Top 50. Inter de Milan. 50/41

Les 50 joueurs qui ont marqué l’histoire du club de l’Inter de Milan en bien et en mal.

 

50/ Adriano

Une starlette comme les aime Moratti, joueur imposant dans le registre d’un Zlatan en plus technique, Adriano n’est guère professionnel, mange comme il veut, fait la fête et se crash à Meazza comme tant d’autres, proche de la supercherie…

 

49/  Dennis Bergkamp

Dans l’idée de posséder un joueur équivalent à Van Basten, le président Ernesto Pellegrin fait main basse sur la jeune vedette de l’Ajax d’Amsterdam, Dennis Bergkamp accompagné par le non moins prometteur Wim Jonk du PSV. Deux ans plus tard, Bergkamp met le cap sur Arsenal. Le néerlandais laisse l’image d’un joueur souvent blessé, incapable de se fondre dans le jeu et dans la vie tout court, un flop total.

 

48/  Luis Figo

Le portugais débarque à un âge avancer du côté de Meazza, le joueur plait à Moratti, Figo comme tant d’autres se contente de quelques prestations et buts, histoire de ne pas sombrer dans le ridicule.

 

47/  Liam Brady

L’ex-gunner passé par la Juventus et la Sampdoria, rejoint l’Inter en grande pompe aux côté des Rummenigge et Altobelli, mais si l’irlandais possède toujours son pied gauche, il ne reste plus grand-chose dans le réservoir, une déception…

 

46/  Karl-Heinz Rummenigge

Le Munichois arrive à l’Inter pour mettre à la raison la Juventus et la Roma qui domine le championnat, mais l’allemand a perdu de sa superbe, quelques buts dont un ciseau face au Torino, mais il joue peu, souvent blessé, il est cramé, l’inter s’est fait avoir, un flop de plus.

 

45/  Jürgen Klinsmann

Recruter pour remplacer Ramon Diaz dans l’optique de constituer un trio allemand avec Brehme et Matthaus, Klinsmann se fait remarquer par quelques buts, un style spectaculaire, mais monsieur « je donne des leçons à tout le monde » déçoit, il n’apporte pas grand-chose à l’Inter et ne réussit pas à remplacer le petit Argentin, une déception, marketing quand tu nous tiens…

 

44/  Zlatan Ibrahimovic

Le baobab serbo-bosniaque à la sauce suédoise. Démunie sur le plan technique, il compense par sa présence physique aux abords des dix-huit mètres adverse. Joueur peu collectif, il profite de la faiblesse passager de certaines équipes pour finir meilleur buteur du championnat, caractériel, ombrageux, il fini par fatiguer son président pourtant amouraché de sa starlette.

 

43/  Álvaro Recoba

El Chino, joueur typé, une technique de velours, chatoyant, excitant, mais qui ne vit que de fulgurance sous le maillot nerazzurro et durant son long séjour en Europe, un joueur exceptionnel, mais qui n’a jamais baigné dans son élément.

 

42/  Ronaldo

Chiper au Barça, le fenomeno se révèle être un accident industriel sous la tunique de l’Inter. Son corps a changé et ne supporte plus ses mutations lourdes de conséquences, Ronaldo va de blessure en blessure, il rafle tout de même une Coupe de l’UEFA et file à l’anglaise au Real Madrid…

 

41/  Herbert Prohaska

Le Platini autrichien arrive à l’Inter avec la réouverture des frontières en 1980. Il joue en demi-teinte durant ses deux saisons à Meazza, joueur sublime et quelques jolis buts, mais rien de croustillant, le très  viennois Prohaska, file à la Roma ou il retrouve des couleurs et flambe à nouveau, un rendez-vous manquer avec l’Inter…

 

admin

41 Comments

  1. Que d’échecs spectaculaires ou de réussites en demi-teinte dans ce club, en effet…………. ; un cimetière des éléphants, l’Inter!

