Dop ‘Ajax / 2 partie

Mes que un Johan Cruyff

« Pas du dopage »… Et cependant, comme par un singulier jeu de passe-passe spatio-temporel, ces mots de faire écho à une déclaration, non moins récente que péremptoire, du si cruyffien blaugrana Xavi : « Il n’y a pas de dopage dans le football »… quand précisément, d’ailleurs, les trois plus grandes affaires de dopage, auxquelles ait été de près ou de loin associé le grand club ibère, tout au long d’une histoire que l’on sait tortueuse autant que mythogène, de l’avoir comme par hasard été au contact de ses trois « glorieux » chapitres, aujourd’hui inscrits au sacro-saint triptyque catalo-johannesque…

Refus, tout d’abord, de satisfaire aux contrôles anti-dopage, un soir de C2 78-79, à Anderlecht… et les autorités belges, aussitôt, d’inviter le club bruxellois à réfréner ses menaces de plainte auprès de l’UEFA : le Barca de l’intouchable numéro 14, en effet, était une institution ; et il importait alors de ménager les relations diplomatiques entre les deux pays…

« Saint-Pep’ » Guardiola ensuite, bras-droit et confident, voire prolongement, de « coach-Johan » sur les pelouses, comme à l’Ajax « le Fils » l’avait été du « Général », d’être un jour contrôlé positif à la nandrolone…

Et allégations, enfin, du journal « Le Monde » et du cycliste Manzano, selon lesquels figurassent, dans le calepin magique du Docteur Fuentes, les noms de divers joueurs du grand club catalan, depuis l’ombre de l’Elefan Blau duquel l’idéologue et incorrigible Cruyff, comme en ses plus belles heures ajacides, ne se lassait encore de tirer les ficelles… Ou que dire du traitement prêté au jeune et gringalet Messi, si voisin de celui éprouvé, 30 ans plus tôt à l’Ajax, par l’alors grêle et souffreteux Tahamata…!

Simples coïncidences?… Car Cruyff et le dopage : allons donc… Et de fait le nom du « Fils » n’apparaît-il jamais, parmi les récits faits des miraculeuses potions du Docteur Rolink (et certes ne fait-il pas bon attenter au pieux parcours d’un demi-dieu)… Mais les correspondances du sulfureux Jimmy Van Rompu, médecin du sport des années durant au sein de clubs tels Telstar, Xerxes, La Haye ou AZ, d’étendre le champ des ajacides présomptions bien au-delà des « seuls » cas Hulshof, Rijnders ou Tahamata…L’une de ses lettres en effet, rassemblées et publiées en 1989 dans le recueil « De bal als oogklep » (« Le ballon aguicheur »), était plus particulièrement adressée à l’ajacide Piet Keizer :

Cher Piet Keizer,

Autant que je sache, il doit te rester, quelque part à la maison, une boîte à chaussures pleine de petites pillules. Tout au long de l’âge d’or de l’Ajax, tu es probablement le seul, en effet, à avoir refusé de te commettre à ces pratiques… John Rolink était alors le médecin du club, et n’hésitait jamais à vous renforcer par toutes sortes de petites capsules, avant les rencontres de grand intérêt… Ne m’as-tu d’ailleurs pas raconté, un jour, que « s’il venait à un seul joueur de jeter, au réseau public de distribution d’eau, toutes les pillules reçues de Rolink, c’est alors tout Amsterdam qui s’en fût trouvée stupéfiée »?

Mais qu’importe puisque, dans un cas comme dans l’autre : « Le dopage n’existe pas en football »… Et qu’il me soit permis, cependant, de regretter que les bavards Bosvelt et Laseroms, ex-joueurs de Vitesse ou de Feyenoord, et qui auront en vain bravé la loi du silence… ou que René Notten et Epi Drost, actifs au glorieux FC Twente des années 1970… ou que l’infortuné « Nico » Rijnders, évidemment, ou les Petersen, Groot, Prins, Van Dijck, Kleton et Vasovic, ne soient bien sûr plus là pour en parler aujourd’hui…

Mais les destins parallèles d’entre Cruyff et Barca, et plus largement d’entre Hollande et Espagne, de ne se cantonner nullement à ces probables univers souterrains… tant en surface et aux Pays-Bas, hier, comme en Ibérie désormais : l’omerta d’être totale ; et les baillons mis à l’affaire Puerto, par la justice ibère contemporaine, de sembler répondre à ces opportuns black-outs et impunités qui, en Batavie, auront longuement concouru à ce que n’y soient punis, pour dopage et en près d’un demi-siècle de professionnalisme (soit de 1954 à 2000), que les fort dispensables Maikel Aerts (FC Den Bosch) et Harald Wapenaar (FC Utrecht)…

Mais passion et puissance des sentiments… et qu’il n’est plus à démontrer pour l’Espagne, terra footballistica par excellence de l’excès et du gigantisme, autant que de la sacralité des grandes institutions du ballon rond… Tandis qu’aux Pays-Bas : un Hollandais sur 16 aujourd’hui, femmes, enfants et vieillards compris, d’être dûment affilié au sein de la surpuissante Fédération néerlandaise de football!… – ou le « Demi-dieu » Cruyff d’avoir figuré, tout bonnement (puisque tenu pour tel par le peuple batave), « le plus grand Néerlandais vivant » de l’Histoire…

Footballs batave et d’Espagne ; Ajax et Barca ; Cruyff… Des affaires d’Etat? Il est en tout cas symptômatique que, autant les révélations de l’affaire Puerto auront fait de victimes, en des Italie et Allemagne soudain sensibles à ce combat… et autant la justice espagnole d’avoir, à ce jour, scrupuleusement veillé à en épargner ses enfin performants ressortissants…! Comme aux Pays-Bas par le passé, et en dépit des accablants faits rapportés par Hulshof, Muller, Posthuma, Bosvelt, Valk, Van Rompu, Janssen ou Laseroms : seuls les modestes Wapenaar et Aerts, jusqu’à l’émergence récente des cas De Boer ou Jaap Stam, d’avoir un jour été inquiétés!

