Cruyff pour Cruyff, dent pour dent

 

Tenu par beaucoup pour le meilleur gardien de l’Histoire du football batave (et dont lui reste un record de précocité, puisqu’aligné dès ses 19 ans en Elftal), titulaire indiscutable durant l’homérique campagne de qualification de Coupe du Monde 1974, mais sacrifié sur l’autel de la gloire et du portefeuille de l’inévitable Johan Cruijff : tel fut le destin de l’infortuné Jan Van Beveren, keeper au style splendide, homme de principes et d’exigences, et qui aura pour de bon intégré les coeurs et l’éternité du Philips Stadion d’avoir mené à bon port, à ses 22 ans et visage déformé par le sang, la souffrance et le coton invasif, les 65 dernières minutes d’une âpre rencontre de championnat de Hollande, marquée du tribut d’une dent, et au cours de laquelle il se fit recoudre la langue, dans un contact à moitié arrachée…

Compétiteur-né, Van Beveren s’expliquerait ainsi, de la rage de vaincre qui, en tous lieux et tous moments, l’animait : « Quoi que j’entreprenne, je ne me laisse jamais d’autre choix que de réussir. Même quand je joue avec mes propres enfants, il n’y a rien à faire : il me faut gagner à chaque fois… Je sais que c’est mal, mais je n’y puis rien changer… Et n’allez pas croire que ce soit comme dans ces histoires, qu’il m’arrive de lire çà et là, où l’on entend parler de marathoniens qui ont perdu toute chance de l’emporter, mais sont si déterminés d’en finir, qu’ils poursuivent leur course après l’extinction des lumières, non!… : pour ma part, je suis viscéralement incapable de comprendre cela ; gagner est une chose trop importante pour moi. »

Van Beveren, quoiqu’artiste en son petit rectangle, était donc de ce bois dont sont faits têtus et durs à cuire : battant inébranlable, fier du travail accompli… et sur les pieds duquel, en altier et parfait Amstellodamois, il ne faisait assurément pas bon marcher!… Mais pauvre mortel – ô pauvre Jan…! –, qui tel Hector contre Achille, et qu’importât la vaillance tirée de son bon droit, goûterait combien la vie, à plus forte raison quand s’y mêlent gros sous et mythologie, n’a décidément que faire de la valeur… ni du bon droit ni du mérite!

Histoire d’une infamie

Figure de proue d’un Ajax conquérant, qui le premier avait inscrit les Pays-Bas sur la carte du football européen, puisque « Fils » spirituel du « Général », qui sitôt l’avait adoubé…

Incontournable et habile client de médias, où pullulèrent ses nègres et relais, et qui un jour créeront la télé-réalité…

Héros d’autant des paisibles gens de Batavie, qui de succès et d’icônes, trop longuement, s’étaient trouvés marris…

Sorti vainqueur d’un bras de fer avec la Fédération néerlandaise, au terme d’une première, précoce, fugace et opportune « retraite » internationale, en 1968…

Le beau Johan avait entre-temps tant et si bien joué de sa gloire et du chantage, qu’une grâce divine gagnerait progressivement à son clan, et plus singulièrement à la société menée par son beau-père Co Coster, en ces temps fiévreux de miracle footballistique hollandais, la gestion de la carrière et des gains des joueurs de l’Ajax… puis bientôt de l’ensemble d’un Elftal, au sein duquel Cruijff et son beau-père, sous le regard mi-résigné mi-complaisant de Michels, imposeraient d’autant une loi de fer, qui ne pouvait souffrir la moindre contestation…

Le pouvoir des Cruijff, d’ailleurs, deviendrait rapidement tel, au printemps de l’année 1974, que la Fédération néerlandaise de football consentirait à prélever 150.000 florins (soit quelque 75.000 euros) sur l’enveloppe des primes promises à l’ensemble du Elftal, afin de les redistribuer aux seuls Cruijff, Neeskens, Van Hanegem et Keizer… et qu’importât que les autres joueurs fussent lésés dans l’affaire : personne encore, jamais, n’avait osé contester le système-Cruijff… Et Van Beveren mesura-t-il, donc, à quelle cosmogonie il s’attaquait? Toujours est-il que, pour sa plus grande infortune : le gardien du PSV s’y essaierait, clamant haut et fort qu’il n’était plus question, jamais plus, que Coster fût mêlé de près ou de loin à la gestion de ses intérêts!…

Mais Van Beveren traînait alors une légère blessure, et « le Général » ne voulait pas de problème… Si bien que, dûment machinée avec Cruijff et son agent, dans la perspective d’un ultime match de préparation contre Hambourg, la réaction de Michels serait aussi impitoyable, qu’elle ne s’avéra infâmante par la suite : une conférence de presse fut prestement organisée, au cours de laquelle Michels, plus glacial que d’accoutumée, esquiva d’abord les tenaces questions nées du détournement de primes, pour recentrer les débats sur la proximité du grand rendez-vous mondial, et partant sa volonté, inébranlable, d’aligner son équipe première contre les Allemands… et de ne plus retenir dorénavant, dans ces perspectives et en Elftal, que des joueurs en pleine et immédiate possession de leurs moyens!

Jan van Beveren

Van Beveren aura beau arguer d’une guérison prochaine, rapide… et que confirmeront d’ailleurs tous les médecins consultés ; rien n’y fit : Jan avait osé braver les dieux, et les foudres vénales et divines venaient à s’abattre sur lui!…

Pour ce match de préparation contre Hambourg, « le Général » alignerait au final une équipe B…

Le traitement était d’autant plus rude, profondément injuste, que Cruijff et son cercle fermé pouvaient régulièrement bénéficier d’incongrus traitements de faveur, faisant çà et là l’impasse sur des joutes amicales, quand ils ne réintégraient pas le groupe de l’Ajax avec jusqu’à 3 jours de retard, et l’éternelle bénédiction du « Général », aux lendemains des matchs de qualification…

Sources perpétuelles de tensions, ces privilèges prêtés aux Ajacides ne manquaient jamais d’irriter le solde du groupe Hollande… – et ainsi en 1975 quand, bras-dessus bras-dessous avec leur compagne, la veille d’un match à livrer en Pologne, Cruijff et Neeskens de se présenter enfin à l’entraînement, quoique avec un jour de retard… Et tous de saluer les retardataires, à l’exception des 6 représentants du PSV, passablement remontés, et parmi lesquels figuraient les deux grands « oubliés » de l’été 1974 : le meneur de jeu Willy Van der Kuijlen, donc, joueur du siècle du PSV (mais écarté un an plus tôt du groupe Hollande, puisque susceptible de pouvoir porter ombrage au triple Ballon d’Or)… et le décidément peu rancunier Van Beveren, simplement coupable d’avoir un jour trouvé l’outrecuidance – l’outrecuidance, forcément – d’avoir osé réclamer son dû…

L’indulgence, cependant, n’était pas le fort de Willy qui, à la vue des catalans Cruijff et Neeskens, ne put davantage se contenir : « Ah! Je vois que les Rois d’Espagne sont enfin arrivés! »…

Portés par un vent favorable, ces mots paraîtraient bientôt dans la presse néerlandaise… où abonderaient sitôt les allégations de Cruijff, hurlant à un épouvantable complot des joueurs du PSV contre sa personne, et qu’eût ourdi la figure (combien trop binaire pour ce-faire, pourtant…) du si impulsif, si direct, et si improbablement machiavélique Van Beveren…

A compter de ce jour, cependant, la carrière internationale de Van Beveren ne serait plus qu’un lent calvaire, fait de brimades et d’insultes, et de coups bas et de menaces… Et son destin d’anticiper celui du kubrickien « Baleine » quand, une nuit de retraite et menés par Neeskens : tous les Ajacides se relaieraient, seaux d’urine ou d’eau froide à la main, autour du lit du rebelle-malgré-lui…

Rincé de vengeance, le temps était venu désormais, pour Cruijff, d’en finir comme sans doute tout avait commencé : coup de fil à George Knobel, fugace entraîneur de l’Ajax, et nouvel entraîneur de l’équipe nationale… et Cruijff d’exiger l’éviction, définitive et sine die, de Jan le téméraire et du hâbleur Van der Kuijlen… à défaut de quoi : ce fussent alors le Roi-Johan, et toute sa clique venue d’Ajax, qui pour de bon claqueraient la porte!

Knobel réunirait l’Elftal, espérant encore accoucher d’une paix des braves… et les Brabançons, à leur tour, d’y menacer d’un boycott de la sélection, si l’on toucha encore à un cheveu de Van Beveren!… mais Cruijff d’insister : « Monsieur Knobel, il vous faut choisir. Si vous continuez à sélectionner Van Beveren et Van der Kuijlen : c’est alors moi qui partirai… »…

Et Knobel de se résoudre à Cruijff, puisque l’idole de tout un peuple!… Et la tribu du PSV, unanime et solennelle, de réitérer ses menaces!… – Et le singulier Van Beveren, immense autant qu’il fut brisé, d’implorer ses fidèles de ne point sacrifier leur carrière pour lui : c’en devenait décidément trop, pour le Brabançon d’adoption…

Les détails premiers de l’histoire ne paraîtraient que des années plus tard quand, rongé par le remords, mais sans jamais oser nommer Cruijff, Knobel déclarera que Van Beveren avait été « correct sur tout », et qu’il avait été victime d’une « terrible conspiration »…

Puis les hommes de passer (6 entraîneurs fédéraux, en l’espace ramassé de 6 saisons), autant que ne restaient patents les démons du football hollandais, ou que ne perdurait un phare, en cet océan de bataves infamies… Et considérant l’indigence chronique du portier Jongbloed, du tout circonscrite à sa faiblarde prestation munichoise de 1974, Jan Zwartkruis, le nouvel et pragmatique entraîneur de la sélection, de s’employer dès lors, et en toute priorité, à convaincre Van Beveren de renouer avec les Oranjes, dans la perspective d’un match de qualifications de Coupe du Monde 1978, face à la modeste équipe d’Islande… – et y parviendrait, le bougre!… mais contre la promesse, cette fois, que la Fédération néerlandaise règlerait enfin à Jan la totalité de ses primes, dues pour la période 1974-1977!

