Les pivots narratifs – 1/2 : Théo Van Duivenbode

 

Concept fondamental de l’art du récit, le pivot narratif est ce moment, cet incident bien souvent, à compter duquel émergent deux options : tantôt le statu-quo…et tantôt, fût-ce parfois sans le vouloir, l’embarquement pour une issue incertaine.

C’est donc sans surprise si le récit footballistique aime à procéder par-là, qui prêtera à telle, ou à telle autre figures, d’avoir initié une rupture, depuis laquelle les choses du football ne furent, ne sont, ni ne seront plus jamais tout-à-fait les mêmes.

En matière de total-voetbal, ce parangon de la culture-discount footballistique, ce rôle est-il ainsi volontiers dévolu au dénommé Rinus Michels, père très officiel d’une approche du jeu…qui pourtant connaît une multitude de traditions, pour plupart antérieures d’ailleurs à celles du très martial entraîneur néerlandais.

Mais laissons même de côté ces débats, qui mobiliseraient des techniciens de tous âges et horizons… En effet, et s’il fallait vraiment prêter, symboliquement, à un Néerlandais d’avoir dans son pays incarné cette rupture, c’est alors au guère médiatisé Théo Van Duivenbode, back gauche de son état, que l’Histoire du jeu serait assurément plus inspirée de référer…

Van Duivenbode, quoique méconnu hors des frontières néerlandaises, y est tenu aujourd’hui encore pour l’un des meilleurs arrières latéraux de l’Histoire de son pays. Joueur doué, fin et intelligent, et reconnaissable entre mille par sa course pour le moins singulière, Van Duivenbode fut 5 ans durant l’une des valeurs sûres d’Ajax non moins que, avec le brillant ailier Keizer, l’un des meilleurs représentants du jeu historiquement dominant au sein de cette formation : offensif, technique…et moins porté sur le résultat et la discipline collective que sur le goût du beau geste, de la créativité et du spectacle.

En dépit de cet appétit singulier pour le ludisme, que progressivement Michels circonscrirait, Van Duivenbode participera décisivement à Ajax, de 1964 à 1969, au gain de 3 titres nationaux, d’une coupe, et même à l’accession de ses couleurs à la finale de la Coupe des Champions 1969…

Cette finale toutefois, loin de l’inscrire pour de bon dans l’éternité footballistique, serait-elle perdue sur le score sans appel de 4-1… Peu enclin à se remettre en question, l’entraîneur Michels, qui depuis son arrivée 4 ans plus tôt s’en tenait encore à un 4-2-4 vieillissant, épinglerait-il aussitôt le déficit athlétique de son équipe pour expliquer le naufrage collectif subi à Madrid. Au gré de ce déballage public, et de manière bien peu élégante : Michels ciblerait-il tout particulièrement les carences physiques de son pourtant loyal et excellent, mais léger et guère agressif, arrière-gauche Van Duivenbode… Par ailleurs, et parallèlement à l’impitoyable jugement du brin monomaniaque professeur d’éducation physique Michels (lequel jugement coûta vraisemblablement, à Van Duivenbode, de compter plus de 5 sélections en Elftal) : l’influence du docteur Rolink, au sein du club amstellodamois, irait-elle précisément grandissante à compter de l’été…1969.

Engagé depuis peu à Feyenoord, auteur alors d’un doublé coupe-championnat, l’Autrichien Happel, moins préoccupé de muscle que de justesse technique et d’intelligence tactique, gardait-il pour sa part davantage de considération pour Van Duivenbode, désormais placé à Ajax (concomitamment du médian créatif Bennie Müller) sur une voie de garage… Si bien que Van Duivenbode d’être, à l’été 1969 et avec le médian autrichien Hasil (qu’Ernst Happel avait repéré en équipes de jeunes au Rapid), pour une bouchée de pain, le principal transfert d’un Feyenoord déterminé à faire mieux qu’Ajax sur la scène continentale… A Ajax, et parmi d’autres figures singulièrement marquées en termes d’impact physique (l’attaquant Van Dijk et l’infortuné marathonien Nico Rijnders), ce départ serait pour sa part compensé par la promotion, en défense, du plus jeune et plus athlétique Ruud Krol…

Quoique champions en 1970, au terme d’une compétition, il est vrai, quelque peu délaissée par un Feyenoord focalisé sur son parcours européen, plusieurs joueurs d’Ajax (Vasovic, Cruyff, Keizer…voire surtout le transfuge de Feyenoord Henk Groot) entreprendraient-ils pourtant de faire enfin adopter, à un Rinus Michels toujours arcbouté sur son 4-2-4, la disposition et l’animation tactiques de leurs rivaux rotterdamois lesquels, depuis le souple 4-3-3 mis en place par Happel, les domineraient 2 ans durant et systématiquement dans le jeu. Des 4 premiers affrontements disputés en championnat depuis l’arrivée de Happel, le bilan ajacide dans le « Klassieker » fut-il en effet peu glorieux, qui vit les Ajacides grappiller tout au plus, et non sans réussite, 2 matchs nuls tout en essuyant 2 défaites. Excellent à chacune de ces occasions, Van Duivenbode se signalerait même, pour ses retrouvailles avec Ajax, du splendide but de la victoire le 2 novembre 1969…

Opportune victime expiatoire des obsessions athlétiques de Michels, décomplexées au soir d’une déroute continentale où l’avaient singulièrement malmené les Pratti, Sormani et Hamrin… Artisan majeur, dans la foulée, des sacres européen puis intercontinental de Feyenoord en 1970… Acteur décisif, encore, de l’impressionnante supériorité du 4-3-3 de Happel (que Van Duivenbode qualifia, un jour, de « maître absolu du jeu de position ») sur le 4-2-4 de Michels… Pour toutes ces raisons, et assurément plus que tant d’autres (dont au premier chef Michels !), Théo Van Duivenbode nous paraît-il susceptible, si vraiment il en faut et fût-ce malgré lui, d’endosser la figure nationale de pivot narratif dans l’insoupçonné processus qui mena, au tournant des années 60 et 70, et sous l’impulsion d’un entraîneur autrichien, à la pleine émergence du « total-voetbal » néerlandais.

Epilogue

Durant ses 4 années à la tête du FC Barcelone, le « révolutionnaire » Rinus Michels n’osa jamais attenter au 4-4-2 des Catalans…

Tout au long des années 2000, Théo Van Duivenbode oeuvra au sein de la direction de l’Ajax Amsterdam. En 2012, il serait même nommé commissaire à la politique…technique du prestigieux club amstellodamois.

Théo Van Duivenbode

Alexandre

La vie est une farce.

87 Comments

  1. Feyenoord-Ajax, 1969 : https://video.search.yahoo.com/search/video;_ylt=AwrBT7eJmHhZOngATSxXNyoA;_ylu=X3oDMTE0NzBpZW00BGNvbG8DYmYxBHBvcwMxBHZ0aWQDVUkyQzNfMQRzZWMDcGl2cw–?p=van+duivenbode+feyenoord+ajax+1969&fr2=piv-web&fr=mcafee_uninternational#id=1&vid=49e7bf33c14dba43498c4b0d7fd5440e&action=view

    Fil conducteur de ce reportage : Van Duivenbode, bien sûr.