    Et comme quoi, avant les coups de cœur impulsifs de Moratti Jr, déjà… :o)

    Vu les pedigrees que tu as déjà proposés, je ne pense pas que tu citeras les deux Belges qui y firent, eux aussi, un passage mi-figue mi-raisin : Scifo parti trop jeune (et qui s’y brûla les ailes) d’une part…et surtout Coeck, appelé à « faire rentrer le Calcio dans la modernité » mais qui y joua hélas de malchance (blessures à gogo)… Ceulemans aussi avait été approché, mais casanier le Jan…

    Tout cela donne quand même le sentiment de politiques assez peu réfléchies ; vouloir à tout prix la danseuse du moment, et puis qu’en faire (je pense notamment à ce pauvre Pancev)??…………mais voilà peut-être qui aura participé du charme particulier de ce club, non-dénué de sa part d’ombre, mais pour ma part plus attachant que l’AC.

  2. Le « Platini autrichien »? Je préfère en tout cas Prohaska à Platini ; l’Autrichien était pour moi plus élégant et plus fluide, et j’y ajoute surtout une vista supérieure dans les petits espaces.

  3. Retour…

    C’est un peu sévère. Recoba était un joueur assez remarquable techniquement , parfois assez « hypé » par certains romantiques mais tout de même beaucoup de talent. Adriano est un bon footballeur du coup je reste mesuré. Ronaldo tout a déjà été dit mais même si on est pas fan du bonhomme il devrait être un peu plus haut. Enfin mon avis n’a pas d’importance.

    Bien de réhabiliter l’excellent Wim Jonk , joueur excessivement talentueux , très très peu relayé dans les médias. Il devrait être bien placé dans ce classement.

    Bergkamp même si certains le mettent plus haut qu’il ne l’est vraiment a quand même une certaine grâce un peu à la Laudrup mais étrangement un peu industrielle. C’est génial certes mais ça manque de véritable folie c’est particulier. D’une certaine manière Jonk est un joueur inclassable. Et si c’était ça le talent ?

    Ibrahimovic est un personnage qu’il ne faut pas prendre au sérieux. C’est un agitateur. Comme Adriano il provient d’un monde social très défavorisé il faudrait être un peu plus compréhensif. Zlatan en rajoute un peu concernant ses qualités ( il en a c’est évident) mais il est respecté en Suède. Du coup c’est au pire une victime du système libéral…

    Rummenigge que dire ? Bah pas grand chose… joueur mutant il est devenu un thuriféraire du football libérant tout en feignant de vouloir lui donner une éthique un peu à l’image d’un Platini…

    Ramon Diaz franchement même si certains carriéristes diront  » oh mais il a pas un gros palmarès » c’est encore du joueur à part c’est inclassable… Je comprends un peu le désespoir d’Yves : il privilégie le talent , l’esprit créateur face à la technique industrialisée et bureaucratique…. J’attends son commentaire sur Matthaus…

    Je viens moins car le football est malheureusement un peu aliénant ( et clivant) il faut être honnête. Faut l’observer de loin. Et puis ce serait stupide de se brouiller pour des avis contraires dans le fond on est tous sur la même longueur d’onde ( enfin à quelques fréquences près…)…

    • Eh, qui voilà :o)

      Ah, il t’a marqué, Jonk!

      Moi aussi il me marqua, ses années ajacides en tout cas…et ce d’autant plus qu’il y découvrait alors un rôle et un environnement nouveaux pour lui! ; se faire à la mentalité « Ajax » à 22-23 ans (si j’ai bon souvenir??) n’est pas donné à tout le monde…

      A l’Inter, je trouve qu’il s’en sortit honorablement, mais sans plus…ce qui n’est peut-être déjà pas si mal vu certaine forme d’instabilité/versatilité dans ce club??

      J’ai souvenir qu’il aurait pu y rester plus longtemps………..mais vu l’échec cuisant de Bergkamp, il craignit d’être progressivement marginalisé…………..et préféra prendre les devants – je précise qu’il fut aussitôt excellent au PSV.

      L’homme est dit-on d’une intelligence redoutable…et m’inspire moins de sympathie que le joueur – le clan Bergkamp-Jonk-VanderSar : ce fut quelque chose…! Il est aujourd’hui investi au premier chef, avec le Jordi, de la culture mémorielle de la brin fumeuse « philosophie » cruyfienne.

    • Oh là, attention, je parle de joueurs qui ont porté le maillot de l’Inter, ça s’arrête là, ça ne va pas plus loin.