Pour mémoire enfin, et de quelque caractère étatique de ces omertas : c’est au nom des relations diplomatiques d’entre Espagne et Belgique, si les dirigeants de certain club bruxellois auront finalement renoncé, en lendemains de rencontre de C2 1978-1979, à porter plainte contre une équipe catalane marquée du passage de Cruyff, et qui s’était refusée à satisfaire au sacrilège iconoclasme de contrôles anti-dopage, qui osassent être entrepris contre ces saintes-majestés…

Alexandre

La vie est une farce.

31 Comments

  1. Merci pour vos papiers.

    Pour répondre à l’article voici ma modeste contribution : https://www.youtube.com/watch?v=953rOfQ8Y0w et si on est un peu plus artiste dans l’âme ( chaine de vidéo hautement recommandée) : https://www.youtube.com/watch?v=THs2cEn1CoY

    La violence du réel en comparaison avec le tintamarre Cruyff… Article une nouvelle fois très nécessaire. Ne soyons pas naïfs il est malheureusement possible que du temps de l’homme de la vidéo ait pris quelques « compléments » ( et encore on n’en sait rien) mais enfin c’est sans commune mesure avec le « système » ajacide et plus globalement NL de l’époque… Je ne sais pas si Yves a des informations sur l’Amérique du sud ( morts subites suspectes) mais les NL oula…

    Je vais vous faire un petit aveu… Je crois que les gros pourvoyeurs de produits et les grands thuriféraires des « systèmes » à la Barça Fuentes ou à l’Ajax Rolink sont des grands ennemis du talent… Je m’explique : ils n’aiment pas le talent inné. Ils n’aiment pas les génies. Les vrais. Ils préfèrent les joueurs « mutants » ceux qui sont en harmonie avec la transition politique et biologique de l’homme…La création d’un homme nouveau en somme ( je m’égare…) Petit exemple : Sacchi détestait Baggio…

    Certes il y avait une culture du dopage en Italie mais le cas Cruyff est plus que troublant : idéologue de la pilule mais en très petit comité. Anquetil lui avait le mérite de la franchise. Coppi également. En ce sens Cruyff représente un aspect de « modernité » à prendre très au sérieux et ce n’est pas anodin qu’il soit plébiscité au-delà des frontières de son talent respectable…

    • Tes vidéos sont cruelles, si l’on passe dans la foulée à gros 90% (je suis gentil…) de la production footballistique de…oh et puis non, on va dire que je m’acharne… :o)

      Pelé est loin d’être mon joueur préféré, les goûts et les couleurs (quels inventivité et ludisme!!!, certes…et en même temps je n’adhère pas totalement)…mais le contraste est violent, oui!

      Morts subites aux Pays-Bas? Liste exhaustive serait interminable…………….et ne pas oublier d’y ajouter Rolink himself, à peu près certaine victime de ses expérimentations (dont il était le premier cobaye).

      Ton avant-dernier paragraphe : je souscris de A à Z! Et y ajouterais : ennemis de la liberté et du genre humain!

      A la tentation, très prométhéenne, de l' »homme nouveau », j’ajouterais enfin un rapport culturel divergent au temps…notamment.

      Ne nous causais-tu, jadis, de Van Gaal? Tant qu’à causer Pelé, voici vidéo de l’une de ses tournées avec le Cosmos, en Belgique face à l’Antwerp…dont le numéro 9 anversois est rien moins que Van Gaal :o), qui d’ailleurs s’y fit sacrément moucher par son entraîneur Guy Thys, anecdote assez rigolote…

      http://sporza.be/cm/sporza/videozone/sporten/voetbal/1.1647683 (Van Gaal de dos à 1’10)

      • Alexandre t’es très sévère si O rei ne te convainc pas… 🙂 Peut-être préfères-tu Rensenbrink ou même Van Moer ( ou même Lozano)

        Je ne vais pas jouer à la groupie hein mais je n’en connais pas de meilleur à moins peut-être d’en trouver à l’origine du football ( et encore je ne sais pas mais qui sait…)
        Je trouve quand même que c’est un peu sévère je suis curieux de savoir quels sont les points qui fâchent dans son jeu. Très de plaisanterie revenons donc au sujet de l’article.

        On ne parle pas beaucoup de Rolink en France. Les autres pays européens un peu plus déjà.
        D’ailleurs j’ai remarqué que ces joueurs là les Platini ( supérieur au néerlandais) Cruyff Xavi etc bénéficient toujours d’une certaine propagande. Même Maradona n’avait pas droit à ce traitement son talent naturel le rendait immédiatement populaire. Les dissimulateurs sont rarement les vainqueurs de l’histoire. Les victimes d’un système sont souvent pardonnées les autres beaucoup moins ( cela dit Maradona n’était pas non plus tout clair…)

        Ces usurpations ont lieu dans plusieurs domaines : culture ( littérature , cinéma ,théâtre…) médecine etc.. parfois le système impose certaines personnalités il faudrait creuser là-dessus enfin…

        • On non, pas bien sévère sais-tu!