    L’on y voit son but…ses maintes contributions offensives, aussi, dans le couloir gauche…et TRES haut!

  2. Sur le port-folio, Van Duivenbode est celui qui semble mener le train, avec un ballon dans la main droite…

    C’est une illusion d’optique, mais symboliquement j’aime bien : c’est d’autant plus parlant!

    • Sur la photo, ça doit être Cruijff qui est devant Van Duivenbode et tient le ballon non? (En tant que capitaine peut-être? Quoique si la photo date de 68-69 comme je le suppose, normalement le capitaine était Gert Bals), derrière Theo on voit Vasovic, Keizer, Swart, Suurbier, Suurendonk, Hulshoff, Bennie Muller et Groot je dirais…

      A propos de capitanat, si tu as des détails sur le fait que par la suite Keizer en ait été privé au profit de Cruijff, je suis preneur 🙂

  3. Dernier com pour l’heure : « Duivenbode » me paraît difficilement traduisible, et pour tout dire ne rien signifier en tant que tel en NL……….

    Ce qui est toutefois acquis : l’idée de « pigeon » (l’oiseau), d’une part…et celle de « messager » de l’autre ; nom pour le moins prédestiné…

  4. Encore un peu de temps, allez… Vers 1:59 (Cf. lien plus haut), ce brave Théo évoque Ernst Happel………….. Van Duivenbode confesse avoir toujours péché par sa condition physique, en ce-compris à Feyenoord…mais qu’il n’a jamais éprouvé autant de plaisir que sous Happel, et que quand on a le plaisir…………

    Là encore, le contraste est pour le moins violent avec le fort martial et scolaire Michels (ce pourquoi d’ailleurs bien des joueurs, à Ajax comme à Cologne, le détestèrent ostensiblement…)…

    • Toujours dans la vidéo, il y a une séquence des plus classiques, qui voit Van Duivenbode très haut dans le camp adverse ; le ballon être récupéré et joué de manière très directe et verticale, dans la profondeur, par les Ajacides (le jeu était combien plus construit, et sophistiqué, côté Happel…)…………………et le médian offensif Van Hanegem effectuer un tackle glissé de toute beauté dans le couloir abandonné par Van Duivenbode………..

      Michels, total-voetbal, permutations…………..révolutionnaire? Bullshit!

  5. Oula Alex le négationniste… mais tu vas te faire défoncer par les ajaxolatres !!!!
    Et comment ose-tu critiquer Krol ? Tu veux avoir des problèmes ? :0)

    Blague à part : beau joueur. Mais son talent dérangeait à ce point les cadres et Michels ? Trop « humain » pour un tel système ? C’est quand même très étrange de s’en priver… Bon l’Ajax a bien marché après cela dit… Cela me fait un peu penser dans une moindre mesure à l’éviction de Yaya Touré par Guardiola pour son protégé Busquets… Touré a quand même plus de cartes dans son jeu mais visiblement trop « spirituel »… Cela dit je peux me tromper…

    C’est bien de citer le Feyenoord : premier club néerlandais à gagner une C1. Cependant ce n’était pas tout rose chez eux pour autant… certains trucs ne peuvent même pas être racontés sur le site car très ( trop ?) sensible…

    • Qu’ils y viennent, je les attends!

      Mes sources sont NL…et d’époque! Par charité chrétienne, je souhaite d’avance ‘Good luck’ aux indécrottables tenants de cette vieille légende urbaine… :o)

      Krol? Oh je lui trouve des wagons de qualité, pas de souci là-dessus…mais moins fin, moins esthète…et beaucoup plus physique que le Théo : c’est certain.

    • « L’Ajax a bien marché après »? C’est vrai…et, très franchement, je n’ai pas grand-chose à redire de ces 3 finales de C1 remportées…………………mais face à qui, à quoi??

      Je vais commenter de tête, mais… Victoire en C1 71 face à un Panathinaikos dont, semble-t-il bien, la qualif pour la finale avait été achetée face à des Yougoslaves (péché mignon, à ceux-là………..)…

      Victoire en C1 72 face à un Inter……………..dont me faut-il rappeler la « glorieuse » histoire face à ‘Gladbach? (NB : la qualif de l’Inter sur le Standard en 1/4, aussi, avait été brin hum-hum…)

      Victoire en C1 73 face à une Juve…………..qui, là encore, peut dire un grand MERCI aux instances pour être passée sur le corps de Derby County?

      Ajoutes-y la brutalité, le dopage systémique…la frilosité aussi, quasi-systématique en déplacement……………. Est-ce si glorieux?

      Je regrette qu’un Leeds n’ait eu l’occasion d’affronter Ajax à l’époque ; guère de doutes que cela aurait fait pshiiiiitttt…

      • Leeds était une très belle équipe très souvent désavantagée en coupe d’Europe…

        Après le bonhomme est dans l’organigramme de l’Ajax donc visiblement doit être apprécié dans ce club et dans ce pays. Mais n’aura sans doute jamais l’aura médiatique de Krol. Je ne le connais pas vraiment pour donner d’autres jugements. Et puis bon à un certain niveau les coupes européennes des années 70 ( avant et après ?) étaient politiques…

        • Le Van Duivenbode post-carrière a été prodigieusement intelligent, sacré renard…………….

          Lors des psychodrames qui virent Cruyff vouloir rénover/réformer Ajax, Van Duivenbode (qui était déjà dans la place-Ajax) était résolument dans le camp de Cruyff…………….mais eut l’intelligence de ne pas trop s’afficher, malin le Théo…

        • « Objectivement » (c’est toujours une « parole d’ivrogne », bon…), je pense que Magic (lire plus bas) n’a pas tort : dans l’absolu, Krol était très certainement, globalement, au-dessus de Van Duivenbode.

  6. En plus tu tapes sur Michels… tu vas nous apporter des ennuis , tu veux notre mort social c’est ça ? :0)

    Critiquer le père du « football moderne » en France équivaut presque à excommunication… On met sous silence le caractère subversif du jeu de Tottenham à une certaine époque ( le bien) mais très c’est très très mal de toucher au Padre…

    Bientôt tu vas nous dire que Happel est meilleur et tu vas nous condamner pour de bon lol

    • « Mort sociale »? J’ai cru vivre ça après avoir quitté la diplomatie de mon pays…et ne le souhaite à personne (en plus j’aime bien Yves), tu peux me croire…

      Tottenham? Ce n’est pas fait exprès mais, effectivement, la série d’Yves et celle-ci sont à bien des égards raccord…

      Happel meilleur? Je ne fonctionne pas (plus) comme ça…mais à choisir, mon dieu : il n’y a vraiment pas photo……………………….

