Rafael Nadal dans son monde à lui

Quoiqu’il advienne dans le futur Rafael Nadal aura réalisé ce qu’aucun joueur n’avait jamais produit à ce jour, remporté à dix reprises un tournoi de tennis de l’envergure de Roland-Garros. Il faut toujours des premières dans le monde du sport, mais avec cette énième victoire Porte d’Auteuil, l’espagnol à placer la barre très haut.

Est-ce que Nadal à réaliser est humain ?

Est-ce logique de voir un joueur dominer un tournoi du Grand Chelem de cette façon ?

Les questions abondent, mais plutôt que de faire dans la polémique primaire, mieux vaut essayer de comprendre un tel résultat.

Opposé à Stan Wawrinka en finale, Rafael Nadal n’a fait qu’une bouchée du Suisse qui manquait de ressources pour contrarier un Nadal affuté et sûr de lui.

Le joueur

Nadal c’est tout d’abord un style de jeu bien particulier, un jeu construit pour performer sur la terre battue uniquement. On pourra toujours objecter que l’espagnol a remporté d’autres tournois du grand chelem et qu’il a donc brillé sur des surfaces différentes, mais son jeu n’a jamais été réellement exportable, l’uniformisation des surfaces a permis à Nadal de surnager ailleurs que sur la terre battue.

On l’aura compris, Nadal est un joueur à l’ancienne, terme un brin péjoratif, mais loin d’être faux au sujet du champion espagnol. Le mécanisme de son coup droit, il faut l’avoir observé et étudier, est une merveille, fait de fluidité, de projection et d’explosivité, une arme de destruction massive faite pour la terre battue, si on ajoute à cela, une ténacité de tous les instants, même si cela fait des années que Nadal ne possède plus la faculté de remettre des balles impossibles, son instinct de tueur, sa propension à commettre le moins possible de faute lui permet d’être à un niveau suffisant pour être intouchable…

L’uniformisation des surfaces a entrainé de facto celle des joueurs, un mouvement auquel Nadal a été soustrait en fonction de son environnement, il est resté « terre à terre », c’est  ce paramètre décisif qui la propulser dans sa marche triomphale vers ses dix victoires à Roland-Garros

Yves Alvarez

30 Comments

  1. Un aveu (et un merci au passage, Yves)?

    Ton abord singulier du cas Nadal est de ces trucs qui, jadis, me firent décisivement considérer le monde du sport (et même un peu plus) autrement…

    Ceci étant dit : je n’ai (toujours…) guère de goût pour le jeu de Nadal……………alors qu’un Connors j’aimais bien… Y a des points communs pourtant, non??

    10 RG? C’est tant gargantuesque qu’on peine sans doute à mesurer l’ampleur du bazar… Quand j’étais gamin, les 5 sacres de Borg étaient comme intouchables, truc d’extra-terrestre…………. 10????

    Je retourne à mon « Charade » – Cary Grant menaçant à l’instant de donner la fessée à Hepburn, oulah : ça devient intéressant :o)

  2. Ah, la question des goûts…

    Je ne suis pas fan du style Nadal, la terre battue ne m’a jamais excité…..Mais je reconnais que son coup droit est une pure merveille, je m’incline, no soucis…
    10 RG, logique, c’est un pur joueur de TB alors que le reste navigue à vue, Nadal est un joueur qui hausser le niveau sur TB au moment où les meilleurs se sont construit en fonction de l’uniformisation des surfaces, résultat d’un côté le meilleur joueur de tous les temps sur TB et de l’autre des sparring-partners…
    Si Nadal s’économise, joue peu, simplement pour s’entretenir, il peut viser un 11 RG…
    Grant qui donne la fessée à Hepburn, c’est qq chose…

  3. Tout ce qu’Hollywood a pu trouver pour recycler ce couple, en mobilisant Clooney-Roberts par exemple, aura beau faire 10.000 « Ocean’s… » : ils resteront des espèces de puceaux à côté de Grant-Hepburn!, soooo glamour………….et je le dis avec la distance (et donc la tranquillité) de quelqu’un qui n’était pas né à la sortie du film!

    Les fesses d’Hepburn? Je connais le film par cœur………….mais me fais avoir à chaque fois, envie d’y croire, bon… :o)

  4. Carey Grant………….. A l’instant « special » consacré à sa jeunesse, son parcours, sur Arte…….. Peut-être évoqueront-ils son amour des Rovers locaux?

    • J’y reviens, si tu ne l’as vu et que je te sais (ou crois?) plutôt fada de son époque cinématographique : c’était Archie et les femmes……………avec la mère malheureuse pour fil conducteur bien sûr…

  5. Ceci-dit, entrevu qq matches, le niveau est faiblard, dit plus haut, accumulation de joueur standardisé, aucun style, je crois que le tennis a atteint son niveau le plus bas depuis des lustres….