          Mais les goûts et les couleurs, voilà tout… Pelé et Mozart, même combat chez moi : je suis admiratif, plus qu’impressionné…mais j’accroche moins que pour des types parfois plus obscurs, peut-être parce que ça a l’air trop parfait aussi peut-être, et inhumain à certains égards (d’autant que, chez Pelé, le physique aussi était au top)…

          Van Moer j’aime ce mix rare de détermination et d’humilité. Chez Rensenbrink le côté esthète et dilettante. Chez Butragueno la classe si insolente qu’elle confinait à la morgue parfois (et malgré lui peut-être?) ; la furia de Jan Mulder (joueur des plus injustement méconnus…autant que faiseur d’opinion imbuvable), le peps d’un Munitis, Bakero, le Scifo survolté (car revanchard?) d’Italia 90, l’élégance de Hoddle, j’adorais Grün aussi, Stojkovic… Pourquoi??? Ben j’aurais du mal à l’expliquer (la liste plus haut n’a ni queue ni tête), c’est comme ça…et ce n’est pas tant question de talent, tu l’auras compris : je fais la part des choses du talent et de mes goûts, ou plutôt j’essaie, on n’échappe jamais vraiment à ses goûts (j’aimerais d’ailleurs savoir d’où ils nous viennent, nos goûts…et comment et pourquoi ils évoluent, voire maturent peut-être???)…

          De toute façon mes goûts sont ici sans importance…et aveu (réitéré?) : j’ai été fan de…Cruyff tout un temps, comme beaucoup……………c’est-à-dire jusqu’à ce que je me donne la peine d’en voir au moins quelques dizaines de matchs, et là, hum…

          • Côté belge et pour aujourd’hui, il n’y a guère que Vertonghen et Meunier qui aient vraiment mes faveurs. ‘tention qu’à côté, le talent ne manque pas, mais ce sont mes chouchous, c’est comme ça.

            Quand je défends un Hazard, c’est surtout qu’on a fait tant de procès injustes à ce brave garçon… C’est un jeune homme sans histoire, resté aussi simple que sympa, positif et qui sur pelouse ne se cache jamais………………..et cependant que de conneries a-t-on pu balancer à son encontre, jamais pigé pourquoi. Sofoot (encore eux, désolé) a fait beaucoup pour cultiver, chez bien de ces Belges, une réputation de divas et d’arrogance (d’aucuns la méritent, certes…mais Hazard certainement pas).

          • ( groupie attitude désolé..)

            Je pense que la qualité physique d’un Pelé était pure. C’était un joueur qui ne lâchait jamais prise. Il ne tombait que sous le coup de très gros tacles jamais sanctionnés ( WC 66 par exemple…). Certes c’était une vache à lait commerciale ( tournées innombrables ..) mais c’était quand même de l’ordre du phénoménal on a jamais vu ça avant lui et après lui… Il y a manifestement quelque chose chez ce garçon… c’est le seul chez qui ( même ceux qui ne suivaient pas le foot) il y avait une véritable fascination… même au plus haut niveau de l’état Américain ( Kissinger…) à dessein sans doute… ou pas…

            Croyance quasi religieuse , chansons à sa gloire… trop beau pour être vrai? On entre dans une zone de turbulence avec ce personnage… Mozart? N’étant pas expert musical…

            Le génie … le délire du 1000e but un jour avant l’alunissage ricain ( vidéo assez terrifiante..) : http://video.eurosport.fr/football/video-football-retour-sur-le-1000e-but-en-carriere-de-pele_vid943577/video.shtml

            Apparemment le mot « pelé » serait également une divinité de Tahiti… On dira que c’est particulier…

            Inhumain? Intéressant… Bakero très bon joueur injustement oublié effectivement… Munitis un véritable poison..

            Bon je ne vais pas entrer dans ta psyché pour comprendre tes choix chacun ses gouts finalement.

            Par contre je persiste t’es trop sévère avec les belges 🙂 mais je te rejoins sur Hazard. Je crois que Nainggolan est très populaire si tu as un avis sur le personnage je prends…

            • Nainggolan est un excellent sujet…………….

              En quelques mots (je profite de ma fille, après :o) )? Je t’ai dit naguère (et je le maintiens) que la formation à la belge est longtemps restée plus artisanale qu’ailleurs, moins industrielle et, par conséquent, moins ingénérique et plus respectueuse de l’identité-jeu de chacun de ses joueurs – aux Pays-Bas, tu reconnaissais d’un coup un joueur passé par Ajax………….alors qu’en Belgique (exception : Anderlecht et son programme de vampirisation/formation entrepris mid-60’s!), et avec un brin de connaissance du plat pays, ce sont moins des cultures-club que des cultures sous-régionales que tu pouvais aisément identifier à travers tel ou tel autre joueur (limbourgeois qui ne lâchaient rien…liégeois chauds-boulette…anversois très affirmés…flandriens besogneux…campiniens réservés…)……………….

              Et puis survint Bosman, déclassement du foot belge… L’un de ses premiers effets fut chez nous le « partenariat » (une escroquerie…) entre un Ajax alors puissant encore, et un Beerschot au bord de la faillite………………….. Du groupe de Diables actuels, Vermaelen, Vertonghen et Alderweireld passèrent par Ajax, et y nouèrent de liens qui ne se sont jamais défaits (on l’a vu lors de l’Euro, où ils furent au top de la « fronde » interne anti-Wilmots)…

              D’autres joueurs passèrent aussi par les NL, financièrement plus attractifs à l’époque : Mertens, Dembele, Pocognoli……………. Tous ces types se connaissent bien, et dans les grandes lignes s’apprécient…

              Puis tu as tous ceux intégralement formés en Belgique, et qui au sein du groupe perpétuent une plus traditionnelle logique de clans de clubs………. Sympathies intra-anderlechtoises (Kompany, Lukaku…), intra-rouches (Fellaini, Witsel, Benteke…lesquels n’ont jamais lâché Wilmots à l’Euro)… Ce n’est pas si simple, mais dans les grandes lignes ça marche comme ça…

              Et puis tu as Nainggolan, qui lui échappe à ces logiques, a fait son petit bonhomme de chemin tout seul, et à dire vrai était il y a quelques années encore à peu près totalement inconnu en Belgique…

              Moi je l’aime bien Nainggolan, le type ne se cache jamais sur pelouse, et je crois que les Belges l’aiment beaucoup aussi…………mais c’est une espèce d’outsider aussi, hors-clans, sans véritable appui dans le groupe………………or vu combien les places sont chères en ligne médiane belge……………………..