      « Van Duivenbode, trop humain? », dis-tu? En substance et si l’on va au fond des choses, je crois que voilà bon résumé, oui…

      Dopage au Feyenoord? Vrai, il y en eut (70’s, c’est acquis)……………mais quand plus précisément, ça…?

      Reste néanmoins la qualité, la richesse, le fond de jeu………………….. Et là, dopage ou pas, Happel… Dans ce document plus haut, Van Duivenbode l’affirme (je cite en substance) : « toutes les équipes de Happel étaient aussitôt reconnaissables, ce jeu de position »… L’une de mes proches, liée au board de Feyenoord, le confirmerait sans hésitation, les Standardmen aussi…………La Haye, ça ne fait pas le moindre doute : sans moyens aucun (sinon culturels!), il y transforma sorte de Troyes en AS Monaco… Un géant.

      • …et j’oubliais Bruges, honte sur moi… : Happel y est un dieu, ni plus ni moins…………….et je les comprends!

        Je n’ai jamais pensé à sonder du côté de Hambourg mais bon, je ne m’attends à guère de surprises…

        Ce parcours enfin, dire « non merci » au salaire-record que lui proposait la Juve (après Hambourg) car il se savait condamné par le cancer et voulait, comme dit un proverbe polonais, finir là où tout avait commencé, chez lui………….

        Il m’a fallu du temps pour le réaliser…mais mon père m’a accordé une chance inouïe jadis : voir le FC Tyrol de Happel à Sclessin, ses retrouvailles de l’Autrichien dans un club qu’il adora (l’esprit-Standard était sublime encore à l’époque) …et match absolument hallucinant qui plus est…………….. Merci papa! :o)

        • Ah ben merde alors, les souvenirs de quand on était gamins, parfois…

          Je viens de réaliser, plus de 30 ans plus tard, que Happel ne dirigeait pas encore le FC Tyrol quand je vis cette équipe à Sclessin, lol… :o) (il n’y arriva que 9 mois plus tard)

          Ceci étant dit : match et ambiance extraordinaires!

      • Je constate quand même que le Happel on en parle vraiment pas beaucoup comparé à d’autres « techniciens » survendus du matin au soir… sans oublier la multitude d’entraineurs et de joueurs n’ayant pas la « carte »…

        Mais c’est très intéressant à suivre un débat d’idée avec des gens qui connaissent vraiment leur sujet. Pas d’insultes , pas d’invectives factices. On parle de chose que l’on connait , on argumente. C’est civilisé , cordial. Chose qui peut paraître quasi impossible dans certains endroits…

        L’humanité de Van Duivenbode est son handicap : joueur visiblement doué mais limité dans la répétition des efforts , il n’est pas suffisamment « conditionné » à la tâche , pas suffisamment inscrit dans le système technicien ( au sens philosophique cette fois) pas suffisamment moderne… Il faudrait évoquer cette modernité de manière moins béate. Essayer de comprendre : le déclassement progressif du joueur libéral ( gros mot mais pas ce que vous croyez..=d) et l’émergence quasi mécanique du joueur de devoir bien établi ( même si ici notre joueur était arrière et discipliné enfin je crois/espère ne pas dire de bêtise…)

        Le trait de la personnalité aussi… l’altruiste disparaitra très rapidement au profit du carriériste , du narcissique… C’est très révélateur tout ça…

        Je ne peux pas ,encore une fois , donner d’avis objectif sur le débat entre les deux ne connaissant pas suffisamment le sujet. Mais connaissant Alex et sa passion des joueurs à dimension créative je me dis que son respect pour ce joueur désormais déconsidéré n’est pas anodin et devrait interpeler…

        • Le grand public ne parle que peu souvent de Happel, ceux qui s’intéressent un tantinet à l’histoire du football lui rendent volontiers la place qui lui est due je pense. A titre personnel j’ai un immense respect pour ces grands entraineurs pré-Bosman qui étaient des bâtisseurs où qu’ils soient passés.

  7. Non, Mr Alexandre, ne croyez surtout pas que vous allez en finir comme ça avec des totems tel Michels, la route est encore longue…

    Van Duivenbode me fait penser à un tas de joueurs que l’on trouve dans des grosses equipes……Le sans grade, l’anonyme, mais qui possédait une lecture du jeu supérieur à certains de leur équipiers dont les grosses vedettes…

      • NB, et sans prétention aucune : il me semble avoir précédé le doc Mondenard (lecture indéniable de notre ami Cosmo) pour épingler, dans la médiasphère francophone, les histoires de doping ajacide (et encore : j’en garde toujours un peu pour moi! ;o) )………………..et dans la foulée, qu’ai-je, avec le temps, observé? Ben que l’idée a fait son chemin, est reprise, « ma » petite entreprise…….en ce-compris parmi des médias-mainstream que je ne citerai pas, petit à petit………

        Et puis bon, ce n’est pas toi, Yves, avec ton site artisanal (et tu sais toute l’estime que ça m’inspire! :o) ), qui viendras me dire que ça ne vaut pas le coup d’essayer, dis?

        Avec le temps…

  8. Complètement HS : Nice Ajax quel grand match pour l’instant…

    Seri est supérieur à Xavi c’est effayant je ne sais pas ce qu’en pensent Alex et Yves mais oula cet ivoirien fait peur… Et puis Balotelli mais là ça peut devenir sensible ( je l’aime bien cet écorché vif)…

    Mais Seri et également Srarfi… Belle équipe Nice franchement… Favre fait du bon boulot…

      • Faudrait faire un article sur les féminines… On sent qu’il y a plus d’humanité dans leur jeu ( comparé au foot moderne) mais en même temps je ne tiens pas plus de 45 minutes… soit je suis contaminé par l’esprit de la consommation soit c’est moyen…

        J’aime bien le projet niçois… Même s’il y a sans doute un peu de politique derrière…

  9. Objectivement, Krol était nettement supérieur à Van Duivenbode. Enfin, je veux dire dopage ou pas. Et puis, pas sûr que côté Feyenoord ils tournaient 100% à l’eau de roche…
    Qu’un joueur comme Van Duivenbode ne convienne pas au sytème Michels, c’est une évidence. Il ne galopait pas comme un lapin dans tous les sens sur son côté, c’est ce qui l’a perdu d’ailleurs contre Milan en 69, il a essayé de le faire et il s’est fait manger par les Hamrin, Prati et Sormani en laissant des boulevards dans son repli défensif. Qu’il ait été tactiquement très intelligent ok, mais sa facette technique, je ne l’ai pas vue. Je me rappelle qu’à Feyenoord, il était beaucoup plus dans la mouvance des arrières de l’époque: sécurité défensive et quelques fulgurances offensives de temps en temps, et il me semblait quand même assez physique dans le duel mais pas un marathonien.
    Je précise que je n’ai pas d’actions du côté d’Amsterdam hein 🙂

    • Je précise que je n’ai rien à objecter à tout ceci :o)

      Michels lui reprocha 2 choses : pas marathonien (tu l’évoques)…et pas assez agressif.