Ce serait sa dernière prestation sous le maillot national. Car quoique naturellement pressenti pour le match décisif, qui cette fois encore opposerait l’Elftal aux belges voisins du Sud, Van Beveren apprendrait bien vite, de la bouche même d’un Zwartkruis déjà débordé, que le médiocre Jongbloed lui serait encore préféré : « Mon excuse sera lamentable, Jan… : j’ai les mains liées!… Si tu joues : Cruijff ne jouera plus! »…

Et ce match contre l’Islande d’avoir été donc le dernier, de l’éprouvante carrière internationale du formidable portier du PSV ; amputée selon Henk Spaan, journaliste peu susceptible de cruijffophobie, de quelque 40 sélections nationales au bas mot (en cette funeste année 1977, le probable meilleur gardien de l’Histoire du football hollandais, il est vrai, n’était encore âgé que de 29 ans…)…

Et Cruijff, presque aussitôt, de le rejoindre au club des pré-retraités hollandais, au soir navrant de ce match même, livré face aux Belges, et sciemment barré au portier… mais au moins Cruijff l’eut-il choisi, lui!… Et comme de coutume, une légende opportune s’empresserait de prêter à l’idole de tout un peuple (et grand démocrate s’il en fut…!) d’avoir préféré brider sa carrière, plutôt que de se commettre à l’infâmante World Cup en Argentine…

Légende et médias, en aval de Cruijff, auront beau redoubler d’efforts, d’inventivité – de risible haut-sens démocratique, donc, en confuses menaces exercées contre sa famille – ; la raison, au fond, était combien plus prosaïque (c’est-à-dire indicible) : en l’absence du si oedipien « père » Michels (ou de ses faibles avatars), c’est l’incorruptibilité, bien plutôt, que ce demi-dieu redouterait!

Mais que de mal, entre-temps, le système-Cruijff n’avait-il commis!… Depuis ce Van Beveren, qui donc jamais n’abolirait le hasardeux Jongbloed (combien coupable en Allemagne, mais imposé par la clique-Michels sous prétexte de son jeu au pied)… à l’épique Van der Kuijlen, meneur et buteur d’exception, et qu’une Ajaxocratie hostile réduirait, inexorablement, à une vingtaine de sélections…

Quant à Rensenbrink… Oh l’encombrant que voilà!… et étranger à l’armée d’Ajax, également!… mais dont Johan mesurait si pleinement combien incontournable était « l’homme-serpent », que Cruijff et Michels s’accorderaient bien vite à sacrifier, pour lui et pour une fois, l’ajacide équipier Keizer : ailier longtemps complice, mais soudain disqualifié pour une sombre histoire de capitanat (lequel se devait, comme toute chose : de revenir à Cruijff!)…

Ô tant incontournable Robbie, que lors de cette fantômatique finale oranje de Munich : Rensenbrink seul serait excusable, qui s’alignait blessé et affaibli, et serait d’ailleurs bien tôt remplacé… Et Rensenbrink de tousser… et tous les Oranjes de prendre froid, qu’importassent Johan ou pas Johan, comme en 1978!

Quant au pauvre Jan, Jan… De près ou de loin, les Coupes du Monde toujours se refuseraient à lui, qui sitôt approché par une télévision nationale, pour y couvrir comme consultant la Coupe du Monde argentine, aurait à affronter l’ire tenace des ovidiens fan-clubs du « Hollandais volant »… – et une fois de plus, une fois encore : se retirerait…!

 

Alexandre

La vie est une farce.

135 Comments

  1. Oufti t’es rapide, Yves.

    Comme expliqué l’autre jour : pour ma part, Cruijff, j’en ai depuis certain temps fait le tour, sujet qui ne m’intéresse vraiment plus……………mais puisque le sujet de ce vieil article embrassait précisément 2-3 questions soulevées en commentaires de Suurendonk…

    Ne pas croire que j’aie cherché à l’accabler, que du contraire : l’épisode le plus délétère n’a pas été mentionné dans ce papier (et ne le sera pas :o) )!

    • L’épisode le plus délétère, la ½ retour 78-C3 face au Barca ?
      Ghemmour dans son book consacré à son dieu à éviter le sujet, peut-être qu’il ne le sait même pas…

        • Je reviens demain pour les excellents articles parus – bravo déjà pour ce papier sur Kempes!!!

          Le « oufti » donc, faute de temps? Ben c’est tellement dans les mœurs locales que, quand l’unif de Liège (top du top rayon astrophysique) envoie des satellites dans l’espace : elles les appelle « oufti I », « oufit II »…….. (faut imaginer l’unif d’Aix-Marseille envoyer des « Peuchère I-II-… » en orbite géostationnaire).

          Quand ils découvrent des systèmes stellaires, par contre : on les baptise « Trappist »…………mais la tradition, toujours!

  2. Excellent article (je ne sais pas, toutefois, si Ghemmour et Roustan l’apprécieraient) qui me rend Cruyff de moins en moins sympathique.
    Coïncidence (ou vous m’avez lu), je posais la question l’autre jour du pourquoi de la non-sélection de Van Beveren.
    Comment croire que l’on peut-être Champion du monde, avec un gardien aussi pataud que Jonbloed ?
    Il y a peu d’exemple, sauf le Brésil 70 peut-être, d’un champion sans grand gardien: Combi, Maspoli, Turek, Gilmar, Banks, Maier, Fillol, Zoff, Illgner, Barthez, Buffon, Casillas, Neuer.
    N’est-ce pas, Hidalgo ?

    • Je t’avais lu – j’ai pour réputation d’être un « lecteur attentif » ;o)

      NB : Tu vois bien que tu me vouvoies… ;o) (vraiment pas hésiter à tutoyer…)

      Ghemmour, Roustan…………….? Leur cruyffolâtrie juvénile n’est pas mon problème! :o)

      • Au temps pour moi, cru que c’était Yves et non toi, l’auteur (ce qui ne change rien) !
        Dans tes commentaires, que signifie: …; o) ?
        La Sainte Trinité de nos deux compères, c’est: Cruyff, Platini, Maradona.

  3. On l’oublie trop souvent – voulu ? – mais Van Beveren était de loin le meilleur keep de son époque. Zoff et Bordon en Italie, Rudakov en URSS , Maier, Kneib en Allemagne, Arconada et Miguel Angel en Espagne, Banks, Jennings, Clémence, Corrigan chez les brits, l’ensemble était un cran en dessous du néerlandais …
    L’absence de Van Beveren a été préjudiciable à l’EIftal, et que dire de son affrontement face à Bastia en finale de C3, ou il tient le 0/0 dans la fournaise et le marécage de Furiani à lui tout seul…

    • Le meilleur d’entre tous était pour moi…Piot ;o) (NB : ceci est un clin d’œil, Fred Astaire) ; je n’ai en tout cas aucun doute quant au fait qu’aucun de ses successeurs (Pfaff, Preud’Homme, Courtois…) n’arrivât jamais, ni n’arrivera, à sa cheville…

      Mais le style de Van Beveren était à mon sens supérieur, ça oui.

      Les réflexes sur sa ligne de Piot, singulièrement : inégalables pour son époque (je ne vise que le continent européen)!

      • ( excellent article) Non mais Alex t’es dur là… Pfaff Preud’Homme c’est quand même du très haut niveau… faut comprendre que ça peut choquer ce que tu dis là :0)

        Piot je ne connais pas très bien…

        @ Yves : Meilleur je ne sais pas honnêtement. Il y a quand même un sacré choix et pas des moindres. Fillol ou Maier ou même Banks… je pense qu’à un certain niveau c’est du pareil au même mais l’Anglais c’est du très lourd lui aussi…

        Cela dit Van Beveren est une victime du copinage du grand ami d’Alex cependant je pense qu’il lui aurait fallu avoir un peu plus de coffre , un peu plus d’autorité ( et si on est cynique et/ou calculateur être encore meilleur). Attention c’est un génie mais regardez le cas Pelé en 69 : un journaliste devenu entraineur veut le dégager , colère du peuple , colère de la fédération et il est rapidement limogé… Je me dis que Cruyff ou pas ( et la tâche était sans doute impossible j’en conviens surtout à l’époque..) il se devait de se défendre et à minima demander un peu de soutien de ses coéquipiers et du public. Bon c’est facile à dire bien évidemment…

        Mais peut-être qu’Yves a raison finalement. ( d’ailleurs un article sur les gardiens serait intéressant : qu’est-ce qui importe le plus le réflexe ou l’anticipation etc on en avait déjà parlé)

        • Dur? Franchement, non. Preud’Homme fut un crack, Pfaff pour ma part brin surfait………… Il y eut un paquet de grands gardiens moins connus, aussi (les Boone, Nicolay, Delhasse, Bodart…), ce fut longtemps une très grande tradition, mais ceux-là n’eurent le charismatique et/ou l’exposition d’un Pfaff…..mais Piot, olala…………. : au-dessus de tous ceux-là, et pas d’un peu!

          2-3 vidéos, hélas bien rares :

          Documentaire lui-consacré, à l’image du personnage (humainement au top), sans prétention aucune… : https://www.youtube.com/watch?v=7Fy-UQ-F5JM

          Quelques arrêts, classiques pour le gaillard, désastreuse WC 1970 (un fiasco!) :

          https://www.youtube.com/watch?v=dA3IQzGYrqk

          https://www.youtube.com/watch?v=pY0Xrg6F_aY

          NL-Belgique 73 (à 0:55) : https://www.youtube.com/watch?v=6cWwulNygvs

          Le gaillard a souffert de sérieuses blessures, sa fin de carrière en pâtit……………mais à 100% : un extra-terrestre.

            • C’est tout-à-fait ça : à côté de la plaque!

              Van Himst fut (un peu injustement) épinglé, et d’ailleurs bouda la sélection dans la foulée, Wilfried Puis (parce qu’influençable?) aussi………mais, en fait, le fiasco fut collectif, Goethals compris – à trop vouloir en faire, trop vouloir pallier la nullité crasse de la fédé : il finit par fatiguer/démobiliser à peu près tout le monde, je crois bien……….

              Seuls à sortir du lot : Dockx!, et dans une moiondre mesure Van Moer………. Piot fit ce qu’il peut, mais si seul soudain………… Le reste : à oublier!, parcours digne d’un Portugal 86 si tu vois ce que je veux dire (ma comparaison laisse de côté l’aspect « primes » à l’oeuvre dans le fiasco lusitanien).

          • J’ai vu tous les liens du bonhomme merci. On sent qu’il vient du terroir. Cet attachement au club me semble être une preuve , un peu comme pour Ceulemans je me trompe ? Des types visiblement très humbles contrairement à d’autres…

            Je note que l’arrêt contre les Pays Bas est le cousin lointain de celui de Banks contre Pelé… Grand classe mais j’ai l’impression que ça allait moins vite ( effet de la vidéo ou je me trompe ?) . Bon je ne vais pas taquiner mais je pense qu’on connait mon admiration sur ce stoppage tant décrié par toi du fait du déchainement médiatique :0)

            Prises d’appui intéressantes , il a du talent. Après le Van Beverern c’est aussi très très monstrueux …

            • Ceulemans et Piot, bien vu.

              Ce genre d’histoires est surtout très NL, du moins en comparaison de la scène belge, presqu’angélique sur ce point à côté……….

              Ceulemans? Son style l’a desservi, son tempérament aussi, son parcours enfin (rester à Bruges, plutpôt que de céder aux sirènes du Real, de l’Inter…)…………..et cependant quel joueur!!!, je le tiens sans hésitation parmi les tout meilleurs mondiaux de son temps, bref…………………et cependant : jamais il ne fit de sienne, ne voulut faire de l’ombre à autrui…………. Respect!