              Depuis plusieurs mois, le type fait l’objet d’une mise à l’écart incompréhensible, malsaine car d’une rare hypocrisie… Quand la fédé daigne en causer, c’est pour stigmatiser à demi-mots son manque de professionnalisme (…lui ne s’est jamais caché sur pelouse, pourtant…), son tabagisme, ou quelque prétendu caractère « compliqué »…………….mais pour ma part je crois que c’est surtout son isolement au sein du groupe qu’il paie, et un peu aussi l’approche l’air de rien bcp plus autoritaire du sélectionneur Martinez (lequel, il est vrai, a hérité d’un groupe explosé après l’Euro…)…

              En somme et si tu veux mon avis : un gâchis!

        • Ah oui, j’oubliais de réagir à ceci, Cosmo : « Peut-être préfères-tu Rensenbrink ou même Van Moer ( ou même Lozano) »… ;o)

          Pour Lozano je suis le troupeau, tout le monde l’adorait en Belgique, moi compris, personne je crois n’a chez nous fait à ce point l’unanimité (à part Van Moer et Mees, je n’en vois pas d’autres)…mais si je lui ai consacré un papier, c’est simplement parce qu »il y avait une histoire à raconter au-delà de l’homme, Cf. sa condition de perpétuel « étranger », et « étranger » à tout…

          Rensenbrink par contre, je ne vois trop ce que je pourrais en dire, qui dépassât le cadre strict du joueur et du football ; homme sans histoires, illustratif de rien de particulier sinon de son talent hors-normes…mais là les (rares) vidéos feraient mieux que je ne pourrais, je ne vois rien de bien pertinent à y ajouter…

          Idem Van Moer, quoique sa carrière fut un modèle de courage et de volonté ; blessures à gogo, carrière entravée………………..et cependant toujours droit, jamais une plainte… Mais des joueurs de cette trempe morale-là, il y en eut tant en même temps…jadis…

          Je consacrai jadis un article à Nilis par contre, car le singulier désamour stylistique des Belges à son endroit était révélateur de bien des aspects de notre culture, dont footballistique… Son talent hors-normes, en soi, me paraissait par contre insuffisant pour aborder son cas, pour raconter une histoire.

          Bref : il ne s’agit vraiment pas de préférer l’un à l’autre ;o), mais plutôt d’aborder des questions de fond par le prisme de joueurs qui, malgré eux le plus souvent, les auront véhiculées, magnifiées, traînées comme des boulets… Roger Classen pourrait admirablement s’y prêter…mais Van Himst qu’en raconter, bof…??

  2. En étudiant l’histoire du foot italien il y a pas mal d’années, j’ai été surpris de constaté que l’ensemble des joueurs talentueux – l’Italie à produit beaucoup d’Ovnis en matière de joueurs – ont tous fait carrière dans des clubs secondaires……..Une main suffit pour recenser les Ovnis transalpins qui ont officié a la Juve, au Milan et à l’Inter ….C’est en me penchant sur la nature des clubs du nord que j’ai commencé à comprendre,
    Le talent pur et donc libre n’est pas conciliable avec un club habité par la culture d’entreprise. Le talent pur fait peur c’est pour ça que l’on s’est toujours efforcé dans l’hexagone de le maitriser voir de l’étouffer, l’appareil à confié le tout à la formation , en Italie les clubs du Nord on fait le job.

    Dopage en Espagne ? Du bricolage comme un peu partout, un joueur qui à un problème , un cachet et puis hop ça repart…….Pas grand-chose de commun avec le dopage industrialisé des gros clubs de nos jours….
    Il y a qq années, je regardais en stream des rencontres en Liga entre les gros et les petites formations, la différence sur le plan physique était inouïe. Les petits et moyens clubs possèdent un staff médical, mais rien à faire, quand les gros ont recours à des éléments qui n’ont lieu d’être dans le football, il ne reste pas grand-chose…

    • Oui se souvenir de l’exemple de Rivera cité dans un article. Même Zola n’a pas eu beaucoup de chance.

      Le Brésil commence également la formation à l’européenne. Pour être honnête je ne sais pas si c’est le cas en France mais pourquoi pas. Le système a quand même produit quelques beaux joueurs.