      Pistonner comme le faisait un Suurbier (meilleur exemple je pense, en la matière, que Krol)? Il n’avait pas le volume suffisant pour ce-faire. Du reste, tu le dis : défenseur plutôt classique, mais techniquement très sûr, très propre (pas Ronaldinho, hein ;o) )………….et quand il montait : il fallait systématiquement le couvrir, Van Duivenbode n’avait décidément pas l’énergie pour arpenter le couloir : une fois en haut, il tendait à y rester. C’est d’ailleurs assez typique du jeu de Happel, lequel procédait par vagues construites depuis l’arrière, progressivement, pas à pas (alors qu’Ajax – sous Michels du moins – : jeu beaucoup plus direct!).

      Krol supérieur? Un joueur est un tout, ton jugement ne me choque pas du tout.

      Dopage à Feyenoord? C’est acquis……………..mais dans le détail, ça…??

      La fédé NL fit toutefois le choix de Rolink, pour « accompagner » les Oranje en 74 et 78…………….. Etait-il tenu pour le nec plus ultra? Je suis tenté de croire que oui.

      • Suurbier, je le trouve presque « suicidaire » pour un arrière, il était sans cesse à l’attaque (n’était-il pas un ancien ailier d’ailleurs?), manque de pot, il ne savait pas centrer, ce qui limitait sa capacité de nuisance dans la défense adverse au vu des efforts qu’il fournissait. Dans le système Ajax, Neeskens (cette raclure) couvrait énormément le côté de Suurbier qui n’a jamais été une foudre défensive. En comparaison Krol était plus « équillibré » sur son côté gauche.

        En parlant de couverture, au Feyenoord, Van Hanegem couvrait aussi les montées de Van Duivenbode. Faudrait que quelqu’un en parle un jour de Van Hanegem et de son style si particulier, quel joueur!

        Suite à ton commentaire, je comprends mieux ce que tu voulais dire concernant sa technique, il était effectivement propre sans être un génie. Il se cantonnait à ce qu’il savait faire, ce qui est la marque des joueurs intelligents. Contrairement à ce que mon com laisse à penser, j’aime beaucoup Van Duivenbode et ce que tu dis sur lui est très juste, notamment son manque flagrant d’agressivité (condition sine qua non à tout joueur – excepté Keizer 🙂 – pour jouer en équipe première à Amsterdam je suppose lol). Je ne pense pas non plus que l’Ajax ait commis une erreur en le vendant au Feyenoord, les 2 clubs ont été gagnants dans cette histoire. J’ai toujours trouvé très curieuse, voire scandaleuse, l’absence de carrière internationale de Van Duivenbode car il est effectivement côté quand on évoque les bataves qui ont compté dans le football de cette nation. Je vois que tu y apportes des réponses, merci pour l’article 🙂

        • Merci déjà à toi, toujours aussi gentleman :o)…et précieux dans le débat!, car tes remarques étaient vraiment loin d’être infondées, on sent tout de suite le gaillard qui se donne la peine de voir des matchs!

          Suurbier? Il y a deux joueurs, dans cet Ajax, dont je ne comprendrai décidément jamais l’aura, pour moi invraisemblable : Suurbier et, tu le cites, Neeskens…………….. J’en profite pour préciser que Cruyff est pour moi un sacré joueur, attention…mais aussi fort qu’on ne l’a dit? Jamais de la vie…

          Van Hanegem? L’homme me déplaît – il subit d’ailleurs de sacrés recadrages à Feyenoord -, trouvait son bonheur dans les arrangements mafieux du système-Cruyff… Le joueur par contre était effectivement des plus fortiches, un maillon (très) fort……………..mais, d’archives et plus que lui : mon chouchou à Feyenoord serait Israel, quelle classe…

          Ajax, avoir fait une erreur en se séparant de Van Duivenbode? Les deux clubs connurent le succès dans la foulée, parler de win-win est approprié, oui.

          Ce qui est fascinant : Ajax avait une culture résolument jouette (ou « joueuse » en bon français de France) avant Michels…………..et Feyenoord plutôt physique avant Happel (je schématise)………….

          Et tout d’un coup, affinités électives de l’un et de l’autre obligent (et quoi qu’en aient dit les Ajaxolâtres) : les logiciels respectifs de ces clubs mutèrent, comme en une interversion des « styles »… Ca paraît un peu fou, et pourtant…

          • Ah, c’est avec plaisir! Pour une fois que je peux parler de quelque chose que je connais un peu 🙂

            Neeskens, c’était un peu le couteau suisse de l’équipe, excellent nulle part (à part à foutre des taquets) et nul nul part non plus. Un sens du devoir impressionnant (got to give the devil his due lol), il pouvait jouer un peu partout et marquait souvent, ça suffisait au bonheur de Michels. Je prefère largement Haan par exemple, voire Gerrie Muhren. Keizer, lui, il était à part. Globalement cette équipe de l’Ajax ressemblait à un joyeux bordel avec une énergie ultra-asphyxiante au milieu pour n’importe quelle équipe adverse, de sorte que leur défense pouvait joueur au milieu aussi tellement rien ne passait le « mur d’Amsterdam » à partir du rond central, tout était noyé dans le physique, techniquement c’était moyen – sauf Keizer donc-, ça revenait tellement souvent dans la surface adverse que tout le monde finissait par craquer. Evidemment ce genre de domination ultra usante même pour les dominants ne pouvait pas durer plus de 3 ans. Michels, Sacchi, même combat: Ils lessivaient surtout leur propres joueurs (physiquement et mentalement).

            • Plus que Cruyff, lequel « négocia sa liberté sur pelouse, je crois que Neeskens était le « rêve » de Michels, son fantasme de joueur (brrr…)……………et ce pour toutes les raisons que tu as exposées.

              Le reste : intégralement en phase!

              Beaucoup mettent, mécaniquement, le soudain retrait continental d’Ajax sur le compte du départ de Cruyff, c’est tellement séduisant, facile…………..mais je crois surtout que cette équipe était condamnée, usée à tous niveaux…

    • « Qu’un joueur comme Van Duivenbode ne convienne pas au sytème Michels, c’est une évidence. »

      A la rigueur, voici peut-être le seul point où j’ergoterais ;o)

      Système Michels en 69? Ca faisait 4 ans que Michels composait avec Van Duivenbode, dans un 4-2-4 très conservateur et avec pas mal de succès… Le passage au 4-3-3 : c’est à la demande de quelques joueurs, au gré de réunions associant team technique et joueurs singulièrement influents… Le sacrifice de Van Duivenbode, donc : tu comprendras que je me l’explique moins par la vision tactique, que par l’obsession athlétique.

      Hormis ces obsessions physiques (prof de gym, pour rappel), je ne suis vraiment pas certain que Michels eût la moindre idée, alors, de là où il voulait en venir ; tout en lui (tactiquement, du moins) me paraît avoir été si empirique, et moins délibéré que subi…mais vae victis! Son empreinte première, exclusive peut-être, à Barcelone : ben il me semble que c’est la masia………mais pour le reste?