      Un joueur comme Bergkamp à survoler son sujet – Ajax/Arsenal – joueur pétri de qualités, aucun problème la dessus, mais ses deux années à l’Inter …..Un flop total, il n’est pas le seul.

      Je trouvais logique de commencer par une suite de grands noms qui ont foiré leur passage dans ce club, rien d’autre.
      Win Jonk excellent joueur, mais ses deux années à l’Inter ne sont pas sensas, un brin meilleur que Bergkamp, mais loin d’être au top, alors que c’était un sacré joueur…

    • Bergkamp, tu as bien résumé ce qu’il m’inspire Cosmo, merci!

      Détail qui ajoutera peut-être au curieux du personnage : il est catho (et croyant!)……………. C’est rare, aux Pays-Bas!

    • N’empêche gagner de la coupe d’Europe n’est pas chose aisée…

      Bergkamp a échoué mais ne soyons pas trop sévères : en C3 il a un peu répondu présent. Jonk ? Classe… finale contre Salzburg : https://www.youtube.com/watch?v=oI4Db5yo8z0

      Je ne m’en lasse pas…

      Panorama de cette campagne européenne : https://www.youtube.com/watch?v=eutN3cMn9Ck

      Sinon Alex je crois que tu n’étais pas fan de Berti ? Il avait foutu un de ces buts contre le Bayern….

      Pour en revenir à Bergkamp : personne visiblement assez modeste (enfin je ne le connais pas personnellement…) mais paradoxalement assez égoïste ( ne se fait pas violence pour prendre l’avion..) D’ailleurs je me demande comment ce serait encore perçu à notre époque ce luxe….

      • On rapportait toujours, de la presse itailenne, que Berti Berti Berti……….. Barre placée assez haut, genre 8ème merveille du monde.

        Mais à chaque fois que je le voyais? Ben jamais rien d’étincelant ; joueur ultra-complet et travailleur, ça oui…mais méritait-il tant de louanges?? Note que je ne suis évidemment pas lombard, le bain culturel personnel fait souvent beaucoup dans l’appréciation d’un joueur ; c’est peut-être pour ça?

          • Bon… Ni Yves (lui, c’est sûr) ni toi n’êtes a priori lombards non plus, donc a priori c’est moi qui suis trop dur??… :o)

            Ou alors je suis à chaque fois mal tombé, sais pas… Entre les matchs européens de l’Inter et la Squadra, je dois bien l’avoir vu 35-40 fois pourtant??

            Je crois surtout que j’en attendais davantage de « touch of magic » car, là je suis formel : les Italiens envoyèrent bien du rêve à son sujet.

  4. Chaleureuse salutations de Montevideo les gars, en particuliers à Cosmo et Nico, avec qui je n’avait pas échanger depuis un certain temps…

    Un top50 Inter, ou la la, je reviens au bon moment moi !

    @Cosmo, je ne voit pas ce qui te choque dans le jugement d’Yves sur Adriano, boule de muscle et de puissance incroyable, bien entendu, mais quid de la folie, de la créativité, de l’inspiration et du ludisme de bien de ses semblables eux aussi issus des pires favela du pays dans son jeu ? Bof bof bof…

    Aprés, il est vrai que le type est avant tout l’une des toute premiére victime de la néo-liberalisation Teixeirienne de la CBF: gros contrat signé avec Nike aprés quelque belle prestations en Coupe du Monde U17 (quelle vaste blague, ses multiples compétitions jeunes dont on nous gave chaque été…),appelé en équipe national aprés une poignée d’apparition avec l’équipe premiére du Fla, transfert en Europe dans la foulée, sur-médiatisation via les canaux médiatique Globo… Le cocktail était trop explosif pour espérer faire d’un gamin de Vila Cruzeiro un moine trapiste comme Kaka…

    Je garde tout de même une petite affection pour le bonhomme, je ne souhaite une telle décheance à personne, la mort de son pére en 2007 a cloué son cercueil. C’est dommage, on parle tout de même d’un meilleur buteur d’une édition de C1…

    Ajouter aussi qu’avant son arrivée en Europe, Adriano évoluait au poste de…latéral gauche au Brésil, il ne fut repositionné devant qu’aprés son achat par l’Inter, et par demande express du club aux dirigeants Flamenguiste…

    • C’est l’Inter qui demanda aux dirigeants de Flamengo de le repositionner de back gauche à attaquant??? Je te crois, pas de souci là-dessus…mais c’est la logique du board intériste qui m’échappe…???