      Après il est clair qu’il y a une volonté de contrôle. Certains exemples de carrières tuées dans l’oeuf devraient interpeller. Le cas Moulaye Thiam bien que complexe démontre aussi qu’indépendamment du talent on peut être exploité et jeté tout en rapportant de l’argent ( Kakuta qui est parti trop vite etc etc)

      Vaste débat. Quand au dopage c’est plus qu’effrayant…

      • Zola, je ne m’empêcherai jamais tout-à-fait de penser que, outre de n’évoluer pour un grand du Nord, il aura payé aussi d’être sarde, minorité « brin » méprisée dans la Botte (conseil : voir « Padre Padrone » des Taviani!)….. Sa WC94 figure en bonne place au rayon de mes crève-coeurs footballistiques (dédaigné par cet imbécile de Sacchi…………….puis à peine aligné que sitôt exclu, je me demande toujours pourquoi…)…

        Je le préférais avec des miles d’avance à Baggio ; heureux (et reconnaissants!) supporters de Chelsea…

        • Possible oui… Par contre je prends Baggio ( divergence sans importance)

          Autre très grand joueur fusillé par le clown Sacchi l’attaquant Signori ( excellent joueur maintenant presque oublié…)

          C’est quand même assez étrange cette haine du talent c’est limite du totalitarisme… Cela dit en 1994 le très très « droit » Massaro faisait une bonne saison mais de là à écarter du Zola ou du Signori…

  3. Et puis l’article est quand même très important aussi faudrait pas l’oublier.
    On est à la limite du criminel avec le cas Rijnders…

    Mais les enquêtes sur le dopage néerlandais de l’époque avaient été censurées je crois non? Les clubs semblaient être sous influence occultes ( dealers bcbg…) .. sais-tu si on avait d’autres participations plus étatiques ( officielles..) dans ces expérimentations « chimiques »? Est-ce que ça sortait du cadre purement local ou bien des officines étrangères y mettaient leur nez?

    On a eu Pont saint Esprit en France je demande on ne sait jamais…

    • Enquêtes censurées? Oui et non… Lutte anti-dopage balbutiante, ne pas l’oublier… Mais, oui : certaines forces de la société NL trouvèrent à stigmatiser ces dopings industriels à peine dissimulés, et d’autres à les étouffer plutôt.

      Participations étatiques? Le marché de la drogue, aux NL, est étatique… ;o) Et a priori point besoin d’ingérence étrangère, les NL sont une assez grande nation dirais-je (même s’ils ont pu trouver l’inspiration non loin ; bien des joueurs allemands évoluèrent aux Pays-Bas quand ils se professionnalisèrent mid-50’s, dont d’illustres en province de Drenthe notamment), mais on ne sait jamais…

      Pont-St-Esprit…et ces histoires de cobayes grandeur nature, veux-tu dire, j’imagine?

      • L’affaire est pour moi criminelle. A noter qu’Ajax monta un maiden-match, histoire d’étouffer gentiment l’affaire, montrer patte blanche……………..mais il fallait le vouloir pour être dupe de cette farce macabre, le fond de l’histoire était alors des plus connus…

        L’Italie des 90’s doit avoir pas mal de morts sur la conscience aussi ; premier qui me vienne raisonnablement à l’esprit : l’ex-Malinois et Ohémien Ingesson ; de tête le mal qui l’emporta fut assez « calcio-endémique »…

  4. Baggio / Zola, jamais pu trancher la question, quoiqu’une certaine préférence envers Zola, mais deux sacrés joueurs dont le   super génie Sacchi n’a rien tiré….

    Pelé  ? Oui, sur une autre planète, j’entends souvent une question qui revient, et aujourd’hui, il ferait quoi  ?
    Pelé serait un super joueur du fait des méthodes d’entraînement, il posséderait un physique adapté au foot actuel tout bêtement. Il serait peut-être moins saignant du fait de ne pas pouvoir rester au Brésil pour grandir et s’épanouir….

    Chez Pelé l’aspect le plus intéressant dans son jeu demeure le jeu de tête, incomparable…..je n’oublie pas sa frappe de balle sèche au vingt-mètres dans un style très british, un geste peu esthétique, mais horrible pour la plupart des goals…

    NL, un État peu sourcilleux envers le dopage…..C’est un vaste débat, ou est la part de l’État , où se trouve la part des clubs à travers leurs dirigeants  sur ses deux points essentiels, corruption et dopage ???

    • Ah ben tu as réussi, mieux que je n’aurais fait, à décrire l’un des éléments de son jeu qui me « rebutent » (« retiennent » serait plus approprié) un peu chez Pelé, car ce curieux mélange d’entre foot-samba inventif et orgasmique (que j’adore), d’une part, puis de l’autre cette esthétique d’ensemble, genre « qui va à l’essentiel » (et que je suis capable d’aimer aussi…sauf que les deux ensemble???)… On dirait une chimère, tu sais : cette bestiole fabuleuse avec un corps de chèvre, une queue de serpent, une tête de lion ; ça me paraît au final un brin disharmonieux ; les inspirations géniales qu’il multiplia auraient peut-être gagné, je trouve (c’est complètement subjectif), à se marier à un style plus sensuel…mais tout cela est sans doute le reflet de sa personnalité, si soucieuse de plaire au grand-nombre (la consensualité sociale de Pelé, c’est quelque chose…) qu’elle reste au fond pour moi une espèce de terra incognita.

      Le jeu d’un Maradona, a contrario, fut plus cohérent je trouve…puisqu’à l’instar de sa plus expansive et plus franche personnalité, peut-être (son tempérament, son jeu, ses déclas… : tout se tient, pour le meilleur comme bien sûr pour le pire)? Voilà pourquoi, sans vouloir en rien jouer à qui avait la plus grosse des deux, et confusément, Maradona a jusqu’à présent toujours eu mes faveurs…

      Le dopage NL, Yves? La part de l’Etat, oui… La part des clubs aussi… Et puis la part des joueurs enfin, ne l’oublions pas, et qui explique pourquoi, quand j’écrivis ceci il y a déjà plusieurs années, j’avais tenu à mettre l’accent sur les suppliques de Swart (« redonne-moi un peu de ta potion magique »… – Cf. l’aspirine de Salo Muller…), les compromissions de Hulshoff (en substance : « les effets sont effrayants mais ça vaut le coup si tu veux devenir champion du monde »)………………………. J’ai bien peu de sympathie pour Keizer, à bien des égards un sale con, mais lui ne se commettait semble-t-il pas à ses pratiques (du reste : il était peut-être le seul Ajacide qui n’en eût besoin pour pouvoir vraiment s’illustrer…)…

