Edurne Pasaban, la reine des cimes

Mai 2009, sommet du Kangchenjunga. L’alpiniste sud-coréenne Oh Eun-sun, prétend avoir atteint le sommet du quatrième plus grand sommet de la chaine himalayenne.

Quelque temps plus tard, certaines personnes de la communauté commencent à mettre en doute son ascension. Oh Eun-sun brandit une photo qui la montre au sommet du Kangchenjunga. Le cliché est de mauvaise qualité, on ne discerne rien de bien tangible qui puisse accréditer de la victoire de la Sud-Coréenne.

Face au doute de la communauté des montagnards, les sponsors organisent une conférence de presse, un des trois sherpas qui avait accompagné Oh Eun-sun témoigne, il affirme avoir pris la photo au sommet Kangchenjunga. La contestation ne désemplit pas surtout dans le camp espagnol, car la Coréenne est depuis quelques années en concurrence avec Edurne Pasaban pour être la première femme à avoir gravi tous les 8000 de l’Himalaya. Un peu plus tard, les deux autres sherpas finissent par reconnaitre qu’Oh Eun-sun n’avait pas atteint le sommet du Kangchenjunga

La reine Edurne

Edurne Pasaban Lizarribar, née le 1er août 1973 à Tolosa Pays basque est donc la  première femme à avoir réussi à gravir les 14 sommets de plus de 8 000 mètres. Initiée dès son plus jeune âge à la montagne, à peine adulte elle commence à gravir l’ensemble des sommets des Alpes.

Le 23 mai 2001, elle atteint le sommet de l’Everest, son premier 8000, durant une décennie cette ingénieure de profession gravit chaque année un à deux sommets de l’Himalaya.  Le 17 mai 2010, elle vient à bout du Shisha Pangma, son 14e sommet de plus de 8 000 m. Ses ascensions n’ont jamais été contestées, parfaitement entouré, elle a toujours mis un point d’honneur à ce que son travail ne soit entaché d’aucune suspicion.

Dans cette quête à vouloir être la première femme ayant vaincu les 14 sommets à plus de 8000 mètres, l’alpiniste basque s’est toujours donné le temps de ne pas précipiter les choses, préférant bien préparer ses expéditions. C’est ce manque de professionnalisme qui a manqué à Oh Eun-sun. Le fait de vouloir aller trop vite pour être la première à pousser la Coréenne à prendre des risques au point de négliger certaines règles élémentaires, ce que la montagne ne pardonne jamais.

Edurne Pasaban n’a jamais accusé sa rivale de tricherie.

« Elle s’est fait abuser à plusieurs égards, le temps était tellement mauvais, le sherpa lui a dit que c’était le sommet, ils ont pris une photo et ils ont entamé leur descente »

Après cet ultime exploit qui l’a fait rentrer dans l’histoire de l’alpinisme, Edurne Pasaban a recueilli une pluie d’hommage venant de multiples organisations et comités du pays.

 

Edurne Pasaban et Oh Eun-sun

Les quatorze sommets de plus de 8000 mètres conquis par Edurne Pasaban

 Everest (8848 m), Chine/Nepal, 23  mai de 2001

 Makalu (8465 m), Chine/Nepal, 16 mai de 2002

 Cho Oyu (8201 m), Chine/Nepal, 5 octobre de 2002

 Lhotse (8516 m), Chine/Nepal, 26 mai de 2003

 Gasherbrum II (8035 m), China/Pakistán, 19 juillet de 2003

 Gasherbrum I (8068 m), Chine/Pakistán, 26 juillet de 2003

 K2 (8611 m), Chine/Pakistán, 26 juillet de 2004

 Nanga Parbat (8125 m), Pakistán, 20  juillet de 2005

 Broad Peak (8047 m), Chine/Pakistán, 12  juillet de 2007

 Dhaulagiri (8167 m), Nepal, 1 mai de 2008

 Manaslu (8156 m), Nepal, 5 octobre de 200818

 Kangchenjunga (8598 m), Inde/Nepal, 18 mai de 2009

 Annapurna (8091 m), Nepal, 17 avril de 2010

Shisha Pangma (8027 m), Tibet, 17 mai de 2010

 

Yves Alvarez

Yves Alvarez

34 Comments

  1. La photo de Oh Eun-Seun au sommet du Kangchenjunga a t’elle fuité sur le net ?

    Autre interrogations tiens, aucune femme sherpa n’a jamais réussi à atteindre ses 14 sommets ?