              Pfaff est d’une autre trempe humaine et médiatique, caractère davantage « NL »………… Embrouilles avec Aumann au Bayern, sourire pepsodent et bancs UV, télé-réalité à gogo, son comportement lamentable à l’endroit de Gerets en 82 (déjà évoqué par ici)…………. Son pont trop loin consista à vouloir imposer, à tout prix, son frère bof-bof Danny en équipe nationale……………. Là, et je pense que ça faisait certain temps que Thijs y pensait (…mais était resté prudent eu égard à la popularité du lascar?) : Thijs le fit gicler du groupe – avis perso : il était temps!

              Autres exceptions, joueurs et comportement anormalement égotiques / tout pour ma gueule : Degryse d’une certaine manière (comme par hasard devenu plus influent faiseur d’opinions du pays), le très trouble Jurion, Courtois et De Bruyne auraient bien mérité des baffe lors du dernier Euro………………. Mais dans l’ensemble : nos footballeurs sont des anges à côté de tant de caractères NL…………..

              • D’ailleurs un peu HS mais Bruges a quand même été très malchanceux en coupe d’Europe ou c’est moi ? Tirages à chaque fois très compliqués durant leurs meilleures années… Et sais-tu pourquoi le « grand » Anderlecht n’a pas été au niveau durant les grandes heures de Bruges ?

                Mais on a coutume de dire que la c3 était plus « prestigieuse » mais dans ce cas pourquoi Anderlecht ( et d’autres clubs étrangers) jouait la C2 malgré une deuxième place en championnat comme en 76 ? Je n’avais jamais véritablement fait gaffe…

                ( encore désolé du HS)

                Intéressante cette analyse sur le comportement égotique. Est-ce pour cela que Preud’Homme ou Pfaff ont eu une meilleure « reconnaissance » étrangère ( du moins mass médiatique et parfois institutionnelle ? Parce que le Ceulemans faut avoir du courage pour en parler au Belge vraiment « moyen » à côté de la « génération dorée » actuelle mais encore une fois tu dois le savoir…

                Ceux qui sont un peu « narcissiques » semblent avoir une meilleur empreinte à niveau similaire dans certains pays… ( sans oublier le contexte de la diffusion plus ou moins ouverte des télévisions et des fameuses archives… plus faciles dans un « club institutionnel » que dans un « club lambda » mais j’espère qu’on aura compris ce que je souhaitais dire… :0) :0) )

                • Bruges très malchanceux en tirages de CE? C’est vrai………..mais à relativiser, aussi! Car que valaient alors (ère Happel) des Real, Milan, Juve?? Ben rien de bien sensass’, à dire vrai… – les 3 grands du Nord à l’époque, et sans de sacrés scandales / coups de pouce des instances : on n’en aurait pas vu un seul en finale de CE dans les années 70…………… La grandeur singulière de ce club, sous Happel (quoique déjà avant en partie…et sous l’impulsion surtout, il est vrai, de génies techniques et offensifs tels Carteus et Rensenbrink) : goût prononcé de l’offensive à tout-va, que de scénarii complètement fous, de scores dignes des 50’s………….. Tout, tout grand spectacle avec ces Brugeois!

                  Bruges était alors, depuis les années 60 (au cours desquelles, d’ailleurs, ils s’endettèrent épouvantablement – les modalités de leur sauvetage restent des plus étonnantes, je n’en dirai pas plus!), une équipe émergente au niveau belge, bref : autant dire que leur entregent au niveau de l’UEFA (dont ils avaient totalement raté les premiers wagons) était nul archi-nul (contrairement au fort bien introduit Anderlecht par exemple – l’un des clubs fondateurs des CE, et doté d’un ADN pour le moins privilégié)…………….

                  Anderlecht et C2s, dans les 70’s? Soit ils gagnaient la Coupe de Belgique………soit ils remportaient la C2, aussi simple que ça. 50% d’Anderlecht, alors : c’était Rensenbrink………………lequel traînait notoirement son ennui dans les matchs sans grande adversité/enjeu…………ce qui, donc, sur la longueur d’une saison, finissait par handicaper Anderlecht, que de points perdus alors face à des sans grades… (et puis, tout de même : ne pas oublier qu’en face : Bruges était un cador européen!)

                  • Ce que je tiens pour l’une des plus grandes injustices de certaine Histoire officielle de l’eurofoot : le jugement infâme réservé au Bruges de Happel, réduit chez beaucoup (que de fois n’ai-je lu ce genre d’étronismes chez Sofoot…………) à une équipe dégueulasse, ultra-défensive………….sur base exclusive de l’unique match où, véritablement, ils garèrent le bus devant le goal (à savoir : finale de C1 78, qu’ils durent disputer sans 2 de leurs joueurs-clés…)………… Quelle honte d’avoir osé écrire un truc pareil…et a fortiori quand on ferma et ferme encore, à ce point, les yeux sur le jeu si souvent hyper-négatif d’Ajax ou des Oranjes en déplacement………………………

                • Ceulemans n’a jamais aimé, et moins encore cherché, la lumière… D’une certaine manière, on récolte souvent ce que l’on sème, et puis son style même n’était guère sexy…………………mais le personnage dégage une telle sérénité, que je n’ai guère de doute que c’est lui qui avait raison, il est sans doute plus heureux, moins tourmenté, que bien des joueurs de moindre qualité, et qui toutefois auront gagné une aura supérieure………….. Ca fera prétentieux, m’en fous :o), mais je crois que les vrais spécialistes surent et savent encore apprécier la grandeur brin singulière de ce joueur (qu’en amont il faut connaître bien sûr, or puisqu’il était peu médiatisé…)…

                  Preud’Homme? J’insiste : un crack mondial…………………….mais qui ne parvint jamais à récupérer sa place au Standard contre Bodart, sur qui d’ailleurs le Standard choisit finalement de miser, laissant bien volontiers à Preud’Homme de poursuivre ailleurs sa prestigieuse carrière……….. D’aucuns diraient – wikipedia, palmarès, « grands » noms… – que le Standard se trompa dans les grandes largeurs en l’espèce…………mais c’est tout le contraire, on n’imagine combien Bodart porta ce club, qui ne valait plus rien, au bout de ses gants 12 ans durant………..

                  Pfaff? Beaucoup de talent là encore, par moments franchement sensationnel…………mais plus encore un clown assez pathétique, assurément complexé à la base (gens du voyage, je crois), et en quête perpétuelle de reconnaissance publique et médiatique, toujours devoir se mettre en avant avec son sourire pepsodent et son espèce de permanente (??? – la coiffure n’est pas mon truc…)………….. J’insiste : grand gardien!………….mais il était surtout le chouchou des proto-footix et de la ménagère de 50 ans ; tant mieux pour eux et pour lui ainsi………..mais il y avait mieux en rayons…

                  • Preud’Homme-Bodart, important : Preud’Homme épousa une flamande, est parfait bilingue, a fait carrière en Flandre, y gagna le respect, personnage par ailleurs très méticuleux, hyper-pro…………….

                    Bodart? Complètement monolingue (bien qu’il fasse mieux que se débrouiller en wallon, allez), borderline au possible, sulfureux, en RIEN consensuel………… Le style, même, était aux antipodes de celui du très élégant Preud’Homme : brut de décoffrage!

                    Ca explique beaucoup de leurs auras respectives, là aussi……….

                    • Preud’homme est malin il a donc compris le a paradigme de la société actuelle : être un excellent communiquant. Mais à sa décharge et je ne vais pas te l’apprendre il est bon en Belgique de ne pas être trop « connoté » linguistiquement ou culturellement ( si je dis une bêtise merci de me rectifier immédiatement).

                      De toutes manières hormis pour les indécrottables sceptiques , la broyeuse médiatique se charge de faire le reste et il est très très difficile d’en sortir ( et ça touche toutes les classes sociales et même si je tombe dans le HS est souvent plus sophistiqué et plus redoutable quand elle touche les « classes supérieures »…

                      Je constate également que la Belgique a également été rayé de la carte footballistique ( de manière historique j’entends). L’Uruguay a eu un peu plus de chance mais on était pas loin de la réécriture… Pour les joueurs je ne peux que souscrire : petit exemple : Sotil ( qui a eu des problèmes dans un club de ton ami..) bah il n’existe plus maintenant…Sans oublier les excellents joueurs de nations « plus modestes »… ah exemple très surprenant : Ndoram. Petit miracle mais difficile à nier puisque l’un des entraineurs historiques du club en faisant son chouchou…

        • Cosmo,

          Van Beveren fut, précisément, le…seul à oser affronter ce système mafieux – n’ayons pas peur des mots.

          Ses équipiers l’ont suivi, et étaient d’ailleurs déterminés…mais c’est Van Beveren qui, de guère lasse, laissa tomber.

          Le public? Cruyffomania, alors, des plus débilissimes (« Oei oei oei » entra dans les charts… ;o) )……………… Attention, côté PSV on n’a pas oublié cet épisode, Cruyff y fut d’ailleurs systématiquement très fraîchement accueilli………………..mais quant au reste du pays… C’était d’autant peine perdue que le clan-Cruyff dictait déjà l’agenda médiatique, et d’ailleurs s’en servit contre Van Beveren.

          Dans un autre contexte (professionnel) j’ai fait l’expérience de cela, affronter seul un système…………je crois comprendre Van Beveren, pot de fer contre pot de terre, individu contre institutions, système… Je ne le souhaite à personne, voué à l’échec et il faut savoir en sortir à temps.

          Je disais, plus haut, trouver l’épisode 78, au Barca, plus encore abject……………….et pour cause : à l’instigation de cette catin de Cruyff, Van Beveren dut y affronter la HAINE collective de milliers de crétins fanatisés, sans le moins du monde pouvoir espérer que l’un d’entre eux, rien qu’un seul, puisse avoir la moindre idée de ce qui, aux Pays-Bas, s’était vraiment passé!

          • En fait je crois que ça dépasse le cadre maffieux… Dans un pays si on trouve l’aspect fanatique d’un peuple , qu’on y ajoute un élément de fanatisme ( ici Cruyff) , qu’on y ajoute les moyens de propagande ( Médias à sa gloire) , qu’on y ajoute une déification (mythologie) accompagné d’une gloire nationale on arrive petit à petit au véritable fascisme et je n’exagère pas…

            Bien entendu à petite échelle cela restera de la petite magouille et en effet on peut parler de cadre maffieux. Mais l’échelle est ici un peu plus grande vraisemblablement : on pourrait imaginer de manière superficielle que ce n’était qu’une lutte entre clans rivaux ( PSV AJAX) mais ça va un peu plus loin que ça : c’est une véritable stratégie de déstabilisation bien ciblée…

            J’ai vu ton autre message et ton cortège de vidéo… Les menaces de mort correspondent bien à ce que je disais… on entre dans quelque chose de très différent de la simple rivalité… cela va trop loin…Le mec devait déranger d’une certaine manière par sa probité… ou autre…

            Tu grattes sur quelque chose de vraiment troublant et je me demande jusqu’où tu vas nous conduire…

            Respect…

            • Merci!