    • Pelé c’est une technique supérieure et sans doute inégalée. C’est l’alliance de la force et du talent pur. Bon dans tous les compartiments du jeu. Le véritable joueur total c’est lui pas l’usurpateur Cruyff. Il lui arrivait de jouer gardien à partir de là…

      Maradona n’a pas les deux pieds , est moins bon de la tête. Certes sa coupe du monde 86 est un excellent point pour lui mais sa sportivité est à revoir et en ce sens le brésilien est irréprochable…
      Alexandre arrête de faire ton so foot/Cahiers du football 🙂 Bon c’est pas méchant ,Maradona étant un joueur plus proche historiquement ( années 80) je ne vais jeter la pierre mais c’est à mon avis ici la limite de la volonté « artistique » du jeu : car même dans ce domaine le brésilien est devant ( et encore tout n’a pas été filmé encore une fois). J’ai passé l’âge d’avoir des idoles mais franchement là quand même si ce génie n’arrive pas à faire l’unanimité..
      D’ailleurs les plumitifs de so foot ( ainsi que d’autres médias complices) essayent par tous les moyens de rabaisser l’impact de Pelé . Nouvel exemple en date : Garrincha serait également supérieur. Evidemment c’est un joueur qu’il ne faut pas occulter mais de là à le placer devant… Certains fanatiques placent également du George Best , du Ronaldo devant… Comprenez mon énervement ( excessif?)… En revanche réhabiliter du Leonidas ou autre Friedenreich serait plus salutaire et plus honnête…

      Je peux comprendre que la quasi perfection peut effrayer cependant cela reste du sport. Il existe aussi des phénomènes bénis des dieux. Très très peu de joueur aurait tenir comme il l’a fait face aux tacles non sanctionnés… Si le mec avait été chargé aux stéroides comme Ronaldo il n’aurait pas fait une si grande et longue carrière… ( je suis désolé mais c’est une bataille importante à mes yeux)

      Je vais abréger mais en plus être noir durant cette période dans ce bled indique que le bonhomme avait une force de caractère plus forte que la moyenne… facile de lui reprocher ses erreurs mais ce joueur c’est la simplicité d’esprit dans son aspect la plus positive et la plus gratifiante.

      • Vraiment aucune envie de rabaisser Pelé, l’esprit Sofoot comme tu sais concentre tout ce que j’abhorre :o), et d’ailleurs je te rejoindrai sans problème et à pieds joints pour dire que Pelé était assurément plus complet que Maradona ;o)

        Mais son style me paraît plus ambigu aussi, « chimérique » disais-je… Ca m’a toujours plus troublé qu’à 100% conquis. Tout cela, vraiment, n’est rien plus qu’une question de goûts personnels, indépendante de l’estime, à dire vrai ébahie, dans laquelle je tiens le talent (ses qualités athlétiques pures, d’ailleurs, en sont une composante) du bonhomme.

        Les failles et excès (dont dans le jeu) de Maradona font bcp pour ma préférence à son endroit, caractère entier que je ne reconnais vraiment chez Pelé – je précise être pétri de culture et éducation prolos, lesquelles placent cette vertu très haut. Chez Pelé, tout me paraît plus ambigu, mais difficile de ne paraître ambigu à côté du très canaille Maradona, où tout est livré de manière si brute de décoffrage… J’adore, c’est comme ça, on ne se refait pas ;o) Mais ça n’a décidément rien à voir avec le talent surhumain de Pelé.

        Tiens, cadeau : interview de Maradona par Lozano : http://www.sonuma.be/node/1537 … Le type est là pour célébrer les 75 ans du Sporting Anderlecht, institution combien policée, hyper-bourgeoise et convenue…………..mais c’est plus fort que lui, ça sort tout seul (question de Lozano : « Ca vous fait quoi, d’être le joueur le plus cher?… Réponse : « je suis le plus cher pour ceux qui m’ont acheté (entre les lignes : « je m’en bats les couilles ») »)

        Ronaldo-Pelé : tu tapes dans le mille.

        Et, oui : sa quasi-perfection me laisse décidément sur le cul…mais attention, que les choses soient claires : je n’y ai jamais vu malice!, y a des mecs bénis des dieux, ça existe (les prédispositions physiques de Merckx – mauvais exemple car il se dopa, mais bon… -, c’était quelque chose au-delà de son incomparable force de caractère)…

      • En fait, ça m’énerve tellement – mille sabords ;o) -, que tu me charries avec Sofoot et leur campagne Pelé-sceptique, que je vais te faire un aveu : nous avons déjà échangé jadis, et sur leur site qui plus est… Bota67, tu te rappelles peut-être lui avoir demandé son avis sur Platini? Ben c’était moi, voilà ;o)

        Or sur Sofoot, tu trouveras sans difficulté de commentaires où, précisément, j’accablais d’emblée leur panurgique ligne éditrice, à la moindre occasion qu’ils saisissaient pour envoyer de scuds (qui ne volaient point haut) sur O Rei, et le ringardiser…

        Mon rapport à Pelé, comment dire? C’est un peu comme avec les Beatles : je reconnais que c’est hyper-costaud, rien à redire, barre placée très très haut…………..mais ça m’émeut moins qu’un Joy Division, eux touchent chez moi une corde sensible, c’est ainsi! :o)

        Pelé, c’est un ami poète, à Varsovie, qui me l’a fait découvrir ; il détenait chez lui des heures et des heures d’images-VHS de Pelé… Pour lui le grand-pont fantôme sur Mazurkiewicz tenait de la poésie…et j’étais d’accord et le suis toujours avec lui…………..et puis à côté de ça, il y a le pragmatisme de ses frappes de balle, épinglé par Yves?? C’est déroutant.