    • Je ne sais pas si les rivalités sont aussi exacerbées chez les femmes que chez les hommes en montagne, certes, le duel a été intense entre les deux protagonistes….

      Je n’ai pas trouvé de photo d’Oh Eun-Sun au sommet du Kangchenjunga…

      Sherpa femme ? Alors-là, tu me pose une colle, je ne crois pas que cette activité soit très développé chez les femmes dans cette partie du globe, bon je peux me tromper….

      • A l’instar de la psychanalyse (la névrose est un luxe sous tant de latitudes…) : c’est un truc d’homme blanc, surtout dirais-je, que de vouloir conquérir voire collectionner les cîmes (ou autres extravagances de la nature).

        En Afrique ça m’a toujours marqué : « pourquoi vous faire/donner tout ce mal? » (entendu à chaque fois que j’allais nager dans le fleuve…qu’on partait marcher en savane…qu’un blanc faisait parler de lui en traversant le pays à vélo ; que sais-je encore…) ; à ce titre, les explorateurs blancs de naguère semblaient inspirer autant de rancœur que d’admiration, genre « il faut concéder à ces salopards qu’ils eurent le courage, la folie peut-être, d’affronter la cruauté de la forêt profonde »…

        Alors les Sherpas??? Intuitivement, je crois que leurs pérégrinations en haute-montagne ne sont guère qu’alimentaires ; et que plupart préfèrent probablement répéter les mêmes ascensions, celles qu’ils connaissent le mieux…?

        • « A l’instar de la psychanalyse (la névrose est un luxe sous tant de latitudes…) : c’est un truc d’homme blanc, surtout dirais-je, que de vouloir conquérir voire collectionner les cîmes (ou autres extravagances de la nature).

          En Afrique ça m’a toujours marqué : « pourquoi vous faire/donner tout ce mal? »  »

          Venant de Madagascar, et ayant un peu cette « vision africaine » des choses, je confirme 😀
          Parfois, ça m’arrive malgré moi de faire ce genre de remarque ici, évidemment à ce moment là la frontière est très tenue pour que je ne passe pas pour un anti-européen de base (suivant comment j’exprime les choses)…

          • Merci de confirmer, ouf : je craignais de faire un peu anthropologie de comptoir ;o) Ce n’est surtout que mon expérience personnelle…mais c’était si récurrent d’entendre cela!

            Malgache, ainsi? Ben quel patchwork sur ce site, dis donc :o)

        • L’action de l’homme blanc à vouloir vaincre l’inutile ou faut-il parler des Britanniques ? …
          Ils ont toujours été les premiers à vouloir conquérir des objectifs bien précis…..Il n’y a jamais eu grand monde pour les concurrencer.

          • Les Britanniques? Y a un truc chez eux, c’est vrai – prouver qu’on est un homme, esprit d’aventure, l’étalon-courage (palpable en football)…mais que dire alors, avant eux, des Portugais, des Conquistadors…??

            Et puis ne pas oublier que l’Histoire est brin distordue, vae victis… Tiens, rien que les expéditions brit’s en Afrique centrale ; les Stanley, Livingstone, Cameron, Burton…et toutes les controverses qui, d’ailleurs, les agitèrent bien souvent entre eux (voilà qui sera raccord avec l’article, d’ailleurs)??

            Ben avant (!) eux : que n’évoque-t-on jamais les explorateurs « arabes », grec…qui pourtant, et à bien des égards, leur y préparèrent le terrain?? Stanley, par exemple, calqua bonne part de ses pas sur les postes-relais établis par Tippo-Tip…lequel l’aida décisivement dans son entreprise………..avant d’être bientôt combattu par le Léopoldisme au motif de ses activités esclavagistes, bref…

            Mais j’en conviens : il y a un truc avec ces Brits, oui.

            • Explorateurs arabes… Je lisais, il y a 3-4 semaines, le récit de l’un d’entre eux, qui bien avant Stanley traversa le continent en son milieu d’Est en Ouest…

              Dès que le nom m’en revient…

                • Suffit qu’on cause monothéisme pour que tu débarques ;o)

                  Et, non : pas celui-là (que d’ailleurs je ne connaissais pas, merci!)…mais un autre, plus au Sud et qui, dans mes souvenirs, passa de la sorte de l’Océan Indien à l’actuel Angola………. Ca me reviendra!