              Je ne vous conduirai pas plus loin (grand banditisme, politique……………….)… Il y a un moment, je l’écrivais plus haut : il faut savoir s’arrêter…!

  4. Ce qui est très surprenant parmi les « meilleurs joueurs de l’histoire » occidentaux c’est que ce sont toujours des personnalités narcissiques , dictatoriales , qui veulent absolument tout régenter… Je ne sais pas si je suis le seul à l’avoir constaté mais je trouve que c’est révélateur… quelques exemples en vrac :

    -Cruyff isole et écarte certains joueurs ( pas besoin d’y revenir)
    -Beckenbauer isole et écarte certains joueurs ( Netzer , Breitner… mais au moins ça gagne c’est la logique de l’histoire…)
    -Platini isole et écarte certains joueurs ( pour des motifs purement égocentriques : l’un qui avait trop fricoté avec sa dulcinée et qui aurait pu aider contre les allemands en 82 , Domergue pour avoir éclipsé la vedette en 1/2 d’euro 84 d’ailleurs si Yves a un avis sur cette question…)

    Les exemples qui me viennent de tête… Bizarrement je crains que pour Pelé et Maradona il n’y ait pas de tel comportement ( pour le brésilien il n’a pas le narcissisme de l’image mais plutôt du gagnant ce qui n’est pas exactement la même chose quand à l’argentin je le crois très discipliné vis-à-vis de ses entraineurs et pas très au fait des faits désignés plus haut…)

    Eusebio me semble avoir en revanche un mauvais esprit mais n’ayant pas de données précises… Zidane se faisait engueuler par Thierry Henry et ne bronchait pas…

    • Maradona a écarté Ramón Díaz par exemple, il ne devait pas être étranger non plus à la banquette forcée de Passarella en 86 (Ceci étant dit, je ne me ferait pas l’avocat de cette mule de Passarella non plus hein). En 81 à Boca, il a imposé Ruggeri en équipe première, il s’est toujours adjugé le capitanat partout où il est passé, bref ils traînent tous leurs casseroles…

      • Merci pour les précisions. Diaz ce n’était pas le staff ( entraineurs , joueurs) plus que Maradona lui-même ? Crise d’égo ? Surprenant cela dit il avait quelque chose mais pas vraiment de quoi l’inquiéter sur le long terme donc c’est assez étrange…

        En 82 du moins sans doute trop jeune pour le capitanat du coup peut-être volonté d s’imposer en écartant Passarella… Mais ça a marché en 86… Sinon Diaz avait foutu un beau but contre le Brésil…

        Petites magouilles ordinaires à la limite mais pas vraiment technocratiques et coordonnées que pour le néerlandais mais qui sait…

    • Ca, c’est cruel!

      Ledit « Axel » a toujours été correct dans les échanges, civilisé disons…………… Bref ce que je vais écrire me met sincèrement un peu mal à l’aise, et cependant, tant d’élucubrations…………………….. Dans les années 60-70, sans recul aucun, contexte sociétal de l’époque… : je comprends sans souci………………mais affirmer encore tant de bêtises 40-50 ans plus tard??? Ce n’est plus possible, voyons…………

      Sans exagération ni méchanceté ni prétention aucunes : il ne s’y passe pas 4-5 lignes sans qu’on y lise une erreur factuelle, certaines majeures d’ailleurs……….

      Barca-Madrid… Transfert au Feyenoord……………. J’en passe et des meilleures, trop long à développer mais tellement à côté de la plaque… Qu’il ne m’en veuille pas, on ne sait jamais…

      • En effet, t’as tout dit! J’ai rien contre Axel non plus, d’autant qu’à l’époque du Vox, j’en ai écrit aussi des choses transpirant la fan club attitude… 😀

        • On est tous passés par là (déjà confessé : il fut un temps où je me sentais tout malin à dire « Cruyff wouaaaahh »……………en en ayant à tout péter vu 3 images circulant en boucle…………. – le choc quand je me suis intéressé en profondeur au personnage, et surtout vu panel bcp plus exhaustif – et illustratif – de sa carrière, hum……………)…

          Goûts et couleurs, fan-attitude : de cela je ne voudrais pas même discuter, c’est déplacé!

          Mais ces espèces de mythologies/mystifications modernes, de « fakes »?? Enfin, chacun fait ce qu’il veut bien sûr…

        • Comme tu sais, et alors que je disais l’autre jour avoir le sentiment d’en avoir fait le tour de la question, lol… Bref, et en recherchant un vieux document dans mes bazars, sur quoi je tombe? Une opération subie à ses tout, tout débuts dans le professionnalisme donc ; le joueur était déjà reconnu pour son talent, assuré même pour un million de florins de l’époque (une fortune!)…………..mais souffrait d’une légère déformation d’un pied, raison officielle, d’ailleurs (et du moins), pour laquelle il n’avait presté son service militaire…

          Bref Cruijff fut radicalement opéré dès ses 18-19 ans, décision prise par Rolink et Van Praag, rectifier cette « anomalie », standardiser son corps, histoire surtout que son organisme rentre dans les clous, ça devait l’améliorer… Lionel Messi, Garrincha…, si vous nous lisez…

          Cosmo évoqua jadis Cruijff comme suit : un produit de la science……… Pas mieux!

          • Chers amis,
            Vous voulez absolument rendre malade Roustan et Ghemmour avec votre anti-Cruyffisme primaire ?
            A Stéphane Pauwels, autre célèbre belge, vous ne pouvez pas payer une formation d’ « Antifootixme » ?
            Je l’ai entendu répèter 4 fois « le Real DE Madrid », puis « C’est le Roi qui a effacé les dettes du Real », « j’ai été recruteur de l’AS Monaco, donc je connais bien le football » !

            • Je perçois ton ironie, tracasse ;o)

              Mais, dans le cas d’espèce : plutôt de l’anti-…ajacidisme! alors (et même « primaire » si on veut, pas de souci ;o) ). Car Cruijff m’y paraît, pour une fois et à certains égards, avoir été une…victime.

              Je viens de renvoyer un document tout ce qu’il y a de plus officiel, daté de 1973, et attestant que les joueurs d’Ajax n’avaient à l’époque d’autre choix que de changer de médecin (devine en faveur duquel), d’obtempérer aveuglément à ses avis, consignes…….. Je range cette opération de Cruijff là-dedans, même s’il est certain que, à ses 18 ans déjà, il était prêt à tout qui put lui forcer les portes de la gloire…

              Ce que, enfin, cette pensée technocratique, scientiste, était semble-t-il incapable de comprendre : c’est que le génie créatif véritable est affaire de sublimation intérieure, en tout cas procède si souvent de la transformation d’une singularité (mentale, physique…) en force, en différenciation………………….mais la question du génie propre, ou celle de la créativité, étaient bien sûr étrangers à la façon de procéder d’Ajax…et de quelques autres clubs aussi…

              Pauwels? Crois-le ou non, la Belgique francophone a désormais réussi à produire pire que ce type, faut le faire…

              • Pire qu’à Pauwels, donc?

                Ben on a le gaillard de la vidéo (Cf. plus bas), d’ailleurs en couple avec la fille de la vidéo… Tous deux ont constitué un binôme dans la vie comme à l’écran, couverture du football sur RTL Belgique…

                Ne pas demander à Madame de causer Histoire du foot, ça vaut mieux…………mais au moins l’a-t-elle dans le sang! ; 2 bonnes décennies en tribunes : le foot, elle connaît (j’ai pu en juger : on fréquentait le même bar de supporters il y a 15 ans)…

                Mais alors ce type, mon dieu… Je l’ai vu 4-5 fois à l’œuvre…………..et il cause de tout sauf de foot (auquel il ne connaît RIEN) : coulisses amoureuses, « glamour »… Ce type, c’est Paris-Match……..et un nouveau concept en soi, car généralement c’est le quota-femme qui sert de greluche.

                Autre nouveau concept : jouer, donc, du binôme à la vie ; et vas-y qu’on étale le tout sur la place publique… : https://www.bing.com/videos/search?q=thibaud+roland+football&view=detail&mid=9C6D189D390C60AC42679C6D189D390C60AC4267&FORM=VIRE

                Y a eu ça aussi, encore un concept en soi… : http://www.rtl.be/tv/rtltvi/blog/12-04-2017-qui-embrassera-anne-ruwet

                Oui, nous aussi : nous tombons très, très bas…

              • On dirait comme un bug dans la matrice narrative… « Le plus grand » affirmant des « plus méchants » qu’ils étaient, allez, « les plus…séduisants »… :o)

          • En parlant de science… j’ai l’impression qu’il y a un nouveau produit en circulation. Déjà présent chez quelques célébrités sportives il se démocratise dans le football…

            Finalement en matière de dopage je préfère encore celui de récupération ( moindre mal ?) ce qui reste répréhensible tout ceci étant condamnable au dopage très poussé , très scientifique mais surtout visible… Le City de Guardiola est inhumain : jeu stéréotypé , aucune grâce … sans compter les coups de pouce arbitrales ( déjà épinglé dans des contrôles manqués..). United a également cet élément de puissance suspecte mais me gène moins (ça peut choquer d’ailleurs je le suis moi-même..). Idem à Liverpool : reste une certaine tradition d’un jeu rapide et cohérent historiquement. Je n’essaye pas de hiérarchiser les causes du mal mais « l’appui pharmacologique » qui asphyxie l’adversaire de manière totalitaire me semble d’une dangereuse modernité mais également très dépourvue de véritable créativité…

            D’ailleurs Alex t’en penses quoi de Wijnaldum ? Je l’ai jamais vu aussi fort qu’aujourd’hui contre Arsenal c’était vraiment très très stupéfiant cette agilité technique aussi désintéressée… paradoxalement assez effrayant aussi…Cela dit très doué.

            Sinon je confesse un petit péché : le Pauwels des débuts en France dans sa carrière médiatique n’était pas mauvais ( je n’espère pas choquer notre ami belge). J’ai suivi le bonhomme de manière assez irrégulière mais ne disait pas de bêtises… bon après le grand cirque cependant…

              • Je n’en ai vu que la deuxième mi-temps…et, sans rire : ils m’ont paru en progrès par rapport à ces 2-3 dernières années (je ne les avais jamais connus aussi bas…)!

                Advocaat est une pipe…………mais le problème est plus profond, vivier et mentalité à pleurer.