      • Bah, un peu à la Gareth Bale récemment: grosse pointe de vitesse, puissance hors du commun, monstrueuse frappe de balle… Comme l’a fait remarquer Cosmo, ce sont les principales qualités pour parfaire au football « moderne » d’aujourd’hui, les artistes doivent donc peu à peu laissé leur place aux machines…

        Ne pas oublié aussi qu’au moment ou il signe à l’Inter, il commence à devenir un produit marketing au Brésil, contrat Nike à 17 ans, et donc immense promotion au niveau continentale…

        Dans la tête des bureaucrate de Nike, tout était ficellé: ils tenaient la poule aux oeufs d’or du début du millénaire, l’héritier et la suite logique de Ronaldo…
        Et vu la culture et la connaissance footbalistique de ses gens la, impossible que celui qui assurera leurs meilleurs ventes de maillots dans les années à venir soit latéral gauche, ça va de soit…

        • Ca se tient, bien vu. « A la Gareth Bale » : bien vu également (il était tellement fort dans son couloir aux Spurs…). Je n’avais jamais envisagé cela, mais ça me paraît très pertinent, merci!

          Marrant tout de même ; avant, c’est les attaquants qu’on reconvertissait volontiers en wing-backs, pour les besoins du jeu…

          Et pour les besoins du marketing, désormais : ce serait donc plutôt l’inverse…!

          • Ce qui serait désolant, si (et je le crains) le portrait que tu dresses de ces marketteurs est le bon : c’est qu’un wing-back, précisément, pour ce qui est d’attirer à lui les regards……….. Ces profils sont si spectaculaires quand ils sont bons… C’est affligeant!

            Je crois me rappeler que l’assez vif Kevin-Constant jouait comme back gauche à Bologne (avant cela, aucune idée)…et qu’on le retrouva çà et là par la suite en position d’attaquant??? C’est peut-être bien un mauvais exemple, mais ton idée me parle, je me demande donc s’il y a eu bcp d’autres transformations de ce genre…

  5. Ah lalalala Chino…

    J’ai pris l’habitude de souvent me vanter de lui depuis que je vis en Europe, mais j’ai la chance de le connait particuliérement bien, et pour cause: mon frére ainé, du même âge que Recoba a eu le privilége de jouer durant plus de trois années avec lui dans les équipes minimes de Danubio.

    Bon, Chino les a vites abandonnées, surclassé et autorisé dés ses quinze ans à s’entrainer avec l’équipe premiére, 1ére saison pro compléte a « seulement » 17 ans, car bouché par la présence de l’assez encombrant Julio Cesar Rodriguez. Lors de l’été 94, Rodriguez se blesse assez gravement aprés un match amical contre un club Guyanais, voir royale pour Recoba. M’en souvient comme si c’était hier. À l’époque, j’avais 12-13 ans, était ramasseur de balle à l’Hippodromo, pas raté un seul match du Danubio de la saison qu’il a littéralement éclaboussé de sa grâce et de son talent.

    Tout s’est ensuite trés vite enchainé pour lui, transfert à Peñarol avorté à cause de ce sombre crétin de Paco Casal, choix de Nacional par défaut, Celeste A, confirmation à Nacional, championnat d’Uruguay devenu bien trop petit pour un tel joueur…

    Me souviens aussi de la fin de sa saison à Nacional, le pays était à plat ventre devant ce qu’il venait de réaliser, on tenait enfin un digne successeur à Francescoli, River et Boca se l’arrachaient, pas mal de clubs brésiliens aussi… Mais l’Inter avait incroyablement surenchérit, Moratti voulait absolument son petit sudam pour en faire une star mondiale qui régalera ses tifosi pendant 10 ans.

    Il a d’ailleurs été particuliétement patient avec lui, on parle quand même d’un type qui a une époque avait le plus haut salaire du foot mondial (5-7 millions si ma mémoire est bonne, somme astronomique à l’époque…) pour un gars qui n’alignait pas vraiment une régularité hors du commun, m’enfin…

    Je reste tout de même persuadé qu’il aurait du accepté le contrat faramineux proposé par Boca en 96 avant d’aller se perdre à Milan. Macri voulait en faire sa toute premiére recrue et la tête de gondole de l’équipe qu’il était en train de monter grâce aux frics destructeur de ses nouveaux sponsors. Et quand on connaît la suite de l’histoire, on peut avoir quelques regrets pour lui…

    • Salut !!