                  • Je causais plus haut d’un explorateur grec du bassin du Congo, dont j’eus jadis connaissance via un ouvrage hyper-spécialisé, consacré à la présence grecque en Afrique……et, dans mon immense candeur, me disais pouvoir en trouver trace au moins sur Wikipédia, rien qu’une ligne au moins………………..mais penses-tu! ; ce media est vraiment nul…

                    Je crois que, pour l’Afrique centrale en tout cas, les Anglais ont eu le chic d’en faire leur chasse-gardée – tant économique que symbolique………….. Un peu comme les US pour tout qui a trait au spatial, à l’exploration tridimensionnelle disons… (ça me passe par l’esprit car, causant ce WE d’un coin d’Irlande que je connais bien à des gens qui en ont le projet, m’est revenu le nom des…Britanniques Alcock et Brown, précurseurs de Lindbergh……….et duo cependant, « curieusement », obtusément rangé aux oubliettes…alors qu’ils avaient été célébrés en héros à l’époque!)

                • Pour compléter (mais le nom là encore m’échappe) : il y eut dès l’Antiquité (et, je précise : bien avant JC!), complémentaire des Phéniciens sortis de Méditerranée, un navigateur au moins qui partit de la Mer Rouge, doubla Bonne-Espérance, parvint au Golfe de Guinée…

              • Homme blanc… Arabes….. Et si les monothéismes si « chers » ( ;o) ) à Yves n’étaient, peu ou prou, étrangers à tout cela? (…je n’oublie pas les sauts de puce des Polynésiens, les explorateurs chinois, mais…)

          • Rajout…
            Les peuples blancs ou nordiques ont toujours fait preuve de dépassement. C’est dû aux territoires habités puis domestiqué, mais plutôt hostile…………..Bien loin des paysages du sud avec le soleil et la mer….

            • Au-delà du déterminisme géographique soulevé par Yves (on croirait lire Hérodote ou Hippocrate), il est un fait indéniable : à niveau technologique équivalent (voire inférieur), aux XIVe-XVe siècles, l’Europe atlantique fut plus aventureuse que la Chine. Il y a là un élément culturel crucial qui traverse les siècles jusqu’à aujourd’hui.
              Sur ce point, je ne me prononcerais pas. Je laisse la parole à tout un tas de chercheurs bien plus au point que moi (et qui dépasse la vision enfantine du déterminisme géographique) ; lire Kenneth Pomeranz (Great divergence, vers 2000, traduit en français récemment), Boucheron bien sûr (certainement au service du « système », mais bon…), je vois encore J.-M. Sallmann dans ma biblio, mais il y en a des tas.
              Et pis, sur l’opposition philosophique entre utilitarisme occidental et hédonisme tropical, lire le charmant (mais caricatural) Vendredi ou les limbes du Pacifique de M. Tournier. Mais je l’ai déjà écrit, et tout cela nous ramène à une période vieille de 50 ans !

              • En tout cas et à certains égards, les Chinois sont en train de se rattraper – dans une ville comme Kinshasa, c’est par charters hebdomadaires qu’ils s’installent…et pour durer!

  2. Question, tiens : pourquoi tous ces +/- grands alpinistes italiens?? Cela fut-il peu ou prou « construit », héritage de quelque politique de grandeur jadis (je ne peux m’empêcher de penser à Mussolini)?

    Les Allemands, c’est peu connu, ont probablement produit les meilleurs explorateurs d’Afrique jusqu’aux guerres mondiales…et l’Etat allemand n’y était pas étranger…

  3. Et surtout, j’oubliais : c’est populaire, l’alpinisme, en Espagne?? On n’en parle jamais… (…ou n’en fait jamais vraiment grand-bruit pour un néophyte comme moi)

    • Yves connait mieux l’Espagne que moi, mais lors de mes deux années d’études en Andalousie, il y’avait un club d’alpinisme à la faculté. C’était rempli de basques et de chiliens du Nord, et vu que je ne pigeais rien a leur accent et qu’il y’avait trés peu de Rioplatense, j’ai toujours préferer trainer avec les cubains et les dominicains du campus en dehors des cours, malgrés le fait de devoir me coltiner leurs discussions baseball et salsa incomprehensible pour moi…

      Ils allaient escalader le Mulhácen tout les weekend. Par contre, concernant la population andalouse enraciné, je crois bien que c’était pas vraiment dans les moeurs local, l’alpinisme…

      • Bon sinon Alex, tu te décide une bonne fois pour toute ou tu va encore changer d’avatar toute les 5 minutes, dis :p ?

        PS: j’ai une préférence pour De Funés recouvert de chewing-um ou pour le brave Haddock, ils te représentaient parfaitement je trouve 🙂 !