                • Je parlais de Wijnaldum plus haut… quelques fulgurances mais n’avait pas le niveau physique de Liverpool… peut-être un warning de la Fifa pour les néerlandais concernant la « préparation  » ? Ce n’est pas la première fois… Robben à la rue également ( reprise je crois) …

                  D’ailleurs en foutre 4 aux bataves pour faire un nul heureux ( les cousins qui font parti du Bénélux devaient gagner…) contre le Luxembourg… Bizarre…

  5. Van Beveren dans ses oeuvres – rapide, aérien, spectaculaire…j’y ajoute bcp de bravoure aussi! : https://www.youtube.com/watch?v=MpN94DcMQbs

    Le souvenir de Van Beveren reste bien vivace :

    Buste de bronze et tiffo au PSV (auquel est associé VanderKuijlen, l’autre grande victime de Cruijff) : https://www.youtube.com/watch?v=jfQi9W1GzvI

    Tribune à son nom, à Emmen : https://www.youtube.com/watch?v=YXc68semwXM

    Et même aux Etats-Unis!!! (où il joua) : https://www.youtube.com/watch?v=nteIGrusOrc

    Meilleur gardien du monde? Beaucoup le pensaient, Yves…

    Je passe sur les menaces de mort (bien réelles, lui! – suivez mon regard…) qu’il reçut aux Pays-Bas, et qui sans doute le décidèrent à quitter son pays…

    • Van Beveren assurément volé en sélection… mais vraiment le meilleur de sa génération ? Je sais qu’il a un déficit de renommée quand on évoque les « meilleurs gardiens de l’histoire » ( terme qui commence d’ailleurs à me fatiguer.. un peu trop réducteur parfois…)

      Je ne cherche pas à le comparer aux autres mais , par exemple , le débat faisait rage dans le monde concernant le cas anglais : Shilton titulaire ? Clemence titulaire ? C’était une forme de débat médiatique et populaire bon enfant plutôt décontracté et agréable mais je m’égare…

      J’imagine que dans la lignée des gardiens néerlandais tu le considères comme étant intouchable ? On évoque toujours Van der Sar ( tu dois le savoir mieux que moi ça) mais par exemple on oublie souvent son fiasco retentissant à la Juventus , sa renaissance progressive à Fulham et le confirmation à United…

      Sinon Stanley Menzo t’en penses quoi ? L’Ajax a quand même été assez ouvert sur ce coup là pas tous les jours qu’on avait un gardien noir en Europe même si on avait quelques cas… Mais Surinamien. Onana le camerounais semble être sur ses traces…

      • Menzo, dans mes souvenirs (aka ce titre sensationnel avec le Lierse, sous Gerets), ne cassait vraiment pas 3 pattes à un canard………….mais il était sur la fin de parcours au Lierse, pente savonneuse même………

        A Ajax? J’en ai vu bien des matchs à l’époque, mais il fut bien le dernier qui me marqua!, je serais bien en peine de t’en dire quoi que ce soit.

        • Pourtant Cruyff dit qu’il pouvait évoluer comme joueur de champ et qu’il avait un excellent jeu au pied…

          Enfin il a quand même un petit palmarès et puis c’était folklorique quand on connaissait les préjugés pour ce poste… Cruyfff grand Humaniste…

          • Je n’ai vraiment que bien peu de souvenirs de lui…et en tout cas pas, de ses années belges, qu’il évoluât particulièrement haut sur pelouse – ce qui n’exclut absolument pas qu’il eût cette qualité, attention ;o), mais en Belgique c’est une qualité peu recherchée, ni mobilisée, pour un gardien (un gardien doit d’abord savoir garder ses filets…un défenseur d’abord défendre…etc…). Le groupe du Lierse, sous Gerets, comportait pas mal de jeunes (de tête : Somers, Huysmans, l’excellent Van Kerckhoven, Brocken……Cavens aussi, qui exposa en plein vol à l’OM alors qu’il regorgeait vraiment de talent, d’autres encore…………..), Menzo était surtout là pour apporter son vécu je crois.

            Il ne fut pas le premier keeper noir en Belgique, où l’avait au moins précédé l’international nigérian Alloy Agu, annoncé comme un crack à son poste…………..et qui participa bien plutôt de l’effondrement sportif du FC Liège, son passage fut une catastrophe, qui d’ailleurs dut possiblement en refroidir plus d’un (« préjugés pour ce poste », dis-tu)…

            Menzo en souffrit-il? Je n’en ai vraiment pas le souvenir, plutôt le sentiment qu’il fut accueilli comme une chance (le foot belge était soudain au fond du trou…et voilà qu’un type estampillé Ajax y débarquait) et fit le job (mais sans plus).

            Cruijff a eu des mots tendancieux, et qui d’ailleurs lui coûtèrent cher, à l’endroit d’Edgar Davidts…………..mais était-il raciste? Je serais tenté de dire que non.

            Quant à être « humaniste »? Alors là sûrement pas… ;o)

            • Menzo, je viens de me rafraîchir la mémoire : gardien de l’année en Belgique???

              C’est plutôt à son avantage! ;o), mais quand je redécouvre aussi les noms de ceux qui, alors, trustaient les voix pour ce titre honorifique, des Gaspercic, VandeWalle ou compagnie… : c’est même rayon gardiens, sacrilège, que notre football était vraiment tombé très bas!

              Un seul avait alors, en potentiel, le niveau international : Geert De Vliegher……………. Problème : à l’époque, il paya au prix TRES fort certaine cagade face à l’Inter ; le patriarche VandenStock ne passa pas bien loin de briser irrémédiablement sa carrière!

              Et hormis ledit Geert, juste pour contextualiser ce sacre de Menzo (dont je rappelle n’avoir à peu près aucun souvenir) : ben nous n’avions strictement plus rien de bien consistant en stock.

              • Toujours en me rafraîchissant la mémoire : Menzo fut le premier étranger à recevoir le titre de « gardien de l’année » en Belgique…

                A compter de lui : 1 lauréat sur 2 fut étranger… Menzo donc, mais aussi des Zitka, Copa, Ryan, Runje………… Aucun ne cassait vraiment 3 pattes à un canard, on est loin du temps où les keepers étrangers avaient pour nom Birger Jensen, Ruiter ou Tomaszewski……….

                Runje même, triple lauréat, bof… Il avait des qualités…mais n’était pas pour rien la 5ème roue du carrosse en équipe de Croatie… Je m’étonne de ne pas y voir le Français Laquait (celui d’Evian, oui), lequel survola son registre durant ses années belges à Charleroi.

                • D’ailleurs faudrait nous faire un papier sur le « soulier d’ébène »… C’est un truc belge qui m’a toujours fasciné… On en avait déjà parlé… Sinon Neskeens Kebano ( hormis le prénom..) tu l’aimes bien non ? Tielemans j’ai l’impression que que t’es pas vraiment fan.. Je me trompe ? :0)

                  Pour les gardiens c’est simple à comprendre : c’est une certaine baisse de niveau du championnat et les meilleurs finissent par partir. Copa c’est moyen ( et même dans son pays il ne fait pas l’unanimité… mais est respecté pour sa finale de Can 2015..). Et puis Courtois franchement qu’on aime ou pas on a connu pire quand même…

                  • Me semblait bien que j’avais laissé 2-3 coms sans réaction – mes excuses.

                    Kebano? Beau joueur, mérite d’être suivi.

                    Tielemans? J’étais effectivement mitigé, tout ce tralalas autour de lui (bon 5 ans que les très anderlechtophiles médias francophones belges en font des tonnes à son endroit – ça fait monter les enchères…)………mais son évolution est impressionnante, sans doute même sa maturité. Il semble parti pour faire une grande carrière.

                    « Soulier d’Ebène »? Oui, drôle de truc………… C’avait été lancé par une association d’Africains de Belgique, soucieux de donner image positive de leur continent d’origine, et pourquoi pas………..mais c’est devenu du gloubi-goulba je trouve…

                    Keepers belges à compter de mid-90’s? Baisse de niveau du championnat bien sûr……….mais les meilleurs, partir? Ok mais, en l’espèce : quels « meilleurs »? ;o) Il y avait plus qu’un gouffre entre les keepers belges qui s’illustraient dans les 80’s et début 90’s (Pfaff, Preud’Homme, Bodart, Dewilde, Verlinden, Munaron…), d’une part, et puis de l’autre les Gaspercic, Steppe, Lemmens, Peersman, VandenDriessche…….. Grandeur et décadence!, probablement inévitable pour un petit pays comme le nôtre (tu causais de l’Uruguay…….et même lui connut de sacrées vaches maigres, le réservoir humain n’est pas le même).

                    • Tiens Alex, et que pense tu personellemenr de Moussa Dembélé ? Pour être feabc avec toi, je le tiens personnellemenr pour le plus doués des footballeurs belge de votre « génération dorée » (lol…).
                      A chaqie fois qu’il m’arrive de le voir jouer, que ce soit avec la Belgique ou avec Tottenham, je le trouve toujours excellent, et puis il posséde une sacrée classe aussi… Je trouve  que l’on ne parle pas assez de ce joueur, pas assez bling-bling contrairement à Hazard ou De Bruyne peut-être ?

    • Quid de Van de Kerkhof ? (désolé, je reviendrais bientôt à la « civilisation », en ai plus pour trés longtemps dans le fin fond de la pampa… Et bienvenue à Monsieur Proviste !)

        • J’en garde encore beaucoup (bcp bcp…) sur ce type… ;o)

          Y a des trucs, sérieux : on ne me croirait pas…

          Encore 2-3 articles à venir sur ce football, tant qu’à faire…………..puis je reviens au belge.

  6. Je parlais de « meilleur de l »histoire » dans un commentaire plus haut et bien dans le genre décrédibilisation du football « Four four two » semble être en bonne voie de décrocher le pompon… Je ne connais pas vraiment cette publication ( ni ses ramifications profondes) mais si Yves Alex ou un autre tombaient là-dessus ils passeraient une sale minute car il est assez gratiné… ( à moins d’être fan du très génial Socrates le seul footballeur qui a fait des longues études rappelons-le)…

    D’ailleurs je ne sais pas si je devais en parler ou pas bon on est un peu dans le sujet avec la réécriture de l’histoire…Bon pour faire passer la pilule on met quelques très grands noms souvent ignorés mais si c’est pour faire des aberrations ensuite… particulier.