    Je comprends mieux la finale entre Federer et Nadal en Australie…

  6. Hello les gars,
    Loin de vouloir jouer au rabat-joie, je ne regarde le tennis que très occasionnellement (quand ma femme décide de m’emm… avec Roland Garros par exemple), ce sport pue quand même le dopage non? Quand je vois Nadal démolir (y’a pas d’autre mots) son adversaire en finale, quand je vois l’intensité physique ahurissante des matchs d’aujourd’hui, hum….

    • J’ai été une fois de plus impressionné par la finale femme….
      Coup droit de folie, est-ce bien sérieux ? Le dopage dans le tennis est une question qui revient sans cesse, mais je crois qu’il n’y a pas de volonté réelle de la fédé internationale de mettre un frein….

      Maintenant, il y a un problème de taille, le public dans sa grande majorité se fout de savoir si les gars sont dopés, il trouve ça logique et ne s’en offusque plus…
      C’est à cause de cette attitude que le dopage perdure…

      • La responsabilité du public est écrasante, oui…

        Suffit d’échanger sur la question, j’en reviens au football, avec des supps de clubs oligarques : pour pérorer sur le caractère exceptionnel du club, palmarès oblige (ne surtout pas en interroger les modalités), pas de souci…………mais qu’il y ait dopage avéré?, et il ne sera alors plus du tout question d’exceptionnalisme, « tout le monde fait ça » (ce qui pourtant est faux tant qualitativement que quantitativement).

  7. Oui final dames pareil.
    Bon…hum…on est pareil concernant le foot hein, plus personne ne s’en offusque.
    C’est vrai que toute cette hypocrisie, en premier lieu des commentateurs qui s’extasient du niveau exceptionnel des joueurs (chaque lendemain c’est toujours un peu plus « exceptionnel », que dis-je? Historique! que la veille bien entendu), ça fout un peu les boules. Tout le monde le voit, mais personne n’en prononce le nom.

    • Plus personne ne s’en offusque? Oui, comme rentré dans les mœurs, incroyable… Epoque gagnée au culte de la « performance », un début d’explication??

      Ca changera sûrement ; dans les 70’s par exemple on ne s’en cachait guère, c’était le tout-à-la-science, genre privilégier le lait en poudre au sein maternel…puis ce devint moins glorieux, discrétion de mise… Aujourd’hui ça fait tacitement partie du décor………….. Demain??

      Je crois que le tennis est des moins susceptibles d’aborder frontalement ces questions. Ce sport a beau s’être démocratisé, il reste connoté…et à bien des égards élitiste, pour d’aucuns une sorte de chasse-gardée – que de clubs, idem en golf, qui se résignent avec dégoût à devoir se frotter à d’autres, de caractère davantage « cul-terreux »! Parmi les clubs huppés de la banlieue sud bruxelloise par exemple, tennis hockey ou golf, c’est notoirement manifeste : l’horreur prévaut quand il faut affronter des ploucs!

      Bref, parmi des sports où peuvent perdurer pareilles mentalités, brin suprémacistes : je crains qu’il n’y ait pas grand-chose à attendre en termes de grands déballages ; le cyclisme est un bien meilleur véhicule pour purger la mauvaise conscience du sport mondial, les cyclistes font de plus opportuns boucs-émissaires… Mais le dopage dans le golf, le tennis?? Sujet sans doute aussi tabou que les accès d’aérophagie d’une Reine Elizabeth, dirais-je ; ces choses-là, bien sûr, sont du ressort exclusif de la plèbe!

      Golf, tiens… J’aime bien cette thèse selon laquelle le dopage serait la cause du déclin du jeu de certain Tiger Woods… Poussé à ses limites, son corps l’a lâché, tandis que son jeu se dénaturait à force de s’être hyper-musclé…

      • Registre disciplines virginales / « pas touche! », j’avais été frappé par tout le ramdam médiatique en Belgique autour de notre équipe de hockey, dans son parcours la menant il y a peu à un titre de vice-championne olympique ou mondiale………………. : des mecs extra, gentlemen, sportifs formidables, hommes de valeur, supporters idem…………et puisse surtout le monde cradingue du football en prendre de la graine!

        Pas tout-à-fait faux, mais bon : s’identifier à des mecs propres sur eux en toutes circonstances, sapés Raph Lauren et qui s’appellent John-John…j’ai et garde comme du mal perso!

      • Hockey sur glace, il n’y a pas eu vraiment de couverture médiatique réelle, le strict minimum malgré les résultats positifs des bleus depuis qq temps…

        Certes, l’équipe 21 diffuse des rencontres de la ligue nationale, ils n’ont rien d’autre à mettre à la place, par contre les bleus sont zappés…

        • De mon côté, que les choses soient claires : c’est le très select hockey sur gazon que j’évoquais.

          Les Bleus brillent en hockey sur glace?? J’ignorais totalement…

        • Énorme, car les dirigeants de la Juve ont entériné ce qui s’est produit face au Real en deuxième mi-temps…

          Ce qui m’avait le plus étonné dans le procès de la Juve, ce ne sont pas les histoires de transfusions ou de prise d’EPO masquée par l’absorption de créatine…

          C’est le reste, surdose de médicament que l’on donne le plus souvent au troisième âge, sans parler d’une multitude de trucs louches….
          Moi, je croyais que le footeux était un athlète obsédé par son capital, le corps….