        • Une différence entre Pelé et Maradona, l’entourage…..

          Pelé a toujours été très bien encadré malgré la présence de Pepe Gordo éjecté du cercle de confiance à terme, Pelé baignait dans un environnement, club, partenaires, entraîneur qui lui a permis de s’épanouir de devenir le joueur que nous connaissons. Maradona plus sensible, sauvage, une éducation moins sévère que le brésilien fait qu’il a du mal à se fixer, se laissant trop souvent guider par ses émotions que par la raison……..Mais bon, c’est quand même fabuleux que le foot ait connu ses deux joueurs.

          • L’entourage, l’encadrement (ou son absence)…en en aval le rapport aux autorités, aux institutions?

            Quelque chose, décidément chez Pelé, me paraît « trahir » une volonté de plaire à tous, de se conformer à leurs désirs et attentes. Je l’ai déjà proposé ailleurs : je crois aussi qu’il n’est jamais totalement parvenu à sortir de sa condition de petit-fils d’esclave…………..non moins, il est vrai et à bien des égards, que Maradona ne sera jamais vraiment sorti de son Barrio… Mais leurs rapports respectifs aux institutions disent beaucoup, je crois : Pelé en jouant le jeu, et Maradona pourfendant à-tout-va… Le jeu même de Maradona trahit une volonté d’en découdre, de « se frotter à », que je ne retrouve pas chez Pelé ; tout est plus frontal chez l’Argentin…et j’aime ça :o)

            • Pelé plus consensuel dans son approche du jeu c’est une évidence……Mais ne pas oublier que Pelé est un projet , investissement du club, volonté en fonction de ses qualités d’en faire un joueur hors catégorie …..Pelé correspond au Brésil de Kubitshek, un savant métissage sur bien des points, une sorte de publicité pour ce nouveau Brésil……alors que Maradona s’est fait par lui même, de ses aspects qui chez lui, confinait à la folie par moment…

  5. Je remercie enfin Yves pour le choix de ce port-folio, Rolink soignant Cruyff…………….. Je sais qu’on peut faire dire tout et n’importe quoi à des photos, le système-Cruyff d’ailleurs en a bien profité, abusé ; bonne part de son aura (et de celle d’Ajax) aura tenu à cela…alors tant qu’à faire, et puisqu’une lecture symbolique de celle-ci pourrait être celle de Frankenstein au chevet de sa créature… ;o)

    Tu me demandais enfin, jadis, Cosmo, à quoi tenaient les différences fondamentales entre NL et Belges? Un élément-clé, manifeste dans le cas du doping, serait celui-ci : radicalité NL contre tempérance à la belge…

    Ceci ne veut nullement dire qu’il n’y eût pas de dopage en Belgique, Cf. pot belge en cyclisme (lequel, contrairement au football, fut très tôt professionnel en Belgique…)…………….mais il y avait un gouffre sur ce plan entre ces deux nations de football – seuls incontestables dopings alors institués en Belgique : Anderlecht (qui, sur tous les plans, est la grande singularité de notre football) dès le début des 70’s et le débarquement d’entraîneurs issus des NL…puis Bruges quand ce club rompit radicalement avec ses pépères racines fransquillonnes (= élites francophones de Flandre) pour glisser vers une affirmation identitaire rampante de son caractère flamand…

    Je n’exclus pas qu’il puisse y en avoir eu ailleurs (le Standard, aussi, entreprit soudain de recruter des entraîneurs issus des NL – tentation du transfert de technologie??), mais ce sont à ce jour les deux seuls cas pour lesquels on ait trace (Anderlecht) voire indice (Bruges) de doping organisé au sein de clubs belges dans les 70’s……………et ce n’est pas faute, pourtant, que tout finisse un jour par se savoir en Belgique, certes moins directe que les NL, mais qui au fond n’est rien plus qu’un gros village où chacun se connaît, et où tout finit toujours dans les grandes lignes par se savoir…

  6. Le dopage est tout de même un sujet très complexe… on parle beaucoup de l’Italie , un peu moins des NL mais l’Allemagne c’est aussi très gratiné… Un rapport indique que l’équipe allemande était sous EPO pour la WC 90…
    Le jeu allemand a toujours été très physique… Mais c’est aussi le cas du jeu européen dans son ensemble…

    Maradona lui même disait qu’il fallait se « mettre au niveau des allemands » physiquement… outre son passage en Espagne.
    Je disais ailleurs que le PSV était passé devant l’Ajax. Cees-Rein van den Hoogenband étant peut-être l’un des personnages clés de ce système ( qui dépasse le simple football)…

    Le dopage brut lui représente surtout une volonté d’expérimentation… le sportif est une couverture ( je veux bien jouer aux complotistes..). ce sont les grandes enseignes pharmaceutiques qui vendent leurs produits dans des circuits opaques mais c’est encore très tabou d’en parler…
    Le dopage est à l’image de la société : compétitivité avancée , stress des cadres , burn-out , étudiants qui prennent des trucs… et puis encore une fois cette volonté de créer un homme « augmenté »…

    La Belgique était un lieu stratégique pour certaines forces politiques mondiales. Les NL je n’ai pas beaucoup d’informations de l’intérieur. Mais je crains qu’il ne faille aller plus loin que les sempiternelles questions de second rang à savoir le sportif… si on creuse un peu en profondeur on pourrait mieux comprendre mais j’imagine que cela doit être impossible à mon très modeste niveau…
    Le sport c’est aussi de la politique. Il fallait sans doute dans le cadre NL effectuer un transfert de technologie en Belgique… parfois pour des raisons inexpliquées le marché l’exige… un peu comme le financement des clubs français dans les années 80/90… le cheminement de l’histoire…