    (« l’ajax a quand même été* assez ouvert » commentaire plus haut si Yves pouvait corriger… désolé… ça n’arrivera plus…)

  7. @Cosmo
    Je ne savais pas que Socrates était présenté de cette manière…….Pourtant, Afonsinho a joué un rôle non négligeable dans le parcours du grand Socrates…..Je ne pense pas qu’il ait influencé Socrates au point de devenir toubib, mais Afonsinho est sorti diplômé de la faculté de médecine de Rio et à commencer à investir le champ politique alors que Socrates venait de signer son premier contrat professionnel…

    • Malheureusement oui… Je ne connais pas trop le rôle de son frère là-dedans ( victime ou complice je ne sais pas) mais ce « roman historique » marche beaucoup avec les gens d’un certain milieu qui lisent une certaine presse. « seul joueur à avoir une conscience politique forte , un certain niveau intellectuel , meilleur que Zico ( et de fil en aiguille pour se faire bien voir en société c’est à la mode) Garrincha largement supérieur à Pelé et plus aimé par le peuple etc »…

      D’ailleurs après m’être renseigné ( heureusement qu’il reste des brésiliens honnêtes non partisans pour l’un ou l’autre) et 2,3 petites recherches , et bien on apprend que c’est une construction (voulue par qui ???) d’un certain anglais ayant de drôles de réseaux… Il est l’un des hommes clés d’une certaine propagande mais je vais m’arrêter là… ( je parle ici de la comparaison entre les deux joueurs de 1958)

      Mais « en ville » c’est ce qu’il faut dire pour être un « connaisseur »…

  8. Bellos est le copain de Wilson au Guardian…

    Bien sûr que Pelé a profité de l’explosion médiatique grâce à l’apport de la TV par rapport à ses prédécesseurs, je n’ose même pas imaginer de nos jours avec Internet….

    Maintenant, dire qu’il a marqué beaucoup de buts contre de petites équipes est une vérité, mais CR7 ou Messi on fait la même chose dans de bien meilleures conditions.

    Il y a une volonté manifeste d’essayer de rabaisser les perfs de Pelé et de certains joueurs de son époque par la même occasion, mais l’examen des faits et dans les conditions de jeu dans lesquelles évoluaient Pelé et ses adversaires se passe de commentaires, équipements, violence gratuite et terrain pourri …

    Bellos et Wilson appartiennent à un courant de pensée britannique qui perdure, celui de n’avoir jamais accepté que le football britannique soit supplanté et ridiculiser par les Sud-Américains et les Européens de l’est dès le début du XX siècle….

    Rien de bien très méchant, mais il y a quelques choses qui n’arrive pas à passer chez certains…

    • Je ne voyais pas davantage que toi à qui faisait allusion Cosmo ; le nom par contre ne m’était pas inconnu (son père non plus).

      Bellos Jr, je le connais par d’autres biais aussi, texte qui jadis m’avait intrigué….. Rien à voir avec le football, ça me reviendra un jour.

      Truc intéressant à son endroit, affaires footballistiques cette fois : rageux du chiffre, et qui à ce titre relève de cette forme d’école « analytique » (lol…) qui, aujourd’hui, fait tant de mal à la compréhension du football, ce tout déshumanisant (et si dévoyant, si déculturant) à la statistique………..

      Wilson, cette espèce d’évangéliste 2.0 de l’Histoire officielle du ballon rond : déjà dit ce qu’il m’inspirait (en bien : un peu…mais bien plus en mal)………………………..

    • On ne va pas se mentir : le brésilien a été utilisé , notamment pour des intérêts US pour le développement du soccer ce n’est pas un scoop ni un secret. Les plus hautes autorités s’en sont chargés. Personne n’est clean à un certain niveau.

      En revanche on a jamais ce genre d’article pour Cruyff ( et plusieurs personnes plus ou moins proches..l’idolâtrent… )

      Cela va un peu plus loin que ça. Se renseigner sur le boulot « véritable » du paternel pour comprendre mais là je vais peut-être un peu trop loin donc Yves décidera de la suite du message. Faut savoir que cette branche de recherche ( qui n’est pas vraiment de la science humaine) est en réalité une usine à ingénierie sociale qui a été très active durant le Plan Marshall… Je ne vais pas faire un dessin…

      Visiblement Pelé a été utile quelques temps mais maintenant faut s’en débarrasser mais je trouve ça surprenant… En minimisant les qualités du joueur puis en l’annihilant dans une comparaison hasardeuse avec un autre très grand talent puis en mentant effrontément pour créer une sorte « d’émotion négative » qui devrait à terme nier progressivement l’individu puis au final l’exclure de l’histoire puisque humainement méprisable et pas si fort que ça… Travail de pro…

      Honnêtement je pense que ça va un peu plus loin que la petite rivalité géographique mais je peux me tromper… le storytelling est beaucoup trop bien réalisé… les brésiliens pétaient un câble ( du moins ceux d’un certain âge les autres finissent par gober..)…

      • Pour le cas Socrates c’est aussi extrêmement bien ficelé que ça peut prêter à sourire… à moins que l’ancien grand joueur a lui aussi été utilisé à un moment donné et que du coup on il en quelque sorte donné des gages…

        C’est devenu la coqueluche ( malgré lui) de la petite intelligentsia… Je sais que son frère ancien joueur avait des velléités plus ou moins médiatiques…

        D’ailleurs le père officiellement grand écrivain et expert culturel a reçu des critiques plus ou moins virulentes de gens qu’on peut difficilement qualifier de subversifs mais je vais m’arrêter là…

      • Le grand Socrates – que j’aime bien, aucun problème là-dessus – à tout de même contribuer à la destruction du foot brésilien………Porteur de valise des libéraux, ce n’est pas Santiago qui va me dire le contraire…

        • À force de jouer sur la corde de la liberté envers et contre tout, il participer activement à la fragilisation des clubs et du football brésilien, il a montré l’exemple avec son exode à Florence, le footballeur doit être libre en toute circonstance, sauf qu’un club, c’est les supps, les dirigeants et les joueurs, Socrates à participer à casser ce lien, le footballeur roi, et le foot local est parti en sucette pour le profit de quelques mafias ….

          Je pense que Socrates a fini par comprendre que son action n’avait pas été si utile que ça, qu’il avait été manipulé par des gens bien plus malin que lui, les libéraux…mais, Socrates ne s’est pas arrêter là, c’est fou le nombre d’absurdités qu’il a pu tenir en terme de propos à travers des interviews…étrange.

          • Le fameux « idiot utile ». Soyons clairs : un idiot utile peut provenir toute classe sociale . Du balayeur au patron d’entreprise. L’intelligence n’est pas forcément le récepteur de la manipulation ( même si on peut parfois y percevoir un manque mais ne soyons pas cyniques) mais surtout par l’émotion et la croyance. N’importe quel « intellectuel » peut également en être la victime comme le dirait un cadre soviétique.. Toute exaltation excessive peut être à double tranchant…

            Mais de toutes manières à un certain niveau il n’y a plus beaucoup de gentils donc faut vraiment être attentifs et certains idéalistes ne le sont pas manifestement…

        • Oh que non, pas moi qui vais te contredire la dessus…

          Savoir aussi que le fait que cette action ait été mené aux Corinthians n’est pas anodine non plus. A Flamengo, les libéraux s’étaient heurté à Antonio Augusto Dunshee (ce qui lui couta cher professionellement…), et Zico n’avait pas l’intelligeance et la conscience de Socrates…

          J’ai tout de même de la peine et de l’empathie pour Socrates, ses problémes d’alcoolisme datent de sa prise de conscience de son rôle d’idiot utile. Le plus brutal pour lui fut sans doute lorsqu’il se rendit compte d’a qui il venait de livrer le football de club brésilien. Yves a raison, ses derniéres interview étaient trés…troublantes… On sentait qu’il s’en voulait, mais qu’il essayait en même temps de se déculpabiliser. Trés étrange…

          • Certain temps, déjà, qu’Yves me mit au parfum concernant le caracctère d' »idiot utile » de Socrates………… (ce drame, le mien donc, de ne comprendre d’autres langues latines, ach…)…….

            Mais, précisément : ces dernières interviews, si étranges, de Socrates??

            • Oui, vers les derniéres années de sa vie, certaines de ses interview avaient parfois des airs de testament mêlé à pas mal d’aigreur et d’agressivité. Il s’exprimait de moins en moins, mais ses prise de positions étaient de plus en plus saillante, offensive et insisive (ça se dit ?) envers les dirigeants de la CBF (même les plus frondeurs), Dunga lors de son premier mandat de séléctionneur, Scolari, Kakà et Ronaldinho, même Neymar, Ganso et Lucas en ont eu pour leur poire, et ils avaient à peine 18-20 ans…

          • Le problème est fort simple, l’ensemble des clubs de football marqué à gauche ou à droite, mais sur une ligne conservatrice ont tous été infiltré et à terme ont explosé, bonjour le club strass et paillette…
            Au Brésil, les libéraux se foutaient bien d’investir Fluminense ou le Sao Paulo, le problème était le statut des grands clubs populaires Corinthians et Flamengo……Boca en Argentine, tous ont vacillé d’une manière ou d’une autre et le grand Socrates a participé activement au processus avec son idée de démocratie corinthienne.

            Oui, je pense qu’il a pris conscience à qui il avait filé les clés du football brésilien…. »Je bois pour calmer mon cerveau ».

            Socrates n’est pas devenu comme ça du jour ou lendemain dépressif. Son problème fut d’admettre qu’il avait fauté, ce qui donna de drôle de saillit envers ceux qui étaient sur le terrain, sa manière d’avoir pris en grippe Dunga pour mieux se disculpé et pourtant, Dunga malgré son style était aussi brésilien que lui, Socrates était trop sensible et tout ça a fini par l’emporter…

            • Merci!

              Ca me fait penser que j’ai entre-temps trouvé du neuf (une confirmation, donc), concernant l’alcoolisme d’une autre très grande star du football mondial………….. Article un jour!

  9. Je vois à quoi tu fais allusion….
    On en a parlé avec Alex, il y a quelques scribouillards, brit, francais…..qui ont un problème avec la confrontation Amsud-Euro, je dis bien confrontation.
    Pour moi, amateur de foot, il n’y a pas de confrontation, je ne vois que des cultures différentes en matière de jeu, de clubs, public, organisation etc etc……..Eux sont dans l’affrontement, ce qui donne à la une de l’Equipe, Il était le jeu après le décès de Cruyff, par Duluc, j’ai le papier, vidéo à venir, no soucis….
    Et Pelé et Maradona c’est une blague ?

    Il ne s’agit pas de parler de racisme chez ses gens, mais ils ont un sérieux problème avec le fait d’admettre que le football s’est développé par l’intelligence à l’Est pour l’Europe et en Amsud, alors que l’Europe de l’Ouest qui est aujourd’hui l’épicentre du football mondial pour l’oseille, n’a rien créer de concret, ils ont ça dans la gorge, ce qui donne toute cette littérature toxique, je trouve ça stupide et affligeant, car il y a des raisons à ce qui s’est passé, la manière dont le football s’est diffusé à travers le monde…

    • D’ailleurs ( un peu HS) mais Futre a complètement disparu des radars même chez les portugais… Eusebio CR7 à la limite Rui Costa et Figo mais pas un mort sur Futre j’ai trouvé ça bizarre… à cause de son transfert à Madrid ? Il a disparu de l’histoire le pauvre…

      Duluc et les autres ont des impératifs il ne sont pas vraiment libres. Il faut distiller du message. Mais bizarrement il y a quelques années il avait été louangeur du système sud Am ( plébiscitant un célèbre footballeur brésilien) mais ce revirement est particulier. après faut aussi comprendre qu’il y a des impératifs financiers et autres : faut bien que l’européen puisse croire qu’il est le meilleur (idem aux USA…)

      Sujet très complexe…

      • Exactement, pareil pour Helenio Herrera: faut surtout pas dire que c’est l’entraîneur français au plus grand palmarès (et de loin); au mieux , il est naturalisé (mais ils sont incapables de dire à quel âge), pour pouvoir faire leurs petites confrontations genre: Jacquet, Wenger, Deschamps ou Zidane, quel est le meilleur ? On ne parle déjà plus de Batteux, Snella, Arribas, Hidalgo (l’autre jour quelqu’un parlait de Sinibaldi).