          Rafraichissement
          http://www.cahiersdufootball.net/article-la-vieille-dame-tapait-dans-la-pharmacie-2041

        • Après la victoire du Real, Riolo avait ENFIN pris la mesure du problème…
          Euh, c’est bizarre ces deuxièmes mi-temps du Real, la séquence des 20 minutes, on en a parlé avec Cosmo…

          Résultat, le Hermel qui ramène sa fraise, « oh non, c’est Pintus, le préparateur physique….Zizou qui m’avait expliqué le plan »….

          Ne jamais oublier que ce genre de personne participe à couvrir ce qui se passe.

        • Certains commentaires? Je m’attendais d’expérience à pire, il reste plus de bon sens et de distanciation que je ne croyais…

          Je rejoins Yves (peut-être pas sur ce fil?? – je ne retrouve pas son com ici, 5-6 verres de rouge dans le nez il est vrai) : le board juventino a cautionné la seconde mi-temps merengue, et puis……………. A l’aune de mon expérience diplomatique ça m’étonne le moins du monde, et cependant…

          • Je demeure toujours impressionné par la naïveté des Français, Espagnols, Italiens, etc etc…sur la question du dopage et des méthodes employées.

            Ça fait cinquante piges que les Allemands marchent à toutes formes de substances et ça passe comme une lettre à la poste…

            • Des Français en particulier, dirais-je.

              Les Allemands maîtrisent effectivement leur sujet – dont communicationnel, c’est verrouillé (malgré certes l’un ou l’autre, mais si sporadiques, examens de conscience). Je crois que l’omnipotence et le caractère sur-politique du Bayern n’y sont pas étrangers (entre autres explications) ; absence de réel contre-pouvoir en Germanie (Dortmund, bonne blague… : c’est un club soumis!). Quoiqu’imparfaitement, l’Italie brasse plus large pour laver son linge sale……………car pluralité là-bas de clubs institués???

              Les Pays-Bas, nation-phare du doping footballistique, semblent globalement passer entre les gouttes aux yeux du grand-public, sans doute pour bonne part du fait du complaisant cache-sexe de leur prétendue singularité culturelle (jeu dit ajacide ou hollandais, blablabla…)………….. Là cependant, ce n’est pas faute que les Néerlandais n’aient guère caché leurs casseroles!!!, la faute en incombe à la complaisance ou à l’aveuglement des médias, et tout particulièrement en France je crois…

              Sphère médiatique francophone, pas pour me pousser du col (loin de là…), mais avant que je n’aborde la question sur l’un ou l’autre sites, forums… : ben je n’ai vraiment pas l’impression que le sujet fût jamais abordé en France, en Belgique même la question du doping NL était tabou (celle de leur violence par contre : non)…???

              J’observe avec réconfort, quoi qu’il en soit, que l’idée d’un dopage point piqué des vers, et pour tout dire institué (…pour ne pas dire étatique…) commence à faire son chemin parmi certains esprits, il était temps…

  8. Le dopage est illégal, mais j’ai l’impression qu’il y a un laisser-faire, ça peut aider ailleurs, le problème est que certains se charge alors que d’autres avec le même talent sont clean, là est le problème…

  9. Weisweiler est de ceux qui m’inspirent du respect – le jeu de son ‘Gladbach, c’était pas rien!…et cependant, il est tant lié à la fédé allemande (assistant de Herberger, prof à l’Académie fédérale des entraîneurs de Cologne…par où passa notamment Goethals), autour de laquelle convergent tant de présomptions de dopage institutionnel, étatique… La question mérite effectivement d’être posée, je crois…

    Pour ma part et depuis longtemps, sans l’ombre d’un doute : dopages NL et allemand sont consanguins, depuis plus de 60 ans au moins, aucun doute………………et ce à l’instar, à certains égards et depuis la seconde moitié des 80’s dirais-je, des interpénétrations-doping d’entre Italie et Espagne???

  10. Charger comme jamais….
    Toutes les formations allemandes avaient recours au dopage, il n’y a pas de secret…
    Faut dire qu’ils ont une sacrée culture dans ce domaine…et le plus important, l’élément déterminant, paraitre naturel…

    • Paraître naturel? Oui, sans aucun doute…mais il y a eu des failles tout de même – Schumacher-Battiston 82?? (lointain souvenir, mais…n’en confessa-t-il avoir été dans un état second??)

      • En Belgique, paradoxalement : les deux premiers joueurs de renom contrôlés positifs furent deux…artistes, Van Himst et le fort sous-estimé Pierre Carteus, admirable meneur et esthète du FC Bruges pré-Happel.

        J’omets toujours de le citer…or, du permanent malentendu d’entre joueurs-esthètes et football belge………….car Carteus : 2 matchs à peine sous le maillot national, pour celui qui fut probablement notre plus beau footballeur des années 60 et 70, et qui plus est d’une formidable efficacité… Un gâchis de plus!

Laisser un commentaire