernant le hooliganisme à papa, il me semble qu’il avait déjà muté en Angleterre à la fin des années 70-début 80 avec l’apparition des casual firms càd des groupes plus structurés constitués des plus durs et avec un dress code « chic » (polos Lacoste, blousons Tacchini, adidas aux pieds) pour plus facilement se fondre dans la masse.
    Pour le hooligaisme actuel, je pense que l’on n’en connait qu’une toute petite partie étant donné que beaucoup de groupes se rencontrent dans des endroits secrets pour se battre dans des free fights. De toute façon, se battre aujourd’hui dans ou autour d’un stade est suicidaire étant donné la présence dissuasive des caméras.
    Et pour les pays de l’est, je dirais que c’est probablement dû au fait que le milieu hooligan est lié au « milieu ». Il me semble que beaucoup d’hooligans polonais sont proches du milieu culturiste, MMA et sont les principaux instigateurs d’un vaste trafic d’anabolisants dans les gymnases sans parler des trafics de drogues en tout genre, voitures volés and co. Un mélange de criminalité, d’ultranationalisme et de violence extrême, en somme.

    • Effectivement, le hooliganisme britannique a muté plus ou moins dans les 80’s,…
      Et puis le hooliganisme des 70’s est complexe, suivisme, mimétisme pour certains, mais expressions singulières pour d’autres…. par contre le hooliganisme version three-lions est resté lui tel quel ….

      Sans doute au fait de la grande diversité des fans qui viennent d’un peu partout de l’Angleterre, surtout des petits clubs….

  2. Concernant l’Angleterre des années 70-80, il faut probablement y voir une évolution dans l’âge des protagonistes.
    J’ai toujours été étonné de voir que la plupart des fauteurs de troubles dans les années 70 étaient souvent des ados de 14-15-16-17 ans : souvent des leaders de 20-21 ans et des nuées d’ados qui font le nombre et balancent des pierres et des bouteilles et s’acharnent sur un ennemi à 10 contre 1.
    https://www.youtube.com/watch?v=nCoca9X21Qo

    Ces mêmes ados vieillissent, trouvent un job, ont une copine, font des études, ils ont plus à perdre et décident de prendre moins de risques dans leur délire hooliganesque : ils se professionnalisent, se bastonnent en attaquant des pubs à 500 m du stade plutôt que d’attaquer directement la tribune des adversaires.

    D’ailleurs, l’un des sports préférés des hooligans anglais dans les années 70 était de…piquer la tribune de l’adversaire !
    En gros, pendant que les locaux sont au pub en train de picoler, les supporters visiteurs se pointent une demi-heure avant le coup d’envoi du match dans le kop local et s’installent. Les visiteurs, furieux et humiliés de s’être faits piquer leur place attitrée devront alors tenter de les déloger. S’en suit une bataille rangée d’une violence inouïe avec bourre-pifs, fuite sur le terrain, bobbies dépassés, etc..
    Les gens ont tendance à oublier que les années 70 ont été probablement bien plus violentes dans les tribunes anglaises que les années 80. La violence y était quasi-systématique.

    • Ceux de Leeds n’étaient pas méchants, le fait d’une certaine colère liée avant tout à la cabale autour de leur club et à la situation économique de leur ville…
      Maintenant, on trouve des attitudes semblables chez certains groupes de hooligans et encore, peut-on parler réellement de groupe, car cette notion nous renvoie à l’idée de structure parfaitement rodée, or pour ce type de hooliganisme….
      Hooliganisme naturel d’un côté et professionnel de l’autre….Vu en perfide Albion.

      • Les supps de Leeds? Alors que le hooliganisme était déjà bien en place, j’ai déjà maintes fois lu, de supporters voire hooligans adverses des 70’s, que ceux de Leeds n’avaient effectivement rien de bien terrifiant…

        Et pour tordre le cou, d’un peu, à une autre mauvaise réputation : ceux de Liverpool furent tenus en Belgique, et pour les deux décennies qui précédèrent le Heysel, parmi les plus accommodants du UK… Or dieu sait que nos clubs ne cessèrent de les affronter entre mid-60’s et mid-80’s, on les connaissait…

        Dans le hooliganisme, il y a aussi dit-on ces golden-boys de la City, qui y trouvent un exutoire…

        Derek aborde la prise d’une tribune (ce pourrait être celle d’une banderole, d’un drapeau) ; symbole typique de la dimension territoriale à l’œuvre dans bien des hooliganismes…mais a priori pas parmi ces Russes vus au dernier Euro??