    • Les grandes enseignes pharmaceutiques : tu ne crois pas si bien dire en commentaires d’un papier évoquant Rolink…………mais cette fois je vais en garder un peu pour moi :o)

      La Belgique avait été identifiée, par les US post-war, comme le « ventre mou de l’Europe », comme un si pas le maillon faible (hétérogénéité linguistique voire culturelle, Etat plutôt faible, société fragilisée par les deux WWs et leurs stigmates…)… Rien de comparable, chez nous, à un De Gaulle ; notre pays versa tout de go dans un partenariat transatlantique…puis malheur à lui quand sa population le remit en cause (Euromissiles/Tueurs du Brabant wallon?? – c’est une piste parmi d’autres…)??

      En matière de géopolitique, la Belgique a plus subi qu’agi ; les Pays-Bas sont eux d’une autre trempe, (ex-)Empire…

      Concernant l’hypothèse, toute personnelle, de transferts de technologie-doping d’entre NL et BE, je n’y vois guère surtout qu’une volonté de pouvoir exister sur la scène continentale, marche ou crève (mais peut-être y a-t-il autre chose, en effet?)…et puis bien sûr la pleine professionnalisation de notre football, en 1974…….. En Allemagne, Belgique, Pays-Bas : la professionnalisation a systématiquement été de pair avec une explosion des cas de corruption et de dopage, ou Cf. en rugby la transformation physique de ses acteurs à compter de la professionnalisation de la discipline…

  7. Tiens Alex, une petite question en relisant ton (excellent) papier. Me suis toujours demandé un truc…

    Contrairement à ce qu’essaie de nous faire croire un Cherif Ghemmour, pour qui cette Ajax sorti de nulle part par la grâce et la volonté du Saint-Esprit, était-elle voulu par une sorte de projet politique ? (tu évoque l’étatisation du marché de la drogue en Hollande, d’ou mes interrogations…)

    Quand au reste, je me suis toujours posé certaines question sur la sur-médiatisation de cet Ajax en Europe, phénoméne qui ne s’estompa pas avec les années décidemment…

    Lorsque j’y pense, on était à la fin des 60’s, Mai 68 et

    • Zut, mon doigt à glisser…

      Mai 68 et le libértarisme de Danny Cohn-Bendit en France, le printemps de Prague, l’assassinat de Luther King, l’explosion des Beatles au niveau internationale, bref, les années 70 et leurs idéologie commençait à pointer le bout de leurs nez…

      Cet équipe n’était-elle pas parfaite pour rentrer dans la postérité ?
      Cruyff, cette chevelure, ces maniéres, cette pseudo-liberté… C’etait génial pour construire tout ce mythe, non ?

    • Projet politique? Le fait est que ce club était arrimé à un parti, en mutation idéologique à tout le moins obligée (collaboration…) après la libération, et qu’il bénéficia de bienveillance au plus haut sommet de la municipalité (ce qui est logique) et même de l’Etat… L’adversaire politique du club était non moins identifiable : le très conservateur « Parti anti-révolutionnaire » (sic!).

      Plus encore qu’au Bayern, on trouvait à Ajax pas mal de joueurs-cadres inscrits en plein dans l’esprit libéral-libertaire de 68, mode jouisseurs avides et narcissiques (pour ce qui était de changer la société, oublie : c’était le cadet de leurs soucis – Cruyff Vs la dictature argentine = bonne blague…dont je serais très curieux de savoir quel fut le premier média à faire circuler cette légende urbaine)…

      Le marché de la drogue est sous contrôle étatique, oui ; l’Etat y est le seul autorisé à produire des stupéfiants (ce qu’il fait).

      Surmédiatisation d’Ajax? C’est originellement très français (attrait fort pour le libertarisme – le Gaullisme, c’était quelque chose sur le plan sociétal…) et anglais, deux nations de foot alors dans le dur en sélection (d’où hypothèse : quitte à devoir louer une autre nation, autant que ce soient les « petits » NL, plutôt que les ennemis héréditaires allemands, ou les Italiens si décriés – à ben des égards à juste titre – …??)

      Le Danemark aussi, épicentre avec les NL de cette vague euro-libertaire, connaîtrait une vague de sympathie singulière, aussi compréhensible et légitime (ils enverront du jeu – plus positif que celui des NL, d’ailleurs -, c’est certain…sauf que les mass-medias n’étaient pas si enthousiastes à l’endroit des…Belges ;o), qui pourtant étaient l’une des si pas LA source d’inspiration première de leur jeu…) ; bref : je suis d’avis de gratter du côté du sociétal-idéologique, oui…

      • Maintenant, à Ajax, attention : ce n’est jamais monolythique, plusieurs courants et ambitions personnelles s’y opposent toujours ; climat typique de ce club (qui est un vrai sac de vipères)…

        Dans l’Ajax de Van Praag Sr, il y avait le clan-Cruyff (très à droite)…il y avait aussi l’habile Van Praag Sr, catalyseur ès réseaux et financements, lui ancré à gauche (quoique gauche sociétale, disons)… Au-delà de questions idéologiques, il y avait surtout des histoires de fric, des appétits tout personnels de gros fric… Les canaux médiatiques auxquels chacun de ces clans recourait, pour faire entendre leur voix, étaient d’ailleurs divers voire antagoniques, et fondamentalement ce club n’avait (plus) rien d’une grande famille ; chacun pour soi!

Comments are closed.