      • Ne pas oublier aussi un certain Marcel Domingo, un des meilleurs keep du foot français qui a fait une carrière d’entraineur en Espagne après avoir jouer pour l’Espanyol et l’Atletico. Au crédit du grand Marcel, la Liga en 70 avec l’Atletico et la Coupe nationale en 72, toujours avec l’Atletico….

        • Marcel Domingo, bien sûr (ne pas confondre avec René Domingo). C’est Helenio Herrera, coach du Stade français qui l’emmena dans ses bagages, avec Ben Barek, à l’Atletico.
          Du Stade français, venait aussi Louis Hon, qui fut le premier joueur français professionnel (suivi de jean Luciano) à évoluer au Real, 6 ans avant Kopa. il fera également une belle carrière d’entraîneur en Espagne.
          Dans les années 10 et 20, les français du Real, Pedro Parages et René Petit, étaient, eux, amateurs.
          Pour tous les sites de foot, même les plus sérieux, Herrera est Argentin, au mieux Franco-Argentin: seul le très officiel UEFA Champion League, affiche un petit drapeau français, sous son nom, dans les compos d’équipe !
          Si cette histoire me tient à coeur, et ça m’est revenu entre-temps, c’est que ce reportage sur HH aux « Coulisses de l’exploit » je l’avais vu à l’époque, donc pour moi, cela semblait évident.

        • Marcel Domingo rate d’un rien le doublé en 71, le sort du championnat se joue à la dernière journée, Valence et Di Stefano perde, mais l’Atletico ne fait que match nul, résultat, Domingo et son équipe échoue à un point de Valence…

    • Un jour alors que je discutais avec une personne bien plus âgée que moi sur la presse, le mec me dit, avec l’accent de Marseille……..Jeune, tu ne comprends pas, ces types, c’est tous des bandeurs, ils connaissent trois joueurs, ils rentrent sur la pelouse et ça y est, ils ont la trique pendant trois mois…..
      Faut rajouter aussi tout ce qui gravite autour du foot business…

  10. Registre victimes de Cruijff, j’en oubliais un : Dick Van Dijk!

    Van Dijk est de ces innombrables ex-Ajacides à être subitement décédés dans la force de l’âge – dans son cas et officiellement : une bactérie contractée.

    Contrairement à ce que j’ai pu lire récemment, sur un site que je ne nommerai pas :o), son départ d’Ajax pour l’OGC Nice n’était pas le fait d’une décision de Kovacs, mais bien plutôt un choix imposé à Kovacs – sacrée nuance – par un Cruyff désireux de retrouver le front de l’attaque…………et la dernière saison de Van Dijk à Ajax, donc et en dépit d’excellentes stats (supérieures à celles de Cruijff en ratio buts par minutes jouées), de l’avoir été dans la peau d’un remplaçant.

    A l’instar de Van Beveren sous les couleurs du PSV, Van Dijk eut, lui aussi, sa revanche sur Cruijff en Coupe d’Europe… Cf. qualif de l’OGC, sur le Barca, en C3 1973-1974 (à vérifier mais je crois que c’est cette année-là).

    • J’ai également entrelu quelque part – pas sûr que ce fût parmi ces commentaires-ci? – un commentaire de Cosmo évoquant certaine tentative de réécriture de l’Histoire opérée par l’Occident à l’encontre du (TRES encombrant!) football uruguayen… En l’espèce, déjà dit : je reste marqué par les travaux révisionnistes (sens noble! – merci Nicolas) de notre ami Pierre Arrighi.

      Un jour, Cosmo, tu m’as écrit t’être demandé quel était donc ce drôle de Belge – c’était moi :o) – qui semblait avoir comme une dent contre Cruyff, donc… ;o) Eh bien je dois dire que, quand j’ai découvert les travaux dudit Arrighi : voilà peu ou prou quel fut le sentiment premier qu’il m’inspira aussi (en sus de son érudition et de l’humanisme sincère qui habitait son propos d’ensemble)!

      Et, assez rapidement : je dois dire aussi qu’il me gagna sans réserve ses faveurs dans son combat asymétrique contre certaine intelligentsia européenne du football………….car ce que celle-ci aura véhiculé de l’Uruguay et de son football, pour les discréditer, effectivement…….. : que de diabolisation et de partis pris, bon sang!

      C’est dommage que Pierre ait fait, je crois, le choix de ne plus se livrer sur des forums – il est vrai qu’il a dû essuyer tant de bovines mesquineries, si souvent… Je comprends qu’à force de donner de la confiture aux cochons…

      Pour résumer ce contre quoi (Histoire officielle), à raison, il bataillait :

      Faire passer l’Uruguay triple champion du monde des années 20 pour une dictature (histoire de faire passer ces succès pour ceux d’une junte………ce qui ne manque pas de sel vu quelles étaient les dérives politiques dans le Vieux Monde…)…

      Aliéner, à l’impérialisme français (Rimet), la paternité de la création de la Coupe du Monde….quand bien même celle-ci fut portée à bout de bras par le petit Uruguay (et plus modestement soutenue, en Europe, par la voix et l’action brin singulières de la Belgique)…

      N’en relayer que l’image d’Epinal d’un football violent, brutal – à croire que ces pernicieux faiseurs d’opinion n’ont jamais rien vu de l’Uruguay pré-70’s……….ni surtout des tares propres à l’Europe!)…

      Faire l’impasse sur la moindre des avancées culturelles apportées par l’Uruguay…………ce qui prête d’autant à rire ou pleurer, quand on voit tout le tralalas insensé fait, par ces mêmes crétins orientés, autour d’un Michels (aka le « révolutionnaire », lol) incapable jusqu’au début des années 70 de sortir de son…4-2-4 (que je n’évoque pas par hasard…mais libre à Yves, ou à Santiago, de dire plus des racines du 4-2-4 s’il le juge utile)….

      Etc etc etc…

      Ce qui est presque rigolo, dans ces distorsions de l’Histoire : c’est in fine d’observer, il me semble, combien ce-faisant l’Europe aura surtout projeté sur l’Uruguay ses propres tares et démons ; c’en est presque psycho-pathologique…

      • J’en profite – si jamais il nous lit! – : fais-nous au moins un coucou, Pierre! :o) Voire même (surtout!) partager ici tout ce que tu as à apporter!

        Site et intervenants civilisés, le papa du site y veillerait de toute façon… Et kwé? :o)

        • Oullollollollollooooo……………Seigneur Jésus, Marie, Joseph !!!!!!!

          Quel concentré d’hérésie, de mensonges, d’inepties et d’inculture, mon Dieu…..

          Et ce mystérieux « Jules » qui s’appuie sur les paroles d’une chanson de ce crétin de Gainsbourg (pas trop antisémite, ça va ? Non parce que je ne voudrais pas en rajouter une couche sur nos idéaux Nazis subtilement dissimilés au Reste du Monde :p) pour crée un raccourci sur la conception d’un emblème quasi-centenaire… Loool…

          Sinon, en profiter aussi pour passer un petit coucou à la (formidable) communauté de ce petit espace. Encore le voyage à digérer (je commence à comprendre ce que ressentais Bergkamp tiens…) et le décalage horaire dans la tronche. Je réagirais dans les tout prochains jours (je te répondrais sur tes interrogations sur la fusillade dans les locaux de la Guarda Yves, se passe des choses très étrange à Avellaneda ses derniers jours. J’y était encore hier soir, ça risque de bouger encore sous peu…).
          La bise.

    • C’est fortiche, hein :o)

      Tu as peut-être précisément souvenir que Pierre dut essuyer, çà et là sur un site que nous fréquentions, des attaques très en-dessous de la ceinture, genre « Monsieur Arrighi = digne représentant de l’Uruguay, ce repère de nazis et collabos »………….

      Quelle misère!

  11. Ajout sur l’affaire Van Beveren : il était du groupe hollandais qui, pour ce match amical face à Hambourg, s’entraînait à Zeist…il participa même, et sans souci particulier, aux entraînements avec l’équipe nationale, disputa je crois une rencontre au sein de l’équipe Espoirs…et venait même de disputer une pleine rencontre 3 jours plus tôt avec le PSV!

    Détail malsain : certaine presse fit courir, durant ce stage de préparation à la Coupe du Monde 1974, l’idée selon laquelle Van Beveren redoutait la concurrence de Piet Schrijvers, et qu’il préférait donc se défiler comme un lâche……….. Un véritable matraquage, qui n’incita guère Van Beveren, notoirement éprouvé par ce climat, à batailler plus longuement pour accompagner le groupe en Allemagne.

    Faut-il préciser que Schrijvers ne disputa pas la moindre minute lors de la phase finale…

    Autre blessé illustre, lors de ce stage : Rinus Israel (sur le point alors de signer à…Bruges!)… lequel disputa toutefois 3 rencontres lors du tournoi final en Allemagne.

  12. A propos de Cruyff tiens, ça vien de me revenir, mais je crois bien que c’est également le footballeur préfere d’Eric Zemmour, et dans mes souvenirs, il était tout content le jour ou il accueilli Ghemmour pour son causer de son bouquin sur la.politique dans son émission avec Naulleau il y’a quelques années…

    Bon aprés, chacun le prendra comme il le voudra, hein… :p

    • Ghemmour-Zemour, pure logique…
      Les orange-74 sont considérés comme l’équipe ayant torché les sudams durant la CM-74….

      C’est la première fois qu’une équipe européenne avait réussi à faire vaciller les sudams. Hum……. je passe sur le niveau du Brésil et de l’Uruguay durant ce mondial. C’est de là que vient cette dévotion envers Cruyff dans l’hexagone, en Europe et ailleurs….

      Le monde du foot à toujours jalouser le Brésil de 70, comment jouer comme eux ?…………..je passe sur le reste, le culturel en matière de football chez les sudams, jamais développé ailleurs…

      Les oranges qui marchent sur les sudams en 74, c’est une date historique pour des gens tenaillés par un complexe d’infériorité – suffit de les écouter – d’où cette dévotion chez certain pour les oranges de 74 qui s’est transformé en cruyffisme….

      Une équipe qui ne pense pas, une machine froide sans relief, ça plait à ceux qui n’aiment pas le football pour son aspect créatif……..car ce dernier peut tout changer d’un seul coup.