      Pour l’anecdote, c’est en 72 (ou 73?), je crois, que Michels opta (revint à, donc) même à nouveau pour un 4-2-4 face au Feyenoord de Happel, tant il gardait (malgré des résultats désormais probants) du mal à composer avec le trio rotterdamois du milieu (Hasil, Van Hanegem……et le très sous-estimé Janssen, pour moi meilleur Hollandais en 74)………. Par défaut, son injonction fut en l’espèce la suivante : on court-circuite le milieu!

      • On est complètement en phase au contraire, juste que je me suis mal exprimé. Par système Michels, j’entendais la prédominance de l’aspect physique sur tout le reste, il n’y a aucune considération tactique de ma part qui entre dans cette dénomination. D’ailleurs, j’aurais du mal à juger Michels tactiquement, et pourtant des matchs de l’Ajax, j’en ai vus hein. Cela dit, je reconnais volontiers que ne suis pas assez fin intellectuellement pour saisir toutes les subtilités du jeu. Je me contente de regarder les matchs quoi 🙂

        Donc impossible pour Van Duivenbode d’exister dans cette obsession athlétique que tu nommes si bien 🙂

        Tu parles de Wim Jansen, en voilà un qui aurait pu faire le bonheur de Michels, il cavalait partout pendant 90 mn! Sauf qu’en plus, il savait aussi jouer au football.

      • Concernant Van Hanegem – on s’est compris – je precise que je ne jugeais que le joueur, je ne connais pas du tout la réputation de l’homme et là j’en ai appris des choses. Il était quand même surprenant: il paraissait très lent et pourtant dominait tout son beau monde avec une régularité hallucinante.
        D’accord avec toi pour Rinus Israel aussi, pour le peu que j’ai pu en voir…

        • J’avais compris, pas de souci ;o)

          En relisant le texte, je comprends par ailleurs ce qui t’a fait croire que je voulais prêter à Van Duivenbode des qualités absolument hors-normes – texte très mal formulé, au temps pour moi.

          Van Hanegem, l’homme du moins? Ce seront des resucées pour Yves, je crois lui avoir déjà fait part de ces anecdotes en aparté, il y a bien longtemps…………..mais puisque je les aime bien, et les crois révélatrices, illustratives….

          Feyenoord est un club de patriciens, board très élitiste, descendants des plus riches et influentes familles commerçantes de la Rotterdam hanséatique……………….mais avec un souci certain, aristocratique peut-être, de certaine correction ; genre il y a des valeurs avec lesquelles il ne faut pas badiner…

          Un jour, 2 enfants parviennent à vélo (so dutch… ;o) ) au camp d’entraînement des joueurs, pour voir leurs idoles… Leur village était situé, dans mes souvenirs, à bon 50 kilomètres de distance (j’ai gardé l’idée de 100kms aller-retour), ils avaient 10-12 ans……………… L’apprenant par la bande, et hors-micros et -caméras : les dirigeants de Feyenoord exigèrent des joueurs de s’aligner en rang d’oignons, de rendre les honneurs à ces gosses, et de leur signer des autographes…………… Un joueur rechigna : Van Hanegem…………………sauf qu’il comprit très vite qu’il ne fallait pas plaisanter avec ça…………

          Avant cela, Happel avait voulu éjecter Van Hanegem, ce dut être l’une de ses premières décisions même!! L’Autrichien le trouvait trop grande gueule, trop égotique, trop imbu de sa personne……………et, en espérant tout de même le « casser », entreprit toutefois de le soumettre à son exercice préféré : une canette posée sur la transversale, Happel (très grand joueur, on tend hélas à l’oublier!) se positionnait en-dehors du grand rectangle, frappait le cuir, délogeait systématiquement (!) la canette de sa position…………….et invitait alors ses joueurs à en faire de même ; ça posait si sec son homme et calmait certains égos………………sauf que, à Feyenoord : Van Hanegem fut le seul à égaler Happel :o)…et gagna donc son estime!

          Combines mafieuses avec le clan-Cruyff? Dans ces histoires putrides qui coûtèrent à Van Beveren sa carrière internationale (et, qui sait, plus de succès au Elftal?), Van Hanegem était le seul exo-Ajax, aux côtés de sCruyff Neeskens et Keizer, à pomper éhonteusement dans la caisse des primes ce qui eût dû revenir à d’autres joueurs……………..

          A bien des égards, et pour résumer : le plus ajacide des joueurs de ce Feyenoord!

          • « L’Autrichien le trouvait trop grande gueule, trop égotique, trop imbu de sa personne » So Dutchy quoi 😀

            Oui, Happel appartient à la caste des très grands joueurs et très grands entraineurs, ça ne court pas les rues.

            Je voulais aussi évoquer Van Beveren quand je parlais de non-carrière internationale suspecte de Van Duivenbode mais je vois qu’on s’est compris 😉

            Super ton anecdote sur Van Hanegem, il est vrai que sur le terrain, tu voyais un peu que le gars n’allait se plier devant personne. La combine sur les primes, euh, que dire…

            • C’est dans les grandes villes, surtout, qu’ils sont comme ça. Là par exemple, je reviens de Zélande (je devrais pas le dire mais, je me répète : paradis sur terre, foncez!!)………….. : ben c’est adorable, provincial, pépère, civilisé dans le bon sens du terme, prévenant, poli, discret……………….. C’est Janus, les Pays-Bas!

              Lu ton com beaucoup plus haut…………..et rien à redire à ton énumération de joueurs, concernant le port-folio : j’ai reconnu les mêmes que toi en tout cas (et il me semble – j’ignore de quand date le cliché, mais cette coiffure… – que celui dissimulé derrière l’arbitre est Cruyff??).

              Suurendonk………….. Je ne t’oublie pas!

              Je vais me coucher, la route m’a cassé.

              • « Suurendonk………….. Je ne t’oublie pas! »
                Ahhhhhhh pour ça, je serai capable de t’envoyer des spécialités bretonnes à domicile!

                Vais me coucher aussi, je bosse tôt, good night, au plaisir et merci pour la discussion 🙂

                • Ah, tu es breton? Si tout va pas trop mal, j’y passe dans un an…

                  Derniers mots sur Michels? Je ne voudrais surtout pas le faire passer pour un type dénué de toute compétence…et d’ailleurs, quand j’interrogeai jadis le dénommé Edhem Sljivo, international yougo passé par le Cologne de Michels, son jugement était le suivant : « grand entraîneur! »……………..mais demandez-lui d’en préciser les qualités? « Exigence physique », « discipline tactique »…et basta………….et pourquoi pas mais, bon… : il y a décidément loin de cet obsédé de l’enrégimentage footballistique, d’une part, à tout ce que la médiasphère lui aura si généreusement prêté (« révolution »……….voire « romantisme », alors ça c’est le pompon).