      Et bien on en apprend… Adriano a eu un culte en Italie … Sorte de nouveau Ronaldo qui n’aura pas duré… Belle période à Parme quand même.

      Chino c’est un joueur qui ne se savoure pas de manière intéressée. Ce n’est pas un monstre : il procure un peu de joie et c’est déjà suffisamment subversif. Effectivement rester encore quelques temps dans un club sudam aurait été une meilleure idée mais Moratti est collectionneur….

      Recoba c’est de l’étincelle… c’est très flamboyant mais on se dit que c’est presque un miracle de le voir jouer en Italie…

  6. « baobab serbo-bosniaque » hahaha, je vien de cracher une gorgée de maté sur mon clavier par ta faute Yves :p.
    Je crois que Zlatan n’a pas grand chose de serbe, m’enfin…

    Zlatan, pas du tout ma tasse de thé, le bonhomme et sa personnalite me sortait par les trous de nez, et puis quand je pense que certains acculturés en font le plus grand joueur suédois de l’histoire, j’en rigole assez fort…

    Malgrés tout, j’appréciais assez son style et son profil, ça devient de plus en plus rare d’apercevoir une ancienne pratique de sport extérieur dans le jeu d’un footballeur de nos jours, et avec Zlatan, des gestes, buts ou coups de génie, on en a tout de même eu pas mal…

    • Moi aussi j' »apprécie » (mot trop fort) l’empreinte d’autres disciplines dans son style……. Même en mettant bon 3/4 de ses pérories sur le compte de la provoc (il m’a gagné certaine sympathie en se jouant çà et là des codes du mass-journalisme), ce gaillard n’est pas ma tasse de thé, style emprunté…………..et cependant singulier, il y avait une signature Ibrahimovic, chose dont je me satisfais par les temps qui courent…

  7. Ah, Liam Brady…
    Luther Blisset ensuite, John Charles avant, et bien d’autres encore… D’ou venait l’attirance des clubs du calcio pour les joueurs britanniques dans les 60/70’s ?

    • Par dizaines, en effet! A chaque fois que je crois en avoir fait le tour pour l’après-guerre, paf : j’en découvre un nouveau, c’est dingue…

      Pourquoi? Sais pas… Parce que le prestige (fût-il décati) du football britannique?

  8. Herbert Prohaska, oui !!!

    Je l’ai découvert en archives, final de C2 78 face à ton Anderlecht chérie, ou il est l’un des seul joueurs de l’Austria à surnager ce soir la, puis au Mundial 78 face au Brésil et à l’Espagne, ou il illuminait le milieu autrichien de ses fulgurances et pourvoyait Krankl en caviar de haute qualité… Superbe joueur effectivement !

    • « Anderlecht chéri »? Merci pour l’ironie ;o) mais, tu serais surpris : il y a bien peu de joueurs de ce club que je ne respecte pas, voire n’admire! (…les dirigeants et le fin mot de l’affaire de ce club : autres histoires…)

      Le plus bel Anderlecht de l’Histoire : c’est dans les années 60, quand ils ne gagnaient rien en Europe… Il est vrai que cela tenait parfois plus de l’art pour l’art que du football…

      • Pour paraphraser Mekhloufi (je crois?) : c’était 11 Prohaska!

        Mais on s’éloigne du sujet, sorry (congés bientôt, ce sera l’occasion de finir ma série sur le foot belge, allez).

        Je profite toutefois de ta présence : Braine trop bas, disais-tu?

        Ben tu avais raison bien sûr… Quand on demanda un jour à Coppens quelle était sa place dans le foot belge, il répondit (et t’aurait donc pour sa part répondu) ceci : « Je sais seulement que Braine était et restera insurpassable ».