      • ( je vais me censurer…)

        Oui la théorie du complexe culturel est crédible… mais pourquoi le Portugal de 66 ( bien que très brutal…) ou même la Hongrie 54 sont moins plébiscités que les NL 74 ? C’est quand même surprenant ( bien que pour les hongrois il y a eu beaucoup de lauriers décernés…)

        Vous êtes tous de dangereux révisionnistes… les PB 74 ont « révolutionné » le football… attention au goulag…

        Blague à part le contraste est assez saisissant entre sudams et européens : en France on a encore quelques nostalgiques de Platini mais au Brésil la dévotion pour un Zico est assez extraordinaire… le terme dévotion est vraiment adéquat… on essaye de faire la même chose avec Cruyff sauf que cette fois on doit passer par des moyens détournés…

        Ne pas confondre dévotion avec fanatisme par contre… même en Argentine Maradona ne faisait pas l’unanimité quand on montait dans l’échelle sociale… faut vraiment gratter…

      • Portugal 66 ? Je ne sais pas, mais ce type d’équipe n’a jamais eu la cote sans parler du matraquage sur Pelé…

        La Hongrie-54 c’est une autre histoire…Je pense que c’est générationnel, les PB74 c’est la génération 68, alors que les Magyars…….Et puis tous ses joueurs qui sont allé se réfugié en Espagne, ça n’a pas du plaire à tout le monde…

        • Hongrie 54?

          Avant les Oranjes 74, j’ai l’impression que c’est la seule formation européenne à gagner, aujourd’hui encore, d’intangibles plébiscites parmi les presses d’autorité et mainstream. Cf. ces fumeux concepts de « losers magnifiques », ou d’équipes dites « romantiques ».

          Le grand oublié de la mémoire collective, pour ma part et spontanément : la Suède…dont j’avoue que j’aurais bien du mal à parler moi-même (je comprends le suédois pourtant, aucune excuse).

        • Oui c’est pas faux.

          La Pologne des années 70-80 c’était costaud également ( bien que ne jouant pas de finale de WC).
          La Hongrie se paie le travail technocratique allemand et les PB paient le talent allemand… :0)

          La Suède ? Se faire humilier à domicile par des métis et des noirs en finale c’est bien pour les mass médias occidentaux ( ouverture tout ça) mais beaucoup moins pour certaines élites… on a des « états profonds » qui n’en sont pas très friands mais je dois divaguer ( surtout en Suède…)…

        • Mondial 58……La victoire du Brésil est presque logique puisque le onze auriverde faisait partit des favoris, par contre la Suède en finale, hum…

          Certes la Suède avait produit une quantité de joueurs énorme durant cette période, mais la plupart étaient vieillissants, et beaucoup n’avaient quasiment pas joué en sélection du fait de leur statut de professionnel…

          La vraie finale c’est France-Bresil durant cette compète avec cette fameuse ½ et le tacle assassin et prémédité sur Jonquet par Vava qui fait basculer la rencontre…

          Il ne faut pas trop idéaliser le Brésil de cette période, c’était une équipe qui pouvait faire preuve d’une violence que je qualifierai de sournoise…

          • France-Brésil, véritable finale de 58? Ca ne me choque absolument pas!

            Maintenant, bon, la Suède ce n’était (ni n’est) que 58 : enlevons-en les trous d’air des années 60 puis 80 (rares sont les nations qui n’en ont eus), et alors : quelle régularité!

            En WC : une fois 2ème, 2 fois 3ème, 1 fois 4ème aussi (même si le parcours, bon…), 4-5 accessions au second tour enfin… Mieux encore aux JO (les JO, certes)… 1 demi d’Euro…

            Au-delà même de ces parcours en compétitions internationales, et pour moi à certains égards plus parlant : Cf. http://rsssf.com/tablesz/zwed-intres.html ; le tableau de chasse est pas mal.

          • Hello!

            En effet, la suède 58 est une équipe avec des cadres vieillissants : Liedholm a 35/36 ans, Gren à 37/38 ans par exemple. Il me semble même qu’ils avaient tiré Gren d’une (semi) retraite pour jouer cette coupe du monde. Et puis surtout tactiquement ils proposaient encore un 2-3-5/3-2-5 (La France aussi me direz-vous) face au 4-2-4 brésilien qui était plus équilibré. La France était sans doute le seul adversaire capable d’arrêter le Brésil mais difficile à faire à 10 contre 11. Cette absence de possibilité de remplacements dans une compèt de cette importance était quand même stupide (quand on sait que la Copa América autorisait les remplacements depuis 1935, une preuve de plus de l’avance des Sud Am à l’époque), d’autant que le geste de Vava paraît bien intentionnel.
            Je rejoins Yves sur le cynisme du Brésil. Le Maracanazo a été un événement fondateur pour eux: depuis, le Brésil a réussi un savant mélange de talent et de physique (pour rester poli) pour atteindre leurs objectifs. En 54 déjà on avait eu droit à la fameuse bataille de Berne. Les brésiliens tout talentueux qu’ils étaient, n’hésitaient pas à mettre le pied quand il fallait mais bon en France on retient que le Brésil c’est joga bonito, les Uruguayens ont le monopole de la violence et les Argentins celui de la triche….

            • Vous imaginez ce qu’eût été le destin du football français si jamais, à 11 contre 11 en 1958, elle était passée sur le corps du Brésil (or je pense qu’elle en avait les moyens)…?

              • Honnêtement je ne sais pas. Il y a eu jeu égal mais l’équipe de France n’avait pas de réel antécédent et d’ailleurs n’a jamais confirmé par la suite (avant longtemps..). L’équipe quand elle se qualifiait échouait de manière tonitruante ( sans oublier les WC en restant à la maison…)

                C’était un épiphénomène. Cependant : début des coupes d’Europe , début des ballons d’or tout ça d’origine française HS mais ça a peut-être joué sorte d’émulation…

                • Pas de réel antécédent, Cosmo? C’est sans doute vrai, mais il faut bien un début à tout… Quel était l’antécédent des Pays-Bas avant 74?

                  Je me méfie toujours des résultats consacrés par les grands tournois – pour la Belgique, je n’oublie pas que sa plus grande sélection fut privée de phase finale de WC en 74…alors qu’elle avait les moyens de remporter cette Coupe du Monde!

                  Je méconnais votre football des Kopa, Piantoni, Fontaine…mais j’observe tout de même qu’ils font encore demi-finalistes d’Euro dans la foulée (ils menèrent même 4-2 jusqu’au dernier quart d’heure, face aux Yougos en demi). Et les éliminatoires semblent avoir été royales.

                  En 64, vous sortez l’Angleterre puis la Bulgarie, avant de craquer face aux Hongrois (grande nation encore à l’époque).

                  Elimination tronquée (rien que 2 matchs disputés) au 1er tour en 54, dans un groupe pas piqué des vers…mais vous étiez là encore…

                  WC62? Je découvre que ça se joua dans un match de barrages, pile ou face…

                  Y avait un truc, tout de même!

                  Résultats complets de la France : http://rsssf.com/tablesf/fran-intres.html

                • Le Brésil était programmé pour l’emporter, préparation, diplomatie, motivation, rien n’avait été laissé au hasard, alors que la France était là pour faire un truc.
                  L’EDF était au niveau et en capacité de battre le Brésil……..C’était les dirigeants et l’entourage qui n’était pas au niveau.

                  • Oui c’est vrai. Le Brésil c’était politique. Sans oublier l’humiliation de 1950… il y a également les rumeurs de pression américaine ( assez décrédibilisée par des humoristes..) mais qui s’est sans doute avérée juste un peu plus tard…

                    Mais c’est également beaucoup de talent. Le Brésil avait tout simplement plus d’expérience. La France pouvait faire un coup. Je parlais d’émulation : équipe de Reims + entraineur légendaire… C’était la période du football en France… malheureusement il n’y a pas eu confirmation.

                    Cependant Alex je relativise un peu le reste : ça restait une puissance mondiale très forte… L’URSS a fait des résultats importants également donc méfiance… Il y a beaucoup de facteurs à prendre en compte.

  13. J’ajoute une pièce au « dossier »? :o) Et comme quoi, surtout, on en apprend tous les jours…

    Le péno en deux temps donc, avec dès les 50’s Coppens-Pitters, Coppens-Huysmans, Blanchflower (-McIllroy? je ne sais plus)……….et tant d’autres vraisemblablement aussi, culture du foot populaire…

    J’ajoute une source, quoique postérieure aux 50’s mais des plus intéressantes : match amical Ajax-Anderlecht, juin 1967……….. Premier but d’Ajax? Un péno en deux temps, combinaison entre Henk Groot (à l’initiative et à la conclusion de l’action) et le jeune…Cruyff!

    L’idée était de Groot. Lequel était déjà à la baguette dans le processus qui « feyenoordisa » (quoique dans une variante moins souple et plus athlétique) le jeu d’Ajax.

    • Je le savais ;o)

      Zoetemelk, Janssen (vainqueur du tour 68)… Le judoka Wim Ruska, peut-être la superstar Geesink aussi (un doute, mais…)… Bonne moitié de l’équipe olympique de natation… Le champion d’échecs Jan Timman… J’en oublie…mais tous « patients » de Rolink.

    • Mine de rien la presse NL a les faveurs des chercheurs anglo-saxons et je les comprends… Visiblement c’est une mine d’information et je vois maintenant que t’as été élevé à la bonne école… :0)

      Personne n’en parle en France les langues sont très muettes concernant les sujets sensibles habituels…

      Les connaisseurs du cyclisme balancent du dossier à la truelle c’est assez hardcore… On parlait de Suède mais un moment les vikings étaient à la pointe ( globalement le nord de l’Europe) en ce qui concerne les transfusions sanguines…

      Pas besoin de revenir sur l’historique du PSV mais je crois qu’on a de la grosse polémique en NL… on dira ce que l’on voudra mais dans certaines contrées on aime bien ressortir les cadavres (pas forcément un mal)…

      • Les NL ont pour eux deux grandes vertus :

        1) Pas de chichis!

        2) Leur production culturelle, archives d’époque notamment, est presque totalement numérisée. (quand j’effectuais des recherches aux archives royales belges, y a 5-6 ans : on entreprenait à peine ce travail, lol…)

        Ne pas trop les idéaliser cependant, l’ajacidisme existe aussi chez eux. Et j’ai déjà proposé ici l’une ou l’autre infos, concernant leur football, qui à ma connaissance ne figurent dans aucune œuvre publiée.

        • Oui je suis d’accord. J’ai beaucoup de respect pour ce travail de numérisation . Cela permet d’avoir du solide , du concret et ça aide fortement à crédibiliser un discours… la novlangue et la réécriture de l’histoire se doivent d’êtres combattues avec les faits…

          Toutes cultures a ses qualités et ses défauts en effet…

Laisser un commentaire