                  Associer par ailleurs Michels à quelque idée du football hollandais, « l’école hollandaise », ce genre de trucs………… Si ses joueurs, frustrés d’être chaque fois mangés tout crus dans le jeu (et au milieu singulièrement) face à Feyenoord, n’avaient pris leurs couilles à deux mains pour exiger de passer au 4-3-3 : Michels en serait resté loooongtemps encore à son 4-2-4…

                  Gagné ensuite et pour de bon au 4-3-3, à certaine animation…son « école »? Il ne l’a jamais mis en oeuvre au Barca……………….et opta même finalement pour un 4-4-2 à l’Euro 88 (avec succès, il faut le dire) ; ses vues premières, là encore, ne tenaient pas la route…

                  Si c’est donc cela (à en croire la presse instituée), le plus grand penseur universel du jeu…………………..

  10. Expression au sujet de Happel ? J’ai tellement dit de connerie parfois que….

    Ce que je trouvais de positif en Happel……..Ou qu’il soit passé, PB, Espagne, Allemagne, il n’a jamais tenté de modifier quoique ce soit de l’aspect des joueurs mis à sa disposition. Je pense que c’était un curieux, il n’a jamais essayé de faire de ses équipes des « formations autrichiennes ».

    Il s’est borné a enseigné son savoir tout en respectant les coutumes locales, il a réussi pas mal de choses positives…

    • « Le dernier des Danubiens », Yves ;o) Et je trouve ça très beau!

      Ce que tu proposes plus bas me paraît vrai………..bien que je ne connaisse guère que ses années NL et belges. J’ajoute qu’il n’a laissé, dans ces deux pays du moins, que de formidables souvenirs………………….sauf à bon nombre de représentants de la presse!, qu’il ne ménageait le moins du monde il est vrai…

      J’aime beaucoup cette petite phrase de Van Duivenbode : cette idée de plaisir qui, sous Happel, faisait pousser des ailes………….

      Lui (Séville) et Michels se sont-ils affrontés en Espagne?? Auquel cas : en fit-on par là certain tralalas?

      • Dans le même ordre d’idées, Van Duivenbode précise que, sous Happel, les joueurs couraient tout au plus 2 kms par jour, lors des entraînements…………..puis time to play…

        • Ah Séville était alors en D2? J’ignorais complètement……….

          Ca me rappelle qu’il est passé par…Harelbeke, encore un club de D2, belge cette fois………….et ce dans la foulée de deux finales de CE et d’une finale de coupe du monde………………. Imaginer, au pif, Guardiola signer au Gazelec, mdr…

          Ceci étant dit il y avait de l’argent dans le coin, c’est des cowboys du capitalisme dans la vallée de la haute-Lys belge (même époque, Cruyff fut à deux doigts de signer juste à côté, mais chuuuuttt…)… En l’espèce, Happel avait voulu rendre service à un politicien et entrepreneur du cru, le dénommé Pierre Lano.

          Puis c’est le Standard…………un choix du coeur encore ; Anderlecht était en pole-position (pour y succéder à Goethals), mais Happel avait bien plus d’affinités avec le manager du Standard Roger Petit… Anderlecht se rabattit sur Braems, père du grand-Beveren, bien vite remplacé par…Ivic ; que du beau monde!

          • De 79 à 82-83……… Je crois que ce fut d’ailleurs le summum pour le football belge de clubs…

            Ivic, Goethals, Happel… Grands joueurs en veux-tu en voilà (Cf. ligne d’attaque d’un Lokeren…)… Anderlecht et Standard qui se rendaient coup pour coup (le Standard chipe Happel à Anderlecht……….et Anderlecht chipe…Michel Verschueren!, éh oui, au Standard…)……… Ca se bagarrait à couteaux tirés, et ne pouvait sans doute que mal finir!

            • Summum, clubs belges…

              Oui, je sais que les Wikipédistes me diront 76-78, parce que ces 4 finales de C2, Anderlecht et Bruges…sauf que les années qui suivirent furent combien plus denses!

              Et puis si l’on contextualise, dynamiques des matchs : Standard très mal payé en CE 81 et 82… Anderlecht loupant l’occase ou jamais de remporter la C1 – mais qui se rattrapera merveilleusement en C3 83… Beveren, Winterslag, Waterschei ou Lokeren bien en jambes continentales aussi………..)…………. Ce fut notre summum (avec des entraîneurs pareils : ça peut se comprendre!).

    • Hello!
      Oui, je suis breton d’adoption 🙂
      D’ici 1 an je devrais encore être là, fais moi signe si tu passes par Rennes!
      Concernant Michels, je ne saurais juger, à part son Ajax dont on a évoqué les caractéristiques sous toutes les coutures depuis le temps qu’on en parle, je ne connais pas trop ses autres équipes (un peu regardé le Barça mais rien vu d’extraordinaire). Je voulais parler de l’Euro 88 justement, pareil, l’équipe n’était pas très folichonne en terme de jeu, il y avait quelques personnalités bien bien physiques (Gullit, Rijkaard, Wouters voire Ronald Koeman), des besogneux du style Erwin Koeman et quelques « cautions techniques » en les personnes de Van Basten et Arnold Muhren (voire Vanenburg). Au final ils ont remporté la compèt’ donc on va dire qu’il aura eu raison dans ses choix…

      • Suis invité dans les Côtes d’Armor, des années qu’on me le rappelle, bref et dès que possible… Rennes est quasi sur le chemin, je note ;o)

        Euro 88 de Michels? Fort fort chanceux, l’air de rien.

        Défaite d’entrée de jeu face aux Soviets, en évoluant en 4-3-3 (à propos duquel Michels avait affirmé avoir un système, 4-3-3 donc…et compter s’y tenir!)… A noter, pour la petite histoire (ce n’est pas pour m’acharner!, juste un détail rigolo), que Cruyff avait affirmé que les NL gagneraient le tournoi à condition de jouer avec…3 attaquants!………………mais en 4-3-3 ce fut la cata.

        Pour le deuxième match, face aux Anglais : Michels aligne donc Van Basten (exit Bosman) et Gullit en pointe, exit les ailiers aussi, entrejeu renforcé… A noter que, à l’entraînement : Van Basten faisait systématiquement déjouer Bosman, du sabotage…et ne s’en cachait pas, c’était de bonne guerre pour gagner sa place dans le 11.

        Un peu de réussite contre l’Irlande (le « non-but » de McGrath vaut bien Pelé-Banks pour moi, celui de Kieft…), simulation de Van Basten pour le péno de l’égalisation contre la RFA……….. Bref, et au-delà de LA volée de Van Basten : rien de bien dominant, tout de même. Et l’empreinte PSV était fort palpable, je trouve.