        • Dernière digression/back-up, puis dodo : Van Himst…………

          Ah j’avais hésité à le placer si haut, celui-là (je craignais de paraître snob en le « snobant »)! Et si ça avait quelque importance je le regretterais, mais… Il se fait que j’échange çà et là, depuis quelques mois, avec LE plus fin connaisseur du Royaume, un Flamand dénommé Peter Mariën (même famille que celui de l’Union) – manifeste très chic type au demeurant.

          Il est spécialiste surtout du foot belge de la 1ère moitié du XXème, pas un joueur dont il sache tout dans le moindre détail, impressionnant de savoir, passion et…modestie!, bref. Spontanément un jour, voilà-t-y pas qu’il me dit son absolue incompréhension devant la place jupitérienne réservée à Van Himst………………car devant lui et sans l’ombre d’un doute : Ceulemans!, Coppens!, Gerets!……….et même Roger Claessen…notamment!

          Quant à Braine, là encore : probablement (ach, les archives…) hors-catégorie selon lui…

          Va-t-en expliquer ça sur des sites plus mainstream………………, ce sera bien sûr inaudible ; (discutables) palmarès et (très discutables) distinctions honorifiques sont passés par là entre-temps… Bref : Yves fait donc bien de proposer sa vision singulière, « puriste » diraient probablement d’aucuns – ce n’est vraiment pas du luxe!

          • Oh t’inquiéte, rien de bien méchant dans la petite pique à ton encontre 😉

            Et vais même t’avouer un truc à mon tour: je suis dans le même cas que toi concernant Nacional, j’ai de l’admiration pour un nombre immense de joueurs, d’entraineurs ou même de dirigeants (oui oui) passé par las bas, si si…

          • OH QUE OUI que je te comprend !!!
            Je crois savoir de quel mass-médias tu veux parler, et je m’était moi-même pris des volées de bois vert également quand, il y’a quelque mois, j’avais osé émettre un doute quand à la présence de Recoba dans un top50 uruguayen…

            Pour malheureusement (pour eux) beaucoup des lointains suiveurs, le foot uruguayen ne se résume qu’a la triplette Francescoli-Recoba-Forlan, mon Dieu mon Dieu…

            • Francescoli et Recoba sont de forts légitimes fiertés…et Forlan a dû sacrément réconforter votre football national, aucun doute là-dessus…

              Mais rien que de m’être enfilé, ce dernier mois, pas mal d’images de votre sélection dans les tournois mondiaux de 54 à 70, mon dieu, effectivement……….. Quelle richesse!

              Et ne parlons pas des générations plus tôt, celles qui donnaient alors le « la »…

              Mass-médias? On serait étonnés………….. En tout cas et du mantra Michels-Cruyff-Barca-TotalVoetbal, constat fait récemment : les baby-boomers sont souvent plus endoctrinés/maraboutisés encore que la nouvelle génération, faut le faire…

                • Ne pas la sous-estimer, bien sûr. Mais après ce que j’ai récemment observé, oulah……… J’espérais çà et là un peu de distance, de recul, certaine sagesse aussi…mais sur ce sujet c’est impossible!

                  Une exception chronique que j’observe tout de même, c’est parmi (pas tous) les anciens joueurs de l’époque ; 4-5 d’entre eux m’ont déjà fait part de leurs réserves, ça oui.

                  Les jeunes générations? Elles ont accès à plus d’info (…et de désinfo…et en amont à des décennies d’intox, certes…), d’images aussi (voire surtout!)… C’est une chance, allez!

          • Tiens d’ailleurs, me souvient qu’un certain V-mary’s avait partagé ton classement belge et défendait il y’a quelques mois sur un article SoFoot consacré à Taccola et Herrera le fait que tu n’avait mis Van Himst qu’en 16éme position, le pauvre s’était pris une flopée de notes négatives qui ont eu l’air de le dégouter assez profondément, j’espére donc qu’il nous rejoindra pour échanger ici…

  9. Ce qui me paraît terrible, parmi cette foule de joueurs dont le passage à l’Inter fut de désastreux à mitigé (on pourrait en citer tant et tant…) : c’est que les chats dans un sac étaient rares……………….

    • Sa carrière était déjà derrière lui…..Il est arrivée en guest star, du bon et du moins bon, il y avait Marciano Vink dans ses bagages, Genoa avait une belle équipe , Caricola, Galante, Onorati, Detari, Skuhravy, Petrescu…

Laisser un commentaire