        Je suis resté troublé par la détermination et l’organisation desdits hools russes lors du dernier Euro : cet aspect de ratonnade pâté par pâté, cette maîtrise d’ensemble sur le plan émotionnel…

  3. Ah, j’ignorais que le Spartak était le club de la paysannerie! Ca explique peut-être, psyché russe, qu’il y fut (et reste?) le club le plus populaire – et pas d’un peu…

    J’ai cru comprendre, en me penchant sur cette histoire à Bilbao (dont je n’avais pas même entendu parler), que la responsabilité des supporters russes dans ces incidents était au final fort douteuse, et avait assurément (et prévisiblement, inévitablement) été grossie par nos pravdas diverses?

    Quant aux hools russes, autant de tests de Poutine? C’est séduisant, à l’instar de ses avions titillant régulièrement l’espace aérien de l’OTAN en Baltique ou Mer du Nord (la réciproque est non moins vraie)…

    Ca me séduit en tout cas beaucoup plus que ces histoires d’ingérence russe dans les élections américaines (toujours aucun élément factuel en ce sens, rien), ou que le dernier épisode en date : piratage des services étatiques allemands par des hackers russes… Ca vient de sortir!…et ils en sont certes tout-à-fait capables, et d’ailleurs c’est peut-être même vrai………..mais y voir d’emblée la patte du Kremlin alors que s’esquisse à Berlin une volonté (pas partagée par tous) de calmer le jeu voire de se rapprocher sur certains dossiers…??

    Et puis surtout, ce genre de tragicomédie (piratages de services gouvernementaux par les Russes, donc), je l’ai vécu de l’intérieur……………..et sinon pour resserrer les rangs en instiguant un climat de terreur/paranoïa interne, genre « nous avons été piratés et il y a des traîtres parmi nous! » (j’ajoute que l’ordre venait de bien plus haut que la Belgique) : ben je n’en ai au fond jamais rien vu de concret, bref… A force et dans ces histoires, je suis devenu sceptique…?

  4. Toujours au Spartak : http://www.bbc.com/sport/football/42682746

    Raciste, pas raciste………… En tout cas ç’avait aussitôt fait tout un foin!

    En Belgique, le FC Bruges (désormais tout-puissant au sein de nos instances – Anderlecht est désormais comme déclassé à ce registre) vient de sortir absolument indemne malgré les injonctions et menaces fermes (lol) de notre belle fédé, et surtout malgré ceci :

    https://www.msn.com/fr-be/actualite/other/lunion-belge-réagit-et-poursuit-le-club-de-bruges-suite-aux-incidents-racistes/ar-BBIVKwQ

    Pas faute pourtant que le Standard ait déjà lourdement été sanctionné pour bien moins que ça durant ces dernières saisons – je précise que les faits lui reprochés (et d’ailleurs restés nébuleux) n’ont jamais relevé du racisme…

    Pour d’autres faits du même acabit, à Courtrai cette fois, et en l’absence de réaction digne de ce nom par la fédé, le Standard avait décidé d’attaquer au pénal :

    https://www.rtl.be/sport/football/le-standard-porte-plainte-au-penal-contre-des-supporters-de-courtrai-984506.aspx

    A Bruges, il ne fait à dire vrai même plus bon être supporter…non-flamand dudit FC Bruges ; beaucoup de supporters francophones de ce club disent y ressentir (voire être eux-mêmes victimes d’) un durcissement identitaire des tribunes…

    Deux bonnes générations, désormais, que ce club a été flamingandisé de l’intérieur ; ce qui s’y passe aujourd’hui est hélas un développement logique.

  5. Tu était à Marseille au moment des « incidents » entre russes et anglais qui avaient défrayé la chronique lors du dernier Euro, Yves ? Me souviens qu’au moment des faits, les médias français présentaient limite les faits comme suit: « de gentils petits rosbeefs sobre et festifs attaqués par surprise par d’horrible russes sur-dopés et assoifé de sang, le tout couvert en haut lieu par l’ogre mangeur d’enfant (ah non, ça c’est Assad…) Poutine et gnagnagna…
    Qu’en dit-on à Marseille presque deux ans aprés les faits ?

    PS: c’est marrant comme vos grands médias mainstream ont bien plus de faciliter à taper sur quelques golgoth russes que sur une partie de l’organigrame et de l’entourage hum, comment pourrais-je dire… « volcanique » qui gravite autour de l’Athletic Bilbao. Mais bon, ne soyons pas « conspirationniste » n’est-ce pas ? :p

    • Oui, j’étais présent, pas au Vieux-Port, mais j’ai croisé un groupe de hools russes avec leur t-shirt noir. Ils se dirigeaient vers le Vieux-Port alors qu’ils étaient place Castellane, rue de Rome. Ils cherchaient les beefs, ou comment prendre les bonnes rues pour leur tombé dessus, je pense………..Les gens ne pense pas grand-chose, ça été tellement rapide…

      Problème de grille de lecture ou dérangement ce qui implique pas mal de gêne….
      En fait, je crois qu’il y a pas mal d’ignorance venant de ses médias…

Laisser un commentaire