  11. Complètement HS mais il devient de plus en plus difficile de parler de football avec des inconnus… Je ne sais pas trop ce qu’il se passe actuellement mais entre les groupies , ceux qui récitent du Riolo , ceux qui prennent pour parole d’évangile Roustan , ceux qui se donnent un genre « ( magazine dont je taisl e nom) » , ceux qui idéalisent certaines idées de jeu au détriment d’autres et sont très bornés ( ou plus..) etc etc je me dis que petit à petit les discussions de « bistrot » ça ne va plus rien apporter aux passions communes ( ce qui n’était pas le cas il y a quelques années)…

    Peut-être que le but c’est de créer des querelles de chapelles… Ah j’oubliais : l’agressivité et le sentiment de vouloir remporter le « débat » en insultant si possible son interlocuteur…

    Je tiens à dire que c’est le cas dans toutes les sphères sociales… Le célèbre magazine dont je tais le nom fait également beaucoup de dégâts chez les urbains « branchés » et je sais de quoi je parle puisque je les fréquente…

    • Faudrait aussi se pencher sur certains mythes qui élèveraient certains joueurs au rang de « surhommes »… Pour chaque joueur ( et même le plus talentueux) on peut trouver des failles si on est vraiment honnête…

      On a crée une histoire romanesque avec Cruyff il serait temps de se pencher sur la récupération du cas Maradona ( bien que génie je n’en doute pas) et qui pourrait supplanter à terme le néerlandais ( déjà fait sur le plan du football aucun débat là-dessus) mais sur le plan du caractère social ,de l’aspect underground ( drogues mafia politique etc)..

      Mais je suis peut-être parano…

      • Parano? Je ne te jèterai pas la première bière… ;o)

        Sociologue ou anthropologue, par contre…? Le serais-tu? Il y a si souvent un je ne sais quoi de cela, dans ce que tu écris!

      • A part So Foot qui l’a « récupéré » depuis bien longtemps, je ne vois pas trop…
        Je pense que les « fans » de Maradona sont lucides sur le personnage et font la différence entre le footballeur et l’homme. J’adore le joueur qui a réalisé des choses extraordinaires et qui dégageait quelque chose d’unique dans le style de jeu mais l’homme c’est une autre affaire. J’ose croire que les amateurs de foot savent faire la différence…ou alors je suis simplement un naïf…

        Quant à parler football avec les gens (connus ou inconnus), mon impression est que ça ne vole pas très souvent haut, tout dépend de la génération peut-être, j’ai quelques collègues aux alentour de la 30aine, ils sont à 100% dans le foot business (leur non-connaissance de l’histoire de ce sport qu’ils disent tant adorer est abyssale!), du style supporteurs de tel ou tel club (surtout le PSG), à cautionner toutes les dérives de « leur » club par supportérisme, sans aucun regard critique…bref pas grand chose à en tirer (désolé si j’ai l’air condescendant), ou c’est peut-être moi qui devient vieux con avec le temps, j’en sais rien…

        • @ Alex : oh du calme que de grands mots… en amateur seulement ça ne rapporte pas beaucoup et puis c’est quand même assez idéologiquement centré donc aucune liberté… assez paradoxal d’ailleurs de vanter la liberté démocratique et puis au final ne pas dépasser des clous. Cela dit profession qui enseigne une certaine rigueur… Mais j’en suis loin.

          @ Magic
          Pas que so foot… il y a quelque chose à l’oeuvre dans plusieurs médias. La multiplication des vidéos aidant , il faut donc commercialiser , éditer , créer un nouveau roman autour du joueur. Création de mythes , création de propriétés surhumaines , début de culte ( ça a commencé dans certains bleds)…

          J’observe ça de loin mais il ne faut pas croire : certains ne sont pas dupes. Il faut toujours gratter histoire de ne pas se faire avoir et sur internet certains y vont ( parfois un peu loin certes mais c’est toujours nécessaire pour la santé intellectuelle..)

          Pour le parler football je crains de ne pouvoir plus suivre… Ce n’était pas comme ça il y a quelques années… on parle beaucoup du terme « radicalisation » dans d’autres domaines plus macabres mais à l’heure d’internet on est en plein dedans !!! Radicalisation identitaire , radicalisation politique , radicalisation des idées… à l’inverse minimisation de la pensée , discours stéréotypé …

          Je crois que cette psychologie sociale aille un peu plus loin que le seul prisme « football » mais je peux m’égarer…

          C’est particulier : le football qui est à la base un jeu quand il devient trop « intellectualisé » (enfin idéologiquement connoté) perd son charme , place des barrières entre les gens , fanatise… c’est dommage le charme n’opère plus ça devient une sorte de culte primitif et ça engendre du désordre moral et social mais je crois que j’en rajoute un peu là… :0)

          • Ce dernier commentaire, Cosmo, me rappelle un truc qu’Yves me suggéra jadis : une vidéo de votre Francis Cousin, traitant du passage d’un joueur colombien – le nom m’échappe évidemment, ça ne manque jamais… – de Monaco au Real… Z’êtes en phase!

      • Je n’ai rien contre Roustan mais j’ai l’impression qu’il joue un rôle : celui qui sauve la passion vis-à-vis du foot business. Celui qui imprime le bonheur du jeu aux quelques aficionados « éclairés ». Le problème c’est qu’en lisant entre les lignes on aperçoit une forme de manipulation , la démarche semble intéressée.

        Pour l’avoir remarqué , les auditeurs et autres lecteurs , au lieu d’êtres devenus plus ouverts sont devenus plus fanatisés , plus fermés c’est quand même particulier non ? Le messie des journalistes , Bielsa le dieu des entraineurs ( beaucoup à dire sur l’argentin qu’on aime ou pas d’ailleurs..) , la gloire au beau jeu. Mais dans ce cas pourquoi ne distingue–t-il pas le « total football » de la véritable grâce brésilienne de 82 ou 70 qu’il chérie tant ? Incapable de hiérarchiser ? Hum…

        L’Equipe lui laisse un peu de champs libre donc il ne faudrait pas être dupe : c’est la caution sérieuse du marché , marché qui a différentes facettes : le « journaliste » polémique , le « journaliste » bourrin , le « journaliste » politique etc etc…

        Cette « analyse » vaut pour tout ceux que j’ai cité auparavant… tout ce cirque crée des esprits fermés ( il y a bien entendu des exceptions) mais la grande majorité se fait avoir…

        • Rien à rajouter ni objecter, Cosmo!

          Ah, si! :o) Distinguer total-voetbal et Brésil70, un Roustan? Ben cela me paraît impossible pour deux raisons : 1) il appartient à cette génération…et 2) je crois que tout le tralalas autour du total-voetbal fut pensé, et médiatiquement orchestré et cultivé (dont par lui), comme une réponse enfin de l’Occident à la suprématie jusqu’alors manifeste d’autres footballs…

          • Bielsa oui c’est bien mais pas un mot sur son accord avec un projet purement financier avec un souci de rentabilisation des jeunes joueurs… très très pervers car la passion du football devient un prétexte à la financiarisation extrême en boite à profit… faut explorer ça… Yves doit avoir compris le principe avec ce Lopez qui voulait aller à L’OM…

            ( difficile de s’y retrouver avec tous ces messages) Roustan j’ai fini par comprendre son jeu… quelques petites vérités disséminées dans un litre de poison… méfiance extrême.