        • Puisque tu viens de prendre un barbu, je vais encore changer, voilà :o)

          Le Mulhacén, ça doit être extra ça………… Pas bien difficile a priori, et cependant si magique à mes oreilles ; il m’a toujours titillé les instincts, celui-là!

          • Oui, je suis rester dans le domaine musical, allez cadeau:
            https://youtu.be/eP1kaJexkgI (chanson qui lui valut la mort, le pauvre…)

            J’adore l’Andalousie, en ai des souvenirs inoubliable, peuple des plus chaleureux qui soit. Mais la province de Jujuy, comment dire…

            Mon Mulhacen a moi, c’est la Serranía de Hornocal ! J’ai jamais eu le courage de me risquer à l’escalader, mais si un jour l’evie d’une telle entreprise me prend, ce sera pour la Serranía, et rien d’autre !

            Tu m’étonne que le Chili et le Pérou aient tout fait pour tenter de récupperer cette région…

              • Juste dire que je reste soufflé par ce paysage, c’est dingue ton truc!!

                Mais qu’est-ce qui t’a pris de venir te perdre en Europe??? Tant mieux pour nous ;o), mais si je pouvais…

                • Qu’est ce qui m’a pris ? Ben, si ça n’aurait tenu qu’a moi, je ne me serais pas installé si longtemps, gros bêta :p !

                  Ah ah, non, trêve de plaisanterie, ben… Je te dirais que j’ai malheureusement eu la malchance d’appartenir à la jeune génération portégne qui se prit de pleine face la crise argentine dans la tronche, et ça laisse des traces cette saloperie…

                  Lol..m’en souviens encore comme si c’était hier, venais à peine de terminer ma premiére année d’étude en Espagne, pas les moyens de me payer un billet d’avion pour rentrer les voir au pays, et j’était donc rester en Andalousie pour bosser dans une plantation agricole avec des marocains l’été en attendant la nouvelle rentrée. Ma mére m’appel un matin, elle me dit que les gens sont tous dehors devant les banques pour sortir leur argent, que le prix du sachet de café a quintuplé dans la nuit, que les gens ne peuvent même plus sortir leur argent des banques…

                  J’ai connu des cas vraiment tragique dans mon voisinage. Nous, on a eu de la chance.. Mon pére n’a jamais fait confiance à une banque de toute sa vie (ancien de l’aile communiste du Frente Amplio, lol…), et n’a donc jamais mis un peso dans l’une de ses caisses, on l’a échappé belle, pas le cas de la plupart des uruguayens malheureusement…

                  Beaucoup d’anciens camarades ont du quitter le pays suite à cela, principalement pour l’Argentine, le Brésil ou les US, et quelques uns en Europe, dont moi..mais aussi beaucoup d’universitaires (Magic évoquait Luciano Alvarez il y’a quelque jours. Le type, admirable d’honnêteté à tout point de vue, cumulait alors trois poste que l’on pouvait penser confortable: l’un à l’université catholique de Montevideo, l’autre a la télévision et le dernier comme écrivain dans El País, ben dés le lendemain de la crise, il était ruiné et fit ses démarches pour imigrer en Belgique…), des artistes,des précaires…bref, toute les couches sociale furent concerné. Ce fut même sans doute encore plus brutal en Uruguay qu’en Argentine…

                  On le dit rarement, mais le pays fut littéralement saigné entre 2001 et 2006, prés de 500 000 uruguayens ont quitter le pays, et 300 000 d’entre eux ne sont toujours pas définitivement rentrer, prés de 10% de la population…

                  Quant aux paysages de Jujuy dans la vidéo de Cafrune, aucun trucage la dedans, rassure toi 🙂
                  Et encore, il n’est même pas à Tilcara…
                  Cafrune est l’un des plus dignes représentant de sa province en Argentine..

  4. C’est dû au relief des régions et pays….

    Les Italiens et Suisses sont très présents dans le monde de l’alpinisme du fait des Alpes, idem avec les basques et les Pyrénées, quant au Chili, il y a de quoi faire avec toute la cordillère des Andes, l’ensemble des sommets de plus de 6000 se trouve au Pérou, en Argentine et au Chili, il y a pas mal de sommets à plus de 4000 au Chili, ce qui explique en grande partie l’engouement des locaux pour l’alpinisme…

  5. Je crois que Fred Astaire se demande ce qui arrive à ses commentaires… :o) (« your comment is awaiting moderation » – j’ai eu ça une fois ou deux aussi, un bug on dirait?)

Laisser un commentaire