            Si ce type est incapable de voir la différence entre la contrefaçon et le réel on peut déjà partir du constat que l’on peut difficilement le prendre au sérieux… mais tu n’as pas tort difficile de hiérarchiser surtout dans ces médias…

        • Oui, c’est en effet l’une des (nombreuses) médiocrités à l’oeuvre dans cette vidéo, et la plus coupable assurément……….. Je n’avais pas souvenir de Roustan sous cette facette??

          • D’ailleurs Roustan en 95 avait lancé un syndicat de joueurs avec cantona et Maradona… :0) :0) :0) Diego instrumentalisé ? Il joue un rôle ce Roustan.

            Ce journaliste connait bien la culture du monde. Alex toi qui a fait l’Afrique son personnage ne te fait pas penser au « griot » celui qui parle au nom de la communauté , donne son avis ? J’ai l’impression qu’il a travesti un peu ce concept en soft power. Cela dit cela na jamais été neutre mais dans le monde occidental médiatique très peu de monde peut se permettre d’avoir une tribune sur une heure pour déblatérer autant… Bourdieu voulait bien avoir ce pouvoir d’ailleurs…

            Excellent acteur en tout cas… la panoplie de ce que je dénonçais y est… on avait les gens perdus qui pensaient que le Japon ce sont les mangas maintenant on va avoir les fans de foot qui vont penser que l’Argentine c’est Bielsa…

            • A mon grand regret, l’Afrique de l’Ouest est la seule dont je n’aie pas fait l’expérience (pas même une escale, rien)… :o)

              Mais le bassin du Congo connaît la culture du « mwami », que je crois analogue – une espèce de dépositaire du savoir communautaire, un « barde »……………bref je crois voir ce que tu veux dire, oui.

              • Je viens de voir il est né en Afrique… Je me disais aussi…

                Très très fort tout ça je respecte… Pervers , manipulateur mais je respecte faut avoir un certain talent…

                Réappropriation d’une tradition ancestrale en outil de communication faisandée d’où le fanatisme…
                Posture d’autorité désintéressée dans un océan de médiocrité cela ne pouvait que fonctionner…

                Lire les commentaires de cette vidéo est également très instructif…

                • Wenger semble être un de ses proches… celui qui fait tant de bien à Arsenal ces derniers temps.

                  Bon je suis dans doute un peu excessif mais celui qui a un peu de clairvoyance devrait à minima se poser des questions sur ces drôles de personnages…

                • Il est de Brazzaville, oui. De famille aisée. Failli le souligner, mais vu que je croyais que tu savais.

                  L’article jadis consacré par Yves à Bielsa d’une part, et de l’autre la passion assumée de Roustan pour total-voetbal et Kiev de Lobanovski, expliquent pas mal, je crois, de son sectarisme exalté sur Bielsa…

  12. Oui, faut séparer le joueur de l’homme, mais faut garder une chose en tête, Maradona est resté un enfant, il pense avec la naïveté, la méconnaissance et l’émotion d’un enfant sur bien des points…..Mais, il n’est jamais très éloigné de certaines vérités.

  13. Je viens de relire le texte…et précision (un oubli!) : outre Van Duivenbode, outre Bennie Müller aussi………il y a lieu d’ajouter l’opportunément prénommé Klaas Nuninga, à la liste de ces joueurs jugés trop frêles et pas assez agressifs par Michels, et dès lors mis sur une voie de garage après la déroute subie en 69 à Madrid.

  14. HS
    Je vais revenir en détail sur le vrai-faux vrai transfert de Neymar au PSG….
    Mais rapidos…

    Ca fait des mois que le dossier est bouclé, mais le Barca à appeler à l’aide la Liga qui s’est retournée vers l’État pour en finir avec les ennuis de Neymar au sujet de la fraude fiscale suite à son transfert. L’État passe sur l’affaire et Neymar reste, la Liga fait le forcing – droit TV en jeu à l’étranger notamment -, mais l’État ne l’entend pas de cette oreille, voilà la raison du blocage.

    Ils n’ont rien compris sur SF, c’est pourtant explicite…http://www.sofoot.com/le-president-de-la-liga-menace-le-psg-446032.html

      • …y en a qui diront, de ce genre d’histoires qui voient des joueurs être pris en otages pour des raisons et intérêts « supérieurs », qu’elles ne sont l’apanage que de pays tiers-mondistes et/ou de dictatures, genre Pelé-Brésil, Mputu-RDC, footballeurs de l’ancien bloc de l’Est jadis, aussi………. :o)

    • L’inévitable Pini Zahavi……..histoire de blinder le dossier.
      Cette histoire a le mérite de dévoiler le jeu des fédés et toutes ses histoires de droit TV, il n’ y a pas de club nommé désir …….rien que l’argent.

      • Oui mais je crains que ce ne soit un peu plus obscur… Neymar est la vitrine d’une lutte d’influence qui nous dépasse. Se souvenir des magouilles du Barça pour le faire venir de Santos…

        Et puis ce Pini a des ramifications qu’il vaut mieux taire…

  15. Du coup je réponds ici ne sachant pas où mettre ce commentaire… Je crois Alex que tu avais arrêté de fréquenter les groupes de supporters par peur du fanatisme ? Je crois que c’est un problème qui peut guetter en effet.

    La posture du « sachant » médiatique est également à prendre avec prudence. Rare sont les journalistes intègres. On parlait de Roustan mais finalement est-ce que le jeu médiatique implique une sorte de soft power qui , malgré quelques vérités ici et là , se doit absolument de convertir l’auditeur ou le lecteur à des thèses plus ou moins antagonistes ? Genre Bon Flic Mauvais Flic ?

    • C’est un bon résumé, oui… Soit tu rentres à fond dans le délire…soit y as-tu vraiment ta place? L’entre-deux me paraît devenir de plus en plus chiche (raccourcis…discours toujours plus clivants…), alors et tant qu’à choisir…

      Le système médiatique est toujours un soft-power, non?

  16. Mille milliards de mille sabord, quel bonheur de lire ce genre d’article et les échanges qui suivent. Du trés haut niveau, un grand merci à vous tous les amis.

    Je ne peut pas trop réagir davantage, la conexion internet est préhistorique la ou je me situe, mais je tenais tout de même à le dire !

  17. Encore un dont le nom me revient, parmi les (excellents) footballeurs mis sur une voie de garage par Michels, dans l’immédiate foulée de la finale de C1 de 69 : Ton Pronk! ; encore un bouc-émissaire des errements tactiques de Michels……….

    A ce propos, détail d’importance : l’un ou l’autre joueurs avaient DEJA, avant même la finale, émis leurs réserves quant à n’évoluer qu’avec 2 médians………….mais Michels préféra recourir à des boucs-émissaires ; la sacro-sainte « classe ajacide » si chère aux médias-mainstream, j’imagine…

    Ironie de l’Histoire : Pronk fut, au terme de sa carrière, scout d’Ajax pendant 10 ans… Parmi ses trouvailles, accrochez vos ceintures : Litmanen, Finidi George, Kanu…et il fut même étroitement impliqué dans l’arrivée de certains Ibrahimovic ou Christian Chivu…

Laisser